Navigation – Plan du site
Dossier

La sociologie constructiviste du risque de Niklas Luhmann

Flavien Le Bouter
p. 33-48

Résumés

Selon Niklas Luhmann, la complexité et la différenciation fonctionnelle de la société moderne ont rendu l’avenir plus incertain. Dans une perspective constructiviste, il distingue le risque du danger. Dans le premier cas, les dommages éventuels sont attribués à ses propres décisions ; dans le second, ils sont attribués à des événements ou à des décisions externes. La société moderne est une société du risque car on y reconnaît de plus en plus que l’avenir dépend de décisions dont les conséquences sont incertaines. Le risque n’est donc pas limité aux techniques industrielles mais concerne tous les systèmes sociaux. La sensibilité au risque s’exprime par une anxiété diffuse et a fait naître de nouvelles formes de protestation. Une telle approche diffère du constructivisme institutionnel développé par Ulrich Beck.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Risque et complexité
Une conception constructiviste du risque : de la distinction risque/sécurité à la distinction risque/danger
La temporalité de la société du risque
Protestation et revendication envers la politique
La communication du risque

Aperçu du début du texte

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les sociétés occidentales n’ont jamais été aussi stables et sûres. À partir des années 80, en raison notamment des accidents nucléaires, de l’apparition du Sida et de la prise de conscience de la dégradation de l’environnement, le sentiment d’insécurité ne cesse pourtant de croître et le risque est devenu une préoccupation majeure de la société et l’un des fondements de son auto-observation. Nous sommes entrés dans une société du risque. Faut-il en conclure que le risque n’est qu’une construction sociale ou estimer que les risques encourus ont changé de nature ? Ulrich Beck et de Niklas Luhmann apportent une réponse différente à cette question décisive. Dès 1986, Ulrich Beck avait avancé dans La société du risque que nous serions les témoins d’une rupture décisive dans la modernité, qui voit se substituer à la société industrielle une société du risque. La même année, Niklas Luhmann réagit lui aussi à la catastrophe de Tchernobyl en ébauchant une s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flavien Le Bouter, « La sociologie constructiviste du risque de Niklas Luhmann », Communication et organisation, 45 | 2014, 33-48.

Référence électronique

Flavien Le Bouter, « La sociologie constructiviste du risque de Niklas Luhmann », Communication et organisation [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/4471 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4471

Haut de page

Auteur

Flavien Le Bouter

Flavien Le Bouter est traducteur et doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il rédige une thèse sur le potentiel critique de la sociologie de Niklas Luhmann.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org