Navigation – Plan du site
Dossier

Mise en tension « des savoirs » et négociations identitaires

Exploration dans une université alternative
Sophie Del Fa
p. 73-85

Résumés

Cet article propose les résultats d’une ethnographie organisationnelle réalisée dans une université alternative (l’ULibre). Nous focalisons notre attention sur plusieurs types de « savoir » (libre, marchandisé et tourné vers l’action politique), négociés entre les membres de l’organisation et agissant sur son identité afin de comprendre à quoi peut ressembler une organisation alternative et surtout comment elle construit son identité. Suivant une approche constitutive de la communication (CCO) et une analyse ventriloque du contenu des interactions, nous postulons que le savoir multiple et disparate fragilise l’identité de l’organisation. Nous questionnons la négociation identitaire d’une université populaire dite « alternative » afin d’explorer en bout de ligne les caractéristiques et la façon dont existe ce genre d’organisations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Identité, tensions et savoir à l’ULibre : une approche communicationnelle
Identité et tension : difficile définition des organisations alternatives
De l’identité organisationnelle comme élément instable et négocié
Organisations alternatives : tensions et fragilité
Savoir pur, savoir marchand et savoir activiste
Approche constitutive de la communication et ventriloquie
Analyse : des savoirs en tension et une identité négociée
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Cet article propose les résultats d’une ethnographie organisationnelle menée à l’ULibre, université alternative québécoise créée en 2010. Sa mission principale est de « favoriser le développement de l’esprit critique en offrant à la population un accès libre et gratuit au savoir par le biais d’activités d’éducation populaire implantées dans plusieurs quartiers de la ville ». Nous proposons d’explorer et d’ouvrir la discussion sur ce qu’est une organisation alternative et surtout la façon dont ses membres construisent et font émerger une identité à partir de la négociation de différents types de savoir.

Les universités populaires (UP) sont nées en France en octobre 1899 en pleine clôture de l’affaire Dreyfus. Georges Deherme, ouvrier typographe, voulait alors créer des rencontres libres et gratuites entre intellectuels républicains et ouvriers. Dans le sillage des Lumières, il soutenait une éducation fondée sur la raison critique, l’émancipation, l’autonomisation individue...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Del Fa, « Mise en tension « des savoirs » et négociations identitaires », Communication et organisation, 49 | 2016, 73-85.

Référence électronique

Sophie Del Fa, « Mise en tension « des savoirs » et négociations identitaires », Communication et organisation [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 24 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/5204 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5204

Haut de page

Auteur

Sophie Del Fa

Sophie Del Fa est Doctorante en communication à l’Université du Québec à Montréal ; sophie.delfa@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org