Skip to navigation – Site map
À paraître

Appel à contributions n° 52 de la revue Communication & Organisation – Sociabilité et bien commun : approche internationale

À paraître au deuxième semestre 2017

Coordination

Ivone de Lourdes Oliveira, Université Pontifical Catholique du Minas Gerais, PUC-Minas (Belo Horizonte).

Ângela Salgueiro Marques, Université Fédérale de Minas Gerais – UFMG, Belo Horizonte.

Nicole d’Almeida, GRIPIC, Université Paris-Sorbonne.

Contact coordination numéro

Le numéro 52 de la revue invite à discuter et à réfléchir sur la question de la communauté, comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La dynamique organisante présente dans la constitution de communautés nous intéressera ici tout particulièrement, la notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux.

L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité.

Nous retiendrons deux pistes issues de la perspective de Tonnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tonnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations- transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique.

Poser la question de la communauté comme réalité (difficilement) observable et comme concept nous semble intéressant à l’heure de la mondialisation et à la lumière de plusieurs travaux menés en ce sens au cours des dernières décennies. La piste ouverte par A. Appadurai (1996) qui réévalue notre regard anthropologique en fonction des mutations mondiales en cours invite à repenser ce qu’il nomme « la production du local », marquée par la tension force centrifuge et force centripète. Il peut aussi s’agir de la veine développée par A. Mattelart (1992) qui parle de « communication monde » et fait rebondir l’idée ancienne du village global en mettant en lumière le problème de l’échelle (instable et difficile à cerner) du territoire. On peut aussi revenir sur le concept de « communauté imaginaire » développé par B. Anderson (1983) qui met l’accent sur la force structurante des représentations en présence et sur l’importance de la dimension symbolique. À quoi s’ajoutent les travaux récents, divers et parfois contradictoires, sur la question du bien commun et des communs en général, notamment dans la filiation de A. Hirschmann

Malgré les contradictions et paradoxes que comporte ce thème (liées à une vision essentialiste de la communauté et à l’identification spontanée d’un commun qui homogénéiserait, points identifiés par Weber et Durkheim), il est intéressant d’analyser le sens de la communauté comme une mode de vivre ensemble qui est impacté par les changements économiques, politiques et culturels (Tacussel 1998). Le choc culturel entre les valeurs des sociétés ancienne et actuelle, la force du pouvoir économique obligent à une nouvelle logique, reconfigurent les formes de vie, d’autres manières de vivre ensemble, d’autres sociabilités qui modifient le quotidien des individus et leurs pratiques (Henriques 2014). La signification de la communauté émerge finalement comme construction ou reconstruction du sens commun ou selon Tacussel (1998) comme «le partage intersubjectif du sens».

Ces aspects nous conduisent à penser les relations que les organisations instaurent avec la communauté. Les contradictions propres à la communauté, les représentations collectives des groupes, les intérêts différents et divergents de la communauté et des organisations soulignent la nécessité de comprendre les liens existant entre eux afin d’envisager d’autres relations possibles.

Au-delà de son caractère politique, culturel et communicationnel, la communauté peut être comprise comme un acteur spécifique construit à partir de la relation établie avec les organisations. Les changements dans la culture et dans les relations de pouvoir de la société contemporaine sont perceptibles, ceci développe l’ambiguité, l’instabilité de la communauté, ce qui invite à penser celle-ci comme un processus interactionnel et communicationnel instable et contradictoire.

Ce numéro de la revue met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales -civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

Ce numéro de la revue comportera plusieurs axes de réflexion :

  • Sont attendues des lectures et analyses concernant le lien entre organisation et communauté. Comment une communauté se constitue-t-elle et subsiste-t-elle, par quel mode d’organisation, selon quels processus (voulus ou imposés) ? Comment une organisation (professionnelle notamment) veut-elle ou peut-elle devenir une communauté, moyennant quels dispositifs (rhétoriques, éthiques, managériaux, techniques) ? Il est pour cela essentiel de comprendre le système normatif (et son lien avec la logique du capital) tel qu’existant aujourd’hui dans tous les domaines de la vie. Comment cette logique interfère avec les relations au sein de la communauté ? quelle est la nature des relations dans le domaine de la culture, du pouvoir économique et des relations de pouvoir ? Le cours de la vie ordinaire des communautés et des individus est fait d’un enchevêtrement d’interactions qui supposent des arrangements collectifs et institutionnels qui méritent d’être analysés et qui posent également la question des biens communs.

  • Le second axe portera sur les modes de sociabilité contemporaine, conçus à partir du concept de communauté et ceci dans des cadres variés : le niveau de la vie locale sur un territoire, le niveau de la vie professionnelle en organisation, le niveau de groupes partageant des pratiques culturelles (lecture, fréquentation des médias, croyances ou pratiques religieuses) etc. Il sera intéressant ici de mettre en évidence les choix théoriques permettant de penser la communauté à partir de la définition des publics et de sa genèse (Quéré 2003), de penser la place de l’expérience d’un événement (communauté d’aventure), d’envisager la constitution de communautés de savoir (communautés scientifiques), d’analyser le débat et les arguments développés autour de problèmes identifiés comme collectifs (communauté d’enquête), d’envisager la recherche de responsabilités, de solutions et d’actions (communauté de destin ou d’intérêt) ou encore la quête lancinante de relations amicales ou amoureuses (la communauté amoureuse telle que revisitée par les réseaux sociaux).

