Navigation – Plan du site
Bibliographie

Le management clandestin, Michel Moullet. Inter-Éditions, 1992, 235 pages

Gino Gramaccia

Texte intégral

1L’auteur tient là, sans conteste, une idée originale : les acteurs managés détourneraient, dans l’entreprise, règles, méthodes et plans du management officiel au profit d’un management « combiné » dans les structures profondes de l’organisation. Ce management clandestin échapperait au diktat des structures apparentes (l’organigramme, par exemple) et de la volonté managériale à l’origine de la stratégie. Cette thèse marque une pause important dans ce puissant courant d’édition (auquel les Inter Editions sont associées, d’ailleurs) consacré, depuis une décennie, au management stratégique déroulant à l’envi modèles et procédures, préceptes et recettes. L’inspiration, il est vrai, est sociologique qui nous renvoie à une économie de l’implicite social, tel qu’il se trame, se structure, forge sa propre cohérence, par opposition, et de façon irréductible, à la réflexion stratégique et aux réponses technocratiques.

2Michel Moullet dit que le management clandestin est concentré dans les univers opérationnels : il est clair que les groupes professionnels décident, de manière plus ou moins concertée, plus ou moins consciente, parce qu’il en est ainsi de la logique empirique des savoir faire, de libres performances et de scénarios non pensés dans les stratégies. « La où s’arrête la prédiction commence la liberté d’action et le jeu des relations, de la négociation et de l’échange, dans une attitude active qui la plupart du temps ne se remarque : elle s’applique à emprunter ou à aménager des chemins détournés, cachés au regard managérial » (p. 43).

3Les « clandestins »forment des pôles, nouent des coalitions, structures des filières, préservant ainsi une tradition orale d’un management implicite et intimiste. En conclusion, l’auteur ne manque pas de s’interroger sur le rôle du manager officiel, invité à « dévoiler le mangement clandestin », à « tenir à jour l’inventaire (des) savoir-faire empiriques », bref, à avoir une vision claire des structures profondes ». Le voile et la lumière sont-ils, dans ce discours, les métaphores d’une impudeur managériale ? La contradiction est nette, en tout cas : le clandestin ne souffre pas d’être révélé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gino Gramaccia, « Le management clandestin, Michel Moullet. Inter-Éditions, 1992, 235 pages », Communication et organisation [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1641 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.1641

Haut de page

Auteur

Gino Gramaccia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org