Navigation – Plan du site
Bibliographie
17

Béatrice Galinon-Mélénec, Penser autrement la  communication

Paris : L’Harmattan, coll. Communication sociale, 2007, 242 pages
Isabelle Cousserand
p. 239-240

Texte intégral

  • 1  p. 11.
  • 2  « Quand l’accord [entre personnes] ne se produit pas spontanément, nous utilisons un type particul (...)
  • 3  p. 87.
  • 4  p. 175.

1Le sens commun ne retient souvent de la communication que le plusvisible, le plus spectaculaire, le plus répandu : les technologies, la  publicité, la communication politique... ou encore la promotion, la  séduction, le marketing. Dans cet ouvrage, Béatrice Galinon-Mélénec  prend le contre-pied de l’air du temps. Elle s’intéresse aux interactions  humaines et se situe d’emblée dans une approche culturelle de la  communication, que sous-tend un regard distancié sur les relations  complexes que l’homme entretient avec son environnement. Comme  l’exprime très clairement l’auteur, il s’agit « d’offrir au lecteur une  initiation au sens scientifique du terme “communication” et une  présentation de la subtilité des paramètres en jeu dans la  communication de face à face et des conséquences de la “prise de  distance” (technologique mais aussi psychologique et cognitive) sur  la relation humaine »1. Cette approche a le mérite d’agréger aux  aspects théoriques de la discipline des SIC, une dimension appliquée à  la communication personnelle, professionnelle et organisationnelle.  L’ouvrage est principalement composé de deux parties, l’une  consacrée aux fondamentaux, l’autre aux applications.  La première partie est organisée en trois chapitres. Le premier  introduit la place du non-verbal et du verbal (le corps, le  comportement, le langage). Le deuxième traite de la construction  identitaire et de l’altérité, notamment à travers le recrutement, le  changement, l’accompagnement (le coaching). Le troisième revient  sur le rôle du verbal, donc de l’argumentation et de la justification2,  qui permet le rapprochement des « références initiales » ou « accord  de représentations ». « Chaque acteur doit apprendre à tenir compte  de cette réalité et à admettre que l’interprétation de ce qu’il fait  dépend de l’interaction existant entre les co-présents. Il doit donc  apprendre à se justifier, à faire comprendre ses actes, ce qui appelle à  une forme de “dévoilement” sur le fonctionnement du ou des mondes  concernés par la situation. »3.La deuxième partie s’articule autour de deux chapitres. Le premier  précise les contours de l’économie de marché et le contexte de  l’insertion professionnelle. C’est l’occasion d’aborder la procédure  d’embauche et la situation de recrutement. Il rappelle aussi les  fondamentaux de la sociologie (représentations sociales, habitus) ainsi  que la notion de projet. Pour illustrer ces différentes dimensions,  l’auteur prend l’exemple du recrutement au sein de l’université. Le  dernier chapitre de l’ouvrage est consacré à la communication  d’entreprise. Il en présente tous les éléments-clés. On en retiendra plus  particulièrement les différentes formes d’interactions, le rôle du  chargé de communication, la place de la communication au coeur des  organisations.  Dans sa conclusion générale, Béatrice Galinon-Mélénec s’intéresse à  ce qui se profile lorsque les personnes ne sont plus en co-présence,  mais dans une situation de médiation liée aux technologies de  l’Information et de la Communication ou à l’art. Ces derniers aspects  viennent clôturer une réflexion nourrie sur la condition humaine, le  rapport de l’homme à son environnement, à la nature et à la culture.  Une ultime partie intitulée « Repères », en guise de postface, souligne  « (…) paragraphe après paragraphe, quelques points clés à retenir ou  à approfondir grâce à la bibliographie »4. Il ne s’agit pas ici de  satisfaire le lecteur pressé, mais de permettre à un lecteur attentif de  revenir sur des points essentiels.  L’ensemble est très découpé et écrit avec un soin didactique. Le  lecteur novice peut cheminer avec facilité. Des introductions et des  conclusions partielles viennent ménager sa mémoire ; des encadrés  fréquents signalent les points importants ; des tableaux, schémas et  exemples appuient le propos. La bibliographie, très complète, offre  deux niveaux d’entrée. Elle est à la fois ordonnancée par thème et par  ordre d’apparition dans le texte.  Cet ouvrage situe la communication au-delà des effets de mode. Il  propose une analyse des interactions communicationnelles, à travers  différentes situations et différents contextes. Il ne cède en rien à la  facilité, tout en prenant le lecteur par la main pour mieux l’amener à  réfléchir aux relations qui construisent le quotidien.  

Haut de page

Notes

1  p. 11.

2  « Quand l’accord [entre personnes] ne se produit pas spontanément, nous utilisons un type particulier de communication classée sous le registre de la justification. », p. 79.

3  p. 87.

4  p. 175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Cousserand, « Béatrice Galinon-Mélénec, Penser autrement la  communication », Communication et organisation, 32 | 2007, 239-240.

Référence électronique

Isabelle Cousserand, « Béatrice Galinon-Mélénec, Penser autrement la  communication », Communication et organisation [En ligne], 32 | 2007, document 17, mis en ligne le 01 décembre 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/405

Haut de page

Auteur

Isabelle Cousserand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org