Navigation – Plan du site
Dossier

Un bain révélateur

Alain Desauvage

Résumés

Trois raisons sont souvent évoquées pour organiser un circuit d’information Interne : diffuser les messages de la Direction, motiver le personnel et renforcer le sentiment des collaborateurs d’appartenir à leur entreprise. C’est donc une vision pacifiée de la société. d’où sont exclus les problèmes, les conflits et les lacunes, que présente généralement la presse d’entreprise, puisque tout y est vu du sommet. La confusion entre le lieu du pouvoir et la rédaction d’un organe de presse Interne – vécu comme un outil – transforme la mission de communication de ce dernier en un processus de propagande. Le Journal d’entreprise ne peut pas être un « outil du management ». Il doit être un vrai Journal, doté d’une autonomie rédactionnelle inscrite dans les principes, dans les structures et dans les procédures.

Haut de page

Texte intégral

  • 2  Jean-Noël Kapferer, Rumeurs, Le Seuil. 1987, p. 209.
  • 3  Jean-Noël Kapferer, Rumeurs, Le Seuil, 1987, p. 112.

1La rumeur, ce « plus vieux média du monde », selon l’expression de Jean-Noël Kapferer, est un cancer. La maladie apparaît « lorsque les gens ont le sentiment d’avoir perdu tout contrôle sur leur propre avenir »2. Et, se nourrissant d’elle-même, elle envahit l’espace de la communication, tout spécialement au sein des entreprises, qui sont, à cet égard, un milieu privilégié : on y cultive trop souvent le goût du secret, les conflits d’intérêts y sont fréquents, les risques en tout genre y produisent stress et anxiété. En réaction au dirigisme qui caractérise la structuration de beaucoup d’entreprises, la « rumeur est une œuvre collective, produit de la participation de chacun »3. Elle a ses acteurs, ses publics et ses scènes : qui ne connaît, s’il parle de l’entreprise, le rôle de diffusion des machines à café ?

2Aussi, en réaction è ces rumeurs, chaque entreprise tente-t-elle de développer des systèmes d’information rationnels, émanés du sommet et dirigés vers la base. Mais, s’il s’agit de contrer les rumeurs, il n’est pas souvent question de remettre en cause l’attitude initiale de discrétion sur l’essentiel, et, surtout, sur les problèmes.

Du khôl ou de la crème

3En dehors de l’énervement causé par les rumeurs, trois autres raisons sont souvent évoquées pour organiser un circuit d’information interne : diffuser les messages de la Direction, motiver le personnel, et renforcer le sentiment des collaborateurs d’appartenir à leur entreprise. Par une pente naturelle, c’est donc une vision pacifiée de la société, d’où sont exclus les problèmes, les conflits et les lacunes, que présente généralement cette presse d’entreprise, puisque tout y est vu du sommet, comme le constatent de récentes enquêtes de l’Association beige de la Presse d’Entreprise et de l’Institut de l’Entreprise.

4Sur un autre plan, la présence, malgré tout, de tensions internes – par ailleurs nécessaires – n’empêche pas une entreprise de communiquer vers l’extérieur. De se dire. Comme toute autre personne, elle présente sa meilleure image ou se laisse trahir par ses actes. À ses clients, elle exprime chacun de ses points forts, plus ou moins subtilement. Pour séduire, il n’est pas nécessaire de proclamer qu’on est la plus belle ; on peut laisser deviner ; on peut suggérer ; on peut aussi, tout simplement, démontrer et prouver. Permanents ou occasionnels, les médias qui portent ce discours sont connus : publicité imprimée ou audiovisuelle, relations publiques, parrainages, etc. Dans le meilleur comme dans le pire des cas, ils s’apparentent au maquillage : soit un simple trait de khôl souligne l’éclat d’un regard vrai, soit des fards épais tentent de masquer des rides tenaces. Il arrivé pourtant toujours un moment où la vérité doit se montrer nue. Pour l’entreprise, c’est celui où le client peut effectivement mesurer la qualité du produit ou celle du service rendu.

  • 4  Sonia Younau, Entretien avec Jean Baudrillard. Totalement obscène et totalement séduisante. In La (...)
  • 5  Une équipe de chercheurs de Nancy-I, dirigée par Didier Desor, a montré que les rapports sociaux s (...)

5On parle abondamment ailleurs des techniques et du contenu de ce discours de l’entreprise vers son environnement. On parle beaucoup aussi des propos qu’elle tient sur la notion même d’entreprise et sur les évolutions de l’idéologie qui sous-tend l’action d’entreprendre. Mais, derrière le visage, derrière la parure et le costume, vit un corps social sans doute moins simple que ce que donne à croire l’image proposée. Quand il « avance »4, fût-ce avec son client, quand il « pense » à lui, c’est au prix de compromis entre différents organes, au prix d’efforts conduits contre la fatigue, au prix du travail humble comme à celui de la créativité fulgurante, luttant contre autant de paresse et de médiocrité. La publicité et les relations publiques de l’entreprise, a des degrés divers, négligent bien évidemment ces fièvres, ces remous et ces bouillonnements. Purs véhicules d’image, elles disent de moins en moins sur les produits et les services et parient de plus en plus d’elles-mêmes, comme le révèle Jean Baudrillard5. Et, même si le corps social est parfois tout aussi barbouillé que celui de la jeune femme qui se maquille pour aller au bal, cela ne l’empêche pas toujours de briller.

