Navigation – Plan du site
Analyse

L’orthographe dans le recrutement : critère implicite de sélection à l’embauche des jeunes

Loïc Drouallière
p. 279-292

Résumés

Cette contribution interroge les effets discriminants de l’orthographe, au cours d’un processus de recrutement en entreprise, à travers la réaction engendrée par la lecture des documents de candidature. Un dispositif expérimental en milieu naturel est mis en œuvre pour comparer les prises de contact initiées par les recruteurs suite à la réception de deux candidatures à une offre d’emploi : l’une à l’orthographe impeccable, l’autre à l’orthographe lacunaire. L’auteur démontre que la norme graphique agit en tant que critère de sélection à l’embauche.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Cadre théorique
Méthode
Constitution de l’échantillon
Caractéristiques des profils fictifs de commerciaux junior
Modalités expérimentales
Résultats consécutifs aux doubles candidatures de commerciaux junior
L’orthographe en tant que critère implicite de sélection à l’embauche
Critère variable selon la taille de l’entreprise
Des secteurs d’activité diversement concernés
Validité
Pistes de réflexion
L’orthographe en tant qu’attribut productif implicite
Motivations des organisations à discriminer
Le concept de justice organisationnelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’orthographe fait depuis longtemps l’objet de nombreuses recherches en matière d’éducation et de linguistique : son apprentissage, son sens, son histoire, ses remédiations. Si ses enjeux sociaux ont été mis en avant en tant que convention sociale (Bourdieu, 1979) ou en tant que norme prescriptive et évaluative (Kasbarian, Baggioni et Grimaldi, 1994), l’étude de ses conséquences professionnelles (Millet & Billiez, 1994) reste plus discrète. Dejonghe et al. (1996), Manesse et Cogis (2007) puis Drouallière (2013) ont tour à tour démontré que la baisse moyenne du niveau de maîtrise orthographique frappe les apprenants du collège à l’université. En revanche, les conséquences en termes de vie professionnelle et sociale sont difficiles à établir. Pour ce qui touche à l’insertion professionnelle, le candidat à un emploi dévoilera peu ou prou sa maîtrise orthographique lors des communications normées que sont le curriculum vitæ et la lettre de candidature. Ici, l’intérêt est de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Drouallière, « L’orthographe dans le recrutement : critère implicite de sélection à l’embauche des jeunes », Communication et organisation, 46 | 2014, 279-292.

Référence électronique

Loïc Drouallière, « L’orthographe dans le recrutement : critère implicite de sélection à l’embauche des jeunes », Communication et organisation [En ligne], 46 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/4822 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4822

Haut de page

Auteur

Loïc Drouallière

Loïc Drouallière est docteur en Sciences de l’éducation et chercheur en Sciences de l’information et de la communication. Il est rattaché au laboratoire I3M de l’Université de Toulon ; loic.droualliere@univ-tln.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org