Navigation – Plan du site
Dossier

Dramaturgie du risque

Nicole D’Almeida et François Allard
p. 139-152

Résumés

Face à la multiplication des risques et à leur normalisation, la question de leur mise en visibilité et de leur mise en discours est un enjeu pour les organisations et les institutions à la poursuite d’un illusoire « risque zéro ». Montrer, dire, identifier, inscrire et prévenir les risques sont autant d’actions qui appartiennent à un registre communicationnel distinctif. Ces actions sont le reflet de médiations organisées, prises en charge par des organisations diverses au sein d’espaces et de temporalités spécifiques, allant de l’espace public en général, à des espaces particuliers comme l’espace professionnel voire touristique. Nous analysons ici, dans une petite mythologie contemporaine du risque, trois mises en signes diachroniques du risque : le risque électrique puis le risque chimique et enfin, le « risque requin ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Petite mythologie du risque
Produits chimiques, produits dangereux : produits méchants ?
Le risque requin à La Réunion : un autre scénario pour Les Dents de la Mer
Éveiller la paresse du signe

Aperçu du début du texte

La question de la visibilité des risques est une question de communication dès lors que la plupart des risques contemporains sont quasiment invisibles à l’œil nu (de l’atome à la bactérie). Il s’agit ici d’analyser les médiations créées et destinées à organiser le couplage du vu et du non vu, du dit et du tacite, du montré et du caché. Ces médiations organisées se déroulent du plus long au plus court : du long texte informatif ou pédagogique mobilisé dans des manuels d’instruction au pictogramme court et dense, indicatif du danger. Dire le risque, c’est autant expliquer qu’alerter. C’est à la fois lisser le risque en l’enveloppant dans un discours qui le prévient et le conjure, c’est aussi le rendre saillant par la présentation d’un visuel dédié dont la complétude et ici interrogée.

Certains travaux se sont déjà penchés sur les contraintes propres à sa représentation qui cherche à rendre présent le non-présent (Couegnas & Halary , 2002). Des risques mineurs aux risques majeurs, c’est...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole D’Almeida et François Allard, « Dramaturgie du risque », Communication et organisation, 45 | 2014, 139-152.

Référence électronique

Nicole D’Almeida et François Allard, « Dramaturgie du risque », Communication et organisation [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/4543 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4543

Haut de page

Auteurs

Nicole D’Almeida

Nicole D’Almeida est chercheure au GRIPIC, porteur du projet Riskcom du CNRS-ISCC, professeur à l’université Paris Sorbonne (Celsa) où elle dirige des formations et des recherches sur les thèmes de la communication organisationnelle-institutionnelle ; Nicole.d’almeida@celsa.paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

François Allard

François Allard est Doctorant Contractuel en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris-Sorbonne Celsa, Gripic-ISCC. Ses recherches portent sur la question de la transparence dans les dispositifs sociotechniques d’évaluation et de gestion du risque, en particulier sur l’« Affaire Séralini » ; fr.allardhuver@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org