Navigation – Plan du site

Présentation

Fondée en 1991, la revue Communication & Organisation est la seule revue scientifique francophone dédiée à la communication des organisations sous toutes leurs formes : entreprises, institutions, associations, etc. Le premier numéro de la revue a été publié en 1992, sa diffusion est semestrielle.  Éditée par les Presses universitaires de Bordeaux, cette publication internationale ouvre ses colonnes à des chercheurs reconnus, à de grandes signatures, à de jeunes chercheurs aussi, dont on ne saurait méconnaitre l’originalité de l'apport. Elle publie des articles scientifiques sur la base d’une expertise en double aveugle, avec un grand souci de rigueur, pour promouvoir une recherche répondant aux standards de qualité les plus élevés.
Lire la suite…

Dernier numéro en ligne
48 | 2015
Les organisations utopiennes

Communication et organisation n°48
Informations sur cette image
Crédits : © Presses universitaires de Bordeaux
Ce dossier, coordonné par Céline Bryon-Portet et Daniel Keller, est consacré aux utopies caractéristiques qui traversent la modernité et la postmodernité, à partir d’essais théoriques ou d’études de cas empiriques. Les textes rassemblés ici privilégient la présentation de ce type d’utopies « pratiquées » ou « concrètes » chères à Jean Séguy et à Ernst Bloch, et dont nous pouvons relever la présence au sein de certaines technopoles, entreprises, institutions publiques, ONG, organisations religieuses et sociétés secrètes, mais aussi à travers des mouvements sociopolitiques, des pratiques culturelles ou professionnelles, des réseaux numériques, des dispositifs techniques ou encore des aménagements urbains… Ils questionnent leurs enjeux et leurs finalités, leurs acteurs et leurs outils, leurs principes fondateurs, leurs discours et leur image, leurs modes d’organisation et de communication…
La notion d’utopie a connu un formidable succès depuis 1516, date à laquelle Thomas More publia son célèbre ouvrage, dépeignant le gouvernement et le mode de vie des habitants d’une île imaginaire, baptisée Utopia. Nombreux furent les auteurs qui emboitèrent le pas de l’écrivain anglais et offrirent au public des récits décrivant des sociétés parfaites : Francis Bacon (La Nouvelle Atlantide), Tommaso Campanella (La Cité du Soleil), Étienne Cabet (Voyage en Icarie), et tant d’autres, se plurent ainsi à exploiter l’ambiguïté du néologisme forgé par More à partir du grec latinisé « u-topia », lequel renvoie autant à un « ou topos », c’est-à-dire un « lieu de nulle part » ou un « lieu qui n’existe pas », qu’à un « eu topos », un « lieu de bonheur ». Si bien que le mot « utopie » en vint à désigner, dans le langage courant, un idéal inaccessible, et qu’au regard de cette nature chimérique, il prit une connotation parfois négative.
La dimension utopique ne saurait donc s’épuiser dans le seul champ du rêve et de l’évasion, ce pour quoi nous préférons, pour notre part, utiliser l’adjectif « utopien » plutôt que le terme « utopique » chaque fois qu’il s’agit de qualifier un modèle de pensée et d’action alternatif, possédant une composante imaginaire mais ne revêtant pas nécessairement un caractère irréaliste. Le propre de l’utopie, en effet, n’est-il pas d’effectuer avant tout une contestation de l’existant, ainsi que le soulignait Karl Mannheim (1956), et à sa suite Paul Ricœur (1997), lesquels lui opposaient l’idéologie, soucieuse de maintenir l’ordre établi ? Les contributions de ce dossier montrent des facettes sensiblement différentes d’un même objet d’étude, attestent de l’incroyable diversité de l’utopie et contribueront sans doute à faire progresser l’état de la recherche autour de ce thème protéiforme.
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org