Navigation – Plan du site
À paraître

Appel à contributions n° 51 de la revue Communication & Organisation à paraître au premier semestre 2017 : Les nouvelles cultures de l’information dans les organisations

Vincent Liquète, Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Marques Salgueiro

Issu des pays à économie forte, le concept de « culture de l’information » au sens anthropologique (Jenkins, 2013) et communicationnel (Liquète, 2014) du terme, désigne un ensemble de pratiques informationnelles articulant des connaissances issues de la culture académique traditionnelle (école, université, entreprise) avec celles plus intuitives et moins formalisées liées à l’information, aux documents et plus largement aux médias de masse. La culture de l’information repose ainsi sur des pratiques orales, de lecture, d’écriture et de mise en partage et en communication, dans des contextes à plus ou moins fortes prescriptions, qui sont observables dans des environnements académiques d’apprentissage, professionnels, ou culturels. De plus, le rapport culturel à l’information envisage une articulation entre des pratiques formelles et moins formelles, issues du monde social ou plus personnelles voire intimes. Face à cet émiettement des activités informationnelles, nombre de chercheurs plaident pour la forme plurielle, évoquant dès lors, les « cultures de l’information » (Liquète, 2014) ; nous considèrerons ce caractère pluriel dans ce numéro de revue. Les approches par les cultures de l’information plaident pour un dépassement des seules pratiques performatives technologiques de la recherche d’information ; ainsi, dès les années 1950, Gilbert Simondon (2012) considérait la technique comme un objet opératoire à penser avec l’homme et non pas contre lui. Comme le souligne Alexandre Serres (2014), la culture de l’information s’est construire autour d’un périmètre large considérant des comportements personnels, des gestes cognitifs, des valeurs, des pratiques, des savoirs théoriques, des savoir-faire sur l’information (Baltz, 1998).

Ces vingt dernières années, les travaux autour de la dimension culturelle des pratiques d’information se sont principalement orientés autour des secteurs de l’école, des universités et des bibliothèques (Le Deuff, 2009), et vers des problématiques liées à la question de l’acquisition de compétences et des connaissances. L’approche orientée usage(r)s (Le Coadic, 1997) visait une analyse compréhensive des usages de l’information dans le secteur des organisations et des entreprises mais restait avant tout focalisée sur le repérage et l’analyse compréhensive des pratiques d’information liées à des techniques, des dispositifs, ou des ressources. Plus récemment, les approches de la théorie du management de l’information considèrent qu’une gestion rationnelle des gisements, des accès et des contenus d’information, notamment professionnelle permet de renforcer l’efficacité de l’organisation dans son secteur d’activités ou de rayonnement ; or, comme le souligne Brigitte Guyot (2012), il est difficile de savoir si la gestion de l’information a pu changer une situation dans une organisation si ce n’est en interrogeant celle-ci par le biais de ses salariés et managers. Dans des organisations plus modestes, les responsables de micro-entreprises, d’associations, de clusters, par exemple, n’ont effectivement pas toujours recours aux techniques d’étude et d’évaluation du besoin d’information et encore moins à l’analyse des conditions de création, d’échange et de partage de celle-ci au sein de ses murs et de ses missions.

Nous considèrerons dans ce numéro, sans exception, la plus large acception de la notion d’organisation, de la micro-entreprise aux grandes organisations, dans des secteurs d’activités variés et variables. Nous tenterons ainsi, par les diverses contributions retenues, de comprendre les tendances sociales et professionnelles partagées qui semblent se dessiner face à l’émiettement des pratiques d’information, de voir dans quelles mesures l’évolution des systèmes d’information, de documentation et de communication, qui tendent à se rapprocher et à inter-opérer, transforment les rapports à l’information et à la communication à tel point qu’elle permet l’émergence de cultures ou de micro-cultures, d’identifier et de caractériser les formes d’affiliation en jeu entre les individus afin de transmettre une part de savoir-faire et de compétences par l’activité, enfin, de considérer un rapprochement de plus en plus identifiable entre les pratiques numériques sociales et les démarches info-communicationnelles attendues et soutenues au sein même des organisations. Ainsi, comme le suggère A. Perrin (2008), avec le développement d’« une forte culture de partage d’information », la circulation de l’information est d’autant plus importante que celle-ci n’est alors plus considérée uniquement comme une source de pouvoir et de contrôle de l’autre, même si elle perdure sous diverses formes ; la circulation voire le partage de l’information devient le ciment de formes de cohésion du groupe et de construction collective négociée de la connaissance. Penser ainsi la culture de l’information dans les organisations revient à mettre la focale sur la culture organisationnelle basée sur la collaboration et la confiance favorisant de surcroît le partage des connaissances et leur diffusion. Sans omettre pour autant, des formes de résistance, de contournement voire de détournement plus ou moins intentionnels. G. Le Cardinal rappelle que « La confiance est ce qui permet la prise de risques dans les relations humaines, c’est le non-dit qui lie les associés face à l’explicite du contrat, c’est la connivence opposée au contrôle tatillon, c’est l’explication de la dynamique des relations humaines en évolution incessante que ce soit vers la coopération confiante ou le conflit ouvert ».

Le numéro proposé sera articulé autour de 4 axes :

Un premier axe portera sur les questions épistémologiques et théoriques, visant à réinterroger le concept même de culture(s) de l’information, en lien avec la communication des organisations, au regard de travaux et de perspectives historiques et comparatives cherchant à caractériser l’évolution de celle-ci et sa délimitation compréhensive. Divers objets pourront être considérés, comme l’analyse de corpus de textes fondateurs sur les cultures de l’information, des objets informationnels et documentaires, des espaces et des dispositifs mis en œuvre et encouragés au sein des organisations, etc.

