Navigation – Plan du site
Analyses

Critique de la logique de la « gestionnarisation »

Au miroir du cas des universités
Pascal Robert
p. 209-222

Résumés

Notre société est travaillée par un processus qui aboutit à un renversement de priorité entre l’activité gérée et l’outil de sa gestion. Autrement dit, la logique gestionnaire prend le pas sur celle de l’activité. Celle-ci fait ainsi l’objet d’une recomposition à l’aune des catégories des outils de gestion. Ce processus se développe grâce à ce que nous appelons des discours de Vérité et des outils de Vérité. Discours et outils qui permettent de soustraire la représentation gestionnaire de l’activité du registre de la discutabilité (ce que nous montrons sur l’exemple de l’université). Elle s’impose ainsi comme une évidence. La « gestionnarisation » vaut comme naturalisation d’une logique gestionnaire qui devient dès lors l’aune de vérité à laquelle toute activité doit se plier. Où nous retrouvons, mais à un tout autre niveau d’efficacité grâce à l’usage des TIC (PGI-ERP notamment), la vieille logique de la discipline telle que l’avait analysée M. Foucault.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le discours de vérité
Les outils de vérité
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Car chaque place du tableau doit être remplie ; le schème ne tolère aucune case blanche ; la matrice a horreur du vide »
J. Goody, La Raison graphique, p. 158.

Comment produit-on de l’évidence ? La question n’est en rien socialement anodine, elle se révèle même politiquement fondamentale. Ainsi, on a pu montrer qu’un mécanisme travaille nos représentations sociales afin de poser les TIC comme relevant d’une supposée évidence – qui les rend socialement non questionnées/non questionnables (Robert 2012). Il en va de leur mode d’existence idéologique et de la légitimité même de ces technologies dans notre société. Leur « évidence » est le fruit d’un certain nombre de stratégies discursives et pratiques qui permettent de les soustraire aux épreuves de justification. Autrement dit, lorsque l’on place une technologie dans une posture telle qu’elle n’a pas à être justifiée, alors elle relève de l’évidence, de ce qui, justement, n’a pas besoin de justification, ni ne peut être discuté. Cette...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Robert, « Critique de la logique de la « gestionnarisation » », Communication et organisation, 45 | 2014, 209-222.

Référence électronique

Pascal Robert, « Critique de la logique de la « gestionnarisation » », Communication et organisation [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/4587 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4587

Haut de page

Auteur

Pascal Robert

Pascal Robert est professeur, Enssib-Université de Lyon, Laboratoire Elico EA 4147 ; pascal.robert@enssib.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org