Navigation – Plan du site
Dossier

À la recherche de la trace

Béatrice Galinon-Mélénec
p. 31-50

Résumés

L’appellation « Homme-trace » qui, initialement, renvoie au postulat que « tout humain est à la fois construit de traces et producteur de traces, le tout fonctionnant en système », ne peut-elle pas aussi recouvrir le rôle existentiel de l’humain dans la fabrique de la notion de trace ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les différents usages du terme « trace »
L’usage ordinaire du terme trace
Quand la trace devient « empreinte »
Quand la trace devient « indice »
Quand la trace devient « signe-trace »
L’échoïsation des signes-traces : un révélateur de signification ?
L’Homme-trace condamné à l’incommunication (a-communication) ?
La représentation humaine de la Réalité : une forme de signe-trace ?
Illustration de cette hypothèse
La trace vagabonde
Le corps, un élément incontournable de la condition humaine
Les traces du corps instrumentalisées : l’exemple des médias
La société numérique peut-elle évacuer les traces de l’existence du corps ?
Quand le corps vivant disparaît, laisser des traces numériques de son existence devient un nouvel enjeu de la présence post-mortem
Le traitement des traces numériques post-mortem : le rôle des hommes et des robots
Conclusion : la relation, une intéraction processuelle produisant la sémiotique incarnée de tout humain

Aperçu du début du texte

La revue Communication & Organisation consacrée aux « Applications de la sémiotique dans les organisations » (n° 39, 2011), nous a donné l’occasion de présenter, en binôme avec Annick Monseigne, « La sémiotique des signes-traces appliquée au recrutement : le cas de la recherche du “bon” candidat via les traces numériques ». Nous y avons mis en évidence l’importance des méthodes rationnelles dans les choix des acteurs et dénoncé les limites de cette rationalité dans l’interprétation des signes. Pour avoir attiré l’attention des praticiens sur le rôle de leur propre histoire sociale et culturelle dans leurs jugements. Avec cette prise de conscience, l’idée selon laquelle le sentiment d’évidence d’une signification n’est en fait que la trace d’un schème cognitif qui ne se pose pas la question de ses propres conditions de possibilité de penser le monde s’est imposée progressivement à eux.

De l’entreprise au musée, de l’économique à la culture, de l’individuel au social, de l’oralité à l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Galinon-Mélénec, « À la recherche de la trace », Communication et organisation, 47 | 2015, 31-50.

Référence électronique

Béatrice Galinon-Mélénec, « À la recherche de la trace », Communication et organisation [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/4876 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4876

Haut de page

Auteur

Béatrice Galinon-Mélénec

Béatrice Galinon-Mélénec est professeure en sciences de l’information et de la communication à Normandie-université (Le Havre). Elle dirige l’équipe « L’Homme-trace » de CIRTAI/IDEES UMR 6266 CNRS. Mail : galinon@free.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org