  • Le troisième axe traitera de la spécificité des interactions communautaires sur les réseaux numériques. Comme l’écrit D. Cardon (2010), les communautés sur Internet sont électives et résultent moins de la création de liens d’appartenance que d’interactions opportunistes dont la prémisse est l’exposition de l’identité, des goûts et des activités de l’individu (p. 81). Les incivilités, les échanges marqués par des expressions de haine (hate speech) et l’intolérance coexistent avec des tentatives plus rares permettant de penser comment l’architecture discursive des réseaux sociaux contribue potentiellement à des pratiques démocratiques, participatives et délibératives. Des insurrections politiques et des résistances s’installent, au point de rencontre entre actions collectives offline et actions online, donnant naissance à une articulation entre identités singulières et identification collective. En même temps, dans le contexte organisationnel le paradigme contemporain de l’entreprise en réseau et du travail collaboratif, par demande et par projet (Gramaccia 2013) suppose une transformation des relations, une évolution des modes de coordination des activités, des publics et de la communauté. Ceci suppose une réinvention des temporalités et des spatialités; susceptibles de promouvoir « une interdépendance croisée entre organisations et espaces publics, ou encore entre états – nations ou entre organisations elles-mêmes en analysant le rôle des pratiques communicationnelles dans les réconfigurations et changements em cours liées notamment aux phénomenes de la mondialisation, à l’évolution du travail contemporain et du développement technologique » (d’Almeida, Carayol 2014 : 9).

  • Enfin, un dernier axe propose de traiter de la communauté à partir de la réflexion menée par R. Esposito (2007) pour qui la communauté ne se réduit pas à ce qui réunit et rassemble, ce qui sépare (la différence, l’altérité) ne devant pas être sous estimé ou occulté. Esposito mise sur une perspective non substantialiste de la communauté, considérant l’ “impropre” comme point commun constitutif de toute entité et de tous les sujets, invitant à penser que la séparation est constitutive du commun. Ainsi le commun n’est pas ainsi par essence mais lié à la rencontre conflictuelle de singularités, ce qui met en avant la piste des « innombrables formes de liens, compris auparavant comme non communautaires car superficiels, fugaces, fragiles ou inconsistants » (Yamamoto 2014). Traiter de la communauté suppose que l’on pense autant les formes de la violence et de l’intolérance que celles de l’hospitalité, de l’accueil et de la reconnaissance de l’autre dont l’existence, la présence, l’apparition représentent une menace potentielle avec laquelle chacun compose selon des modalités infiniment variées.

Calendrier

Envoi de l’article intégral : 15 octobre 2017

Retour aux auteurs de l’évaluation par le comité de lecture : 15 novembre 2017

Publication du numéro 52 de la revue Communication & Organisation : Décembre 2017

Envoi des propositions aux coordinatrices du dossier

Consignes de rédaction des articles

Prévoir un résumé français, portugais, anglais et les mots-clés correspondants,

25 000 caractères maximum, espaces compris, pour les articles définitifs.

Bibliographie non comptabilisée dans le nombre de caractères.

Titre de l’article : Times New Roman 18.

Police du texte : Times New Roman 12.

Les normes de mise en page seront envoyées aux auteurs dont les propositions auront été retenues ; la mise en forme finale selon les normes fournies conditionnera l’acceptation définitive de l’article.

Bibliography

ALMEIDA Nicole d’, CARAYOL Valérie, La communication organisationnelle, une question de communauté, Revue Française des Sciences de l’information et de la communication, n. 4, 2014.

APPADURAI A., Aprés le colonialisme. Paris Payot, 2001 (trad.)

BAUMAN Z., Comunidade. A busca por segurança no mundo atual, Rio de Janeiro, Zahar, 2003.

BRANCALEONE C., Comunidade, Sociedade e Sociabilidade, in Revista de Ciências Sociais, v. 39 n. 1, 2008, p. 98-104.

CARDON Dominique, La démocratie internet, Paris, Seuil, 2010.

DEETZ Stanley A., Democracy in na age of corporate colonization. Developments in Communication and the politics of everyday life, Albany, State University of New York Press, 1992.

ESPOSITO Roberto, Communitas: origen y destino de la comunidad. Trad. Carlo Rodolfo Molinari Marotto, Buenos Aires, Amorrortu, 2007.

GRAMACCIA Gino, « L’imaginaire du lien social dans les communautés électroniques », in L’imaginaire et la représentation des nouvelles technologies de communication, Nicole Denoit (Dir), Presses Universitaires François Rabelais, Tours, 2013, p. 45-51.

HENRIQUES Marcio S., A Cultura e o poder na relação entre organizações e comunidades: aspectos relevantes in MARCHIORI M. (org.) Sociedade, Comunidade e Redes. São Caetano do Sul, SP: Difusão Editora; Rio de Janeiro, Editora Senac, 2014, p. 63-76.

QUÉRÉ Louis, Le public comme forme et comme modalité d’expérience, CURRAPP, Le sens du public, Paris, PUF, 2003, p. 113-133.

TACUSSEL Patrick, Comunidade e sociedade: a partilha intersubjetiva do sentido. Geraes - Revista de Comunicação Social, Belo Horizonte, n. 49, p. 2-12, Maio 1998.

TONNIES Ferdinand, Community and Society. New York (USA): DoverPublications, 2002.

YAMAMOTO Eduardo Yuji, Sobre o conceito de comunidade na Comunicação. Revista FAMECOS (Impresso), v. 21, p. 438-458, 2014.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org