Navigation – Plan du site
Dossier

Communication organisationnelle

Il n’y a pas de projet sans connaissance de l’identité
Béatrice Galinon-Mélénec

Résumé

Il est commun de prêter aux organisations des caractéristiques semblables à celles des êtres humains. Ainsi on parlera de la « mort » de l’entreprise, de son « identité », de sa « personnalité », de son « éthique », de son « projet ». Ce transfert s’effectue le plus souvent sans s’interroger sur les fondements des concepts. L’auteur ouvre ici des pistes en ce qui concerne le lien entre projet et identité.

Haut de page

Texte intégral

1Les expressions « se projeter », « avoir un projet », renvoient immédiatement à la question de savoir qui se projette, qui a un projet.

2Et la réponse suppose d’avoir résolu en préalable le problème de l’identité.

La personne :

  • 1  « soi-même comme un autre » 1990, Paris,Seuil, p. 12.

3En ce qui concerne les individus, Paul Ricoeur (1990)1rappelle qu’il faut distinguer deux significations majeures de l’identité.

4En effet, le mot « identité » – dont le terme voisin « identique » renvoie au sens de même – peut désigner :

    • 2  L’idem : le même

    tantôt la permanence dans le temps2

    • 3  L’ipse : soi-même

    tantôt l’expérience intime de soi3.

  • 4  P. Ricœur, ibid, p. 46

5Pour cet auteur, « le concept de personne n’est pas moins une notion primitive que celui de corps ; il ne s’agira pas d’un second référent distinct du corps, telle l’âme cartésienne, mais, d’une manière qui restera à déterminer, d’un unique référent doté de deux séries de prédicats, des prédicats physiques et des prédicats psychiques »4.

  • 5  Notons néanmoins que les morts gardent leur Identité.

6En fait ce sont les corps qui sont perceptibles au tiers et c’est leur émergence puis leur permanence qui est assimilé à l’existence5 ; c’est leur identification et leur ré identification qui assure que nous sommes bien en face d’une même personne (vivante).

  • 6  Sauf il en existe une objectivation par l’écriture.

7Ainsi, le corps par l’objectivation de l’être qu’il représente apparaît comme la perception première d’une personne. Ses pensées, ses représentations par leur vécu profondément intime correspondent à « une boîte noire » dont la compréhension est difficilement accessible au tiers6.

  • 7  Descartes Méditations métaphysiques, Paris, Garnier-Flammarion.
  • 8  Discours de la méthode.

8En même temps, chacun est imprégné dans son expérience intérieure du « COGITO ERGO SUM »78et pense la conscience comme première ; le corps semble alors abriter la pensée, l’extérioriser (il manifeste les sentiments, les sens captant les données qui seront « in-corporées) ». Pour Descartes, le sujet existe comme conscience de soi, comme acte de pensée ; il se sait existant par le fait même qu’il se pense, qu’il se pense pensant.

9Selon Sartre, « l’homme n’est rien d’autre que ce qu’il fait » ; la chose existe en elle-même, elle n’est ni moi ni l’autre ; elle seule dépasse la subjectivité pour exister en dehors des regards humains. L’homme n’est rien d’autre que ce qu’il fait, à condition qu’il ait la conscience de l’unité des faits qu’il a produits. L’identité n’est pas dans l’extériorité des effets, elle est dans la mise en relation qui donne sens – aux yeux de leur auteur – à leur succession.

10Cette conception a une influence sur la perception du projet : le plus souvent la question du « qui » pose moins question que le « quoi ».

11Ce primat de la chose prend une ampleur encore plus grande, quand, passant de l’individuel au collectif, on s’occupe du projet des organisations.

L’organisation9

  • 9  Tout regroupement organisé de personnes : exemples l’entreprise, l’université...

12Il s’agit pour nous de tenter un transfert des distinctions corps-pensée préalablement examinées à propos de l’identité d’une personne sur les organisations.

  • 10  Pour ne citer que quelques aspects.

13L’organisation peut être considérée comme une entité – économique, juridique, par exemple – indépendante des hommes qui la composent mais elle ne peut exister sans eux. Il est commun de lui prêter des caractéristiques semblables à celles des êtres humains ; ainsi on parlera de la « mort » d’une entreprise, de son « identité », de sa « personnalité », de sa « culture », de sa « responsabilité », de son « éthique », de son projet10.

14Mais ce transfert s’effectue le plus souvent sans s’interroger sur les fondements des concepts. Ainsi, pour reprendre l’exemple que nous examinons ici, le concept d’identité peut se référer soit à l’extériorité des corps soit à la perception intérieure d’existence et de conscience.

15En général, l’organisation favorise le tangible, le quantifiable, le dénombrable, l’évaluable, – et non l’immatériel – pour définir l’identité. Mais l’on pourrait imaginer de prendre en compte de façon aussi puissante, la « pensée collective ».

16Dans ce contexte, le projet d’une organisation ne peut se réduire à la question du « quoi » (quel projet pour telle organisation ? on parlera de projet-programme), mais doit d’abord passer par la question du « Qui » (quelle est l’identité de l’organisation qui se projette ; on parlera de projet organisationnelle).

  • 11  Si nous sortions de la comparaison initiale (corps-pensée) on pourrait aussi étudier d’autres aspe (...)

17Cette définition de l’identité est du plus grand intérêt car elle suppose que l’organisation valorise la « pensée »11(et pas seulement les actes, la production) des personnes humaines qui la composent.