Un second axe cherchera à articuler les questions de recherche, de sélection, d’appropriation de l’information dans des perspectives communicationnelles. En quoi les cultures de l'information en contexte modifient-elles les approches et l’organisation même de la communication des organisations ? Quels sont les modèles d’accompagnement de la communication et des connaissances visés ? Quelles sont les nouvelles stratégies communicationnelles (Lourdes Oliveira, Aparecida de Paula, 2006) en émergence ?

Un troisième axe rendra compte de situations issues de secteurs d’activité variés (entreprises, monde scolaire, monde universitaire, associations, espaces culturels ou bibliothéconomiques, …) révélant des cultures de l’information en activité et en situation, tout en montrant les incidences de celles-ci sur les modalités de mise en œuvre, de management et d’organisation de la communication au sein de ces entités et de leur environnement d’activités. En effet, en quoi les pratiques partagées d’information au sein des organisations induisent-elles de nouvelles formes de communication et de management ?

Enfin, un quatrième et dernier axe visera un niveau prospectif et interrogera les limites voire le dépassement des approches actuelles par les cultures de l’information. En effet, voit-on dans les secteurs émergents de l’innovation (start-up, industrie innovante, clusters…), des organisations proposant de nouveaux services ou dispositifs, permettant de considérer des évolutions et des changements de pratiques qui interrogent et délimitent l’approche culturelle de l’information ?

Les articles envoyés seront soumis à une première sélection faite par le(s) coordinateur(s) du numéro. Chaque article pré-sélectionné sera ensuite expertisé en double aveugle par deux membres du comité de lecture, voire un troisième selon nécessité.

Références bibliographiques d’appui :

Baltz, C. (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-sciences de l’information, volume 35, n° 2, p. 75-82.

Jenkins, H. (2013). La culture de la convergence. Des médias au transmédia. Paris : Armand Colin / INA éditions. (Médiacultures).

Guyot, B. (2012). Management de l’information dans les organisations : éléments de méthodes, http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00665257.

Le Cardinal, G., Guyonnet, J.-F., Pouzoullic, B. (1997). La dynamique de la confiance ; construire la coopération dans les projets complexes. Paris : Dunod.

Le Coadic, Y.-F. (1997). Usages et usagers de l’information. Paris : ADBS : Nathan. (128).

Le Corf, J.-B. (2013). L’industrialisation des services aux entreprises dans les secteurs des TIC, Education permanente (supplément AFPA), juin, p. 151-160.

Le Deuff, O. (2009). La culture de l’information en reformation. Thèse de doctorat. Rennes 2 : Université. En ligne, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00421928/document

Liquète, V. (coord.) (2014). Cultures de l’information. Paris : CNRS éd. (Les essentiels).

Lourdes Oliveira, I. de, Aparecida de Paula, M. (2006). Componentes da Comunicação Estratégica : uma reflexão sobre a articulação entre os aspectos teórico-conceituais e práticos. In Intercom – Sociedade Brasileira de Estudos Interdisciplinares da Comunicação. XXIX Congresso Brasileiro de Ciências da Comunicação. UnB (Brésil) – 6 a 9 de setembro.

Perrin, A. (2008). La valorisation des pratiques de management des connaissances, outils de mesure et mesure des outils. In L. Escaffre, P. Ngobo (Eds.) Capital immatériel et performance de l’entreprise. Angers : Presses de l’Université.

Serres, A. (2014). Cultures de l’information à l’université : savoirs en jeu, enjeux de savoir. In V. Liquète (coord.). Cultures de l’information. Paris : CNRS éd. p. 115-138.

Simondon, G. (2012) (1958). Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier.

Calendrier

Date limite de remise des propositions d’article (5 000 signes) selon les consignes de rédaction : 31 janvier 2017

Sélection des propositions et notification aux auteurs : le 31 mars 2017

Remise de l’article intégral définitif de 25 000 signes maximum (espaces compris) : le 30 avril 2017

Parution : juin 2017

Propositions à transmettre à :

vincent.liquete@u-bordeaux.fr / VLIQUETE@aol.com

ivonedelourdeso@yahoo.com.br

angelasalgueiro@gmail.com

Consignes de rédaction

Bibliographie : exemples :

ARCHER Bruce (1979a), « Whatever became of Design Methodology ?», Design Studies, vol. 1, Issue 1, July, p. 17-18

ARCHER Bruce (1979b), « The Three Rs», Design Studies, vol. 1, Issue 1, July, p. 18- 20.

BAYNES Ken (1974), « The RCA Study “Design in General Education”», Studies in Design Education Craft & Technology, vol. 6, n° 2, p. 46-48.

BECK Ken et al. (2001), Manifesto for Agile Software Development, Agile Alliance. Disponible sur : http://agilemanifesto.org

BOUTINET Jean-Pierre (1990), Anthropologie du projet, Paris, PUF, rééd. 2012, (Quadrige).

ARCHER Bruce (1979a), « Whatever became of Design Methodology ?», Design Studies, vol. 1, Issue 1, July, p. 17-18

Images insérées : citer les sources en légende. Dans le cas d'images (photos, tableaux...) empruntées à un artiste vivant ou sinon à ses ayant-droits, solliciter leur autorisation. Surtout pas de copier-coller Google !

Nombre de signes : 20/25 000 signes.

Fournir courte bio + Résumé + mots-clefs + Abstract + Keywords.

  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org