18Pour transposer l’idée de Descartes à l’organisation, nous pouvons tenter d’énoncer que l’organisation existe en tant que conscience d’elle-même à condition de concevoir cette conscience comme acte de pensée et non comme substance.

19Dans ce contexte, la communication des organisations prend une place essentielle : elle devient un préalable indispensable. Si l’on admet que l’organisation puisse avoir une identité, on ne peut, sans risque de vider le mot de son sens, échapper à la nécessité de la cohérence de pensée de cette unité.

  • 12  « Grammaire génératrice des comportements », expression utilisée par le sociologue P. Bourdieu ; i (...)

20Pour reporter ici ce que nous avons conclu à propos de la position de Sartre sur la relation faits-identité, nous dirons que l’identité de l’organisation apparaît moins dans l’énoncé de la juxtaposition de ses actes que dans la conscience de leur unité, et à travers elle, dans l’organisation se pensant en tant que entité-sujet consciente de la « grammaire génératrice »12 de ses comportements ;

21Celle-ci ne se décrète pas. Elle émerge lentement par une communication interactive multidirectionnelle (aussi bien ascendante que descendante ou latérale). Elle est le ciment de l’organisation, elle en assure l’harmonie.

  • 13  Schwebig Les communications de l’entreprise ; au-delà de l’image, 1988, Paris, Mac CrawHill.

22P. Schwebig13, dès 1988, présentait l’importance de la relation identité-projet-communication d’une organisation. Mais la force de ce rapprochement n’a peut-être pas été totalement perçue. Comme lui, nous pensons que le concept d’identité est fondamental. Et il ne devrait plus être possible pour une organisation de parler de sa « mémoire » de sa « culture », de son « éthique », de ses « valeurs » sans avoir au préalable – pour des raisons logiques – précisé son identité. En somme, l’identité est à construire, elle n’est pas donnée d’emblée. Elle est première logiquement comme principe d’unité et d’horizon.

Conclusion

  • 14  CF M. Crazier, E. Friedberg L’acteur et le système. Parts, Editions du Seuil, 1977, p. 440
  • 15  Pour la gestion de la relation entre projet individuel et projet collectif, cf B. Galinon-Ménélec (...)
  • 16  L’identité de l’organisation est un tout en soi d’un degré de complexité supérieur au degré de com (...)

23Il paraît difficile en matière organisationnelle d’éviter la question du « qui » agit. Si l’organisation est perçue comme une entité, celle-ci doit être définie non seulement à partir de critères quantifiables mais aussi en terme de « pensée collective ». Il nous semble qu’une telle approche est porteuse de valeur ajoutée à la fois sur un plan conceptuel et pratique. Elle suppose un investissement préalable en terme de temps passé à la communication interne et à l’apprentissage de modes de relations nouveaux. Elle est susceptible, d’une part, de constituer un apport décisif dans la relation entre l’acteur et l’organisation qui l’emploie1415et d’autre part de modifier profondément la conception que l’organisation a d’elle-même16.

Haut de page

Notes

1  « soi-même comme un autre » 1990, Paris,Seuil, p. 12.

2  L’idem : le même

3  L’ipse : soi-même

4  P. Ricœur, ibid, p. 46

5  Notons néanmoins que les morts gardent leur Identité.

6  Sauf il en existe une objectivation par l’écriture.

7  Descartes Méditations métaphysiques, Paris, Garnier-Flammarion.

8  Discours de la méthode.

9  Tout regroupement organisé de personnes : exemples l’entreprise, l’université...

10  Pour ne citer que quelques aspects.

11  Si nous sortions de la comparaison initiale (corps-pensée) on pourrait aussi étudier d’autres aspects immatériels dont les émotions, l’affectif.

12  « Grammaire génératrice des comportements », expression utilisée par le sociologue P. Bourdieu ; ici nous l’utilisons pour signifier que la relation entre identité et comportements peut être comparée à celle existant entre la grammaire –dont les règles sont relativement peu nombreuses et structurantes de l’expression – et la multitude de phrases –exprimant en toute liberté la pensée que l’on peut énoncer en s’y conformant.

13  Schwebig Les communications de l’entreprise ; au-delà de l’image, 1988, Paris, Mac CrawHill.

14  CF M. Crazier, E. Friedberg L’acteur et le système. Parts, Editions du Seuil, 1977, p. 440

15  Pour la gestion de la relation entre projet individuel et projet collectif, cf B. Galinon-Ménélec Projet et communication dans les universités, 1991, Paris, Editions d’organisation. Signalons simplement qu’il existe des différences culturelles dans cette gestion (à cet égard, la comparaison France-Japon est significative)

16  L’identité de l’organisation est un tout en soi d’un degré de complexité supérieur au degré de complexité de ses parties et de la somme des identités des personnes qui la composent. Elle a des propriétés propres. Mais elle est néanmoins dépendante des composantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Galinon-Mélénec, « Communication organisationnelle », Communication et organisation [En ligne], 1 | 1992, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1542 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.1542

Haut de page

Auteur

Béatrice Galinon-Mélénec

Maître de conférences à l’ISIC, Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 et chercheur au GREC/O, spécialiste des méthodes de conduite de projet, elle a publié plusieurs études sur cette question et notamment Projet et communication dans les universités. Éditions d’organisation, Paris, 1991.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org