Ne pas confondre l’entreprise et le pouvoir

6Quand l’entreprise prend la parole pour se dire, et pour dire qu’elle le dit, c’est, comme système organisé en société, en s’adressant aux divers composants de son environnement : clients, fournisseurs, concurrents, etc. Mais, dès lors que, prenant conscience des ressources humaines qu’elle recèle, elle prétend se définir un public interne, les choses se compliquent.

7Tout d’abord, il s’agit de savoir qui parle. Si le discours de ce qui se présente, malgré la contradiction des tonnes, comme des « relations publiques internes » est destiné aux ouvriers et aux employés, il ne peut évidemment pas, dans le même moment, émaner d’eux. Se constitue donc ainsi, dès la prise de parole, un pôle qui croit s’identifier par excellence à l’entreprise, qui se pose comme l’entreprise qui parle, mais qui, par le même, en exclut ses collaborateurs. On ne peut pourtant pas être à la fois le locuteur et la cible de son discours. Puisqu’elle est composée de l’ensemble de ses collaborateurs (et c’est sans doute l’une des facettes qu’elle affiche désormais le plus volontiers), l’entreprise ne peut donc pas leur tenir discours par la seule voix du sommet. Et faut-il s’interroger sur la nature de ce qui se présente pourtant comme tel.

8En présence des multiples messages publiés sous l’étiquette « éditorial » dans les journaux d’entreprise, force est de constater qu’ils émanent malgré tout, dans la plupart des cas, de la haute Direction. Nous ne disons évidemment pas qu’est illégitime le discours du pouvoir, mais qu’il est regrettable que, au sein de l’entreprise, il soit effectivement des lieux qui ne se confondent pas avec la totalité de l’entreprise, mais d’où l’on parle en prétendant la dire toute.

9Ce raisonnement, assez simple convenons-en, ne s’impose pourtant pas d’emblée aux dirigeants, même s’ils sont habités de l’idée, pourtant absolument symétrique, que le discours syndical ne saurait contenir la totalité des réalités de l’entreprise.

10Après avoir posé que, dès lors qu’on parle de communication interne, on est contraint de changer d’échelle et que ce n’est plus l’entreprise qui parle – se parler à soi-même, n’est-ce pas un symptôme de maladie mentale ? – mais qu’il est parlé d’elle en son sein, on remarquera que l’entreprise se développe comme une microsociété5, avec ses valeurs explicites et implicites, avec son histoire et ses rites, avec ses leaders et ses marginaux, une microsociété tendue, pour simplifier à nouveau, entre un pouvoir et ses publics.

11Dès lors, les médias qui sont mis en œuvre ne doivent pas être appréhendés d’abord par leur nature technique, mais bien par rapport à leurs liens avec les différentes sphères qui composent la société entrepreneuriale.

12En effet, si l’entreprise est une microsociété, on comprend bien que, calquée sur la société globale, elle développe parallèlement à celle-ci, des moyens de communiquer. Mais, selon que cette société est ouverte ou fermée, qu’elle fonctionne sur un modèle totalitaire de concentration de tous les pouvoirs en un seul centre, ou sur un modèle participatif qui éclate le débat en de multiples points de discussion, chacun de ces médias servira un autre projet et s’articulera différemment.

Ne pas confondre le pouvoir et la communication

13Une des critiques le plus souvent adressées à la presse d’entreprise tient dans le fait qu’elle serait à la dévotion du pouvoir. Qu’il soit écrit ou audiovisuel, le journal d’entreprise ne pourrait être pensé qu’aux mains de la plus haute hiérarchie. Cette critique a priori ne rend pas toujours vraiment compte du contenu des médias d’entreprise. Elle traduit cependant l’inquiétude face à des expressions souvent employées par les dirigeants selon lesquelles la culture ou le journal d’entreprise seraient des outils de management, des instruments de pouvoir, comme le proclamait un récent colloque de l’Institut de l’Entreprise. Répondant à la logique de la concentration des pouvoirs, cette attitude d’appropriation des médias internes par la haute Direction n’est pas sans évoquer les pratiques de propagande de sociétés civiles plus larges, aux idéologies aliénantes. La confusion entre le lieu du pouvoir – dont il n’est cependant pas contestable qu’il puisse légitimement s’exprimer et se faire entendre – et la rédaction d’un organe de presse interne – vécu comme un outil – transforme la nature de la mission de communication de ce dernier en un autre processus : mise en forme de l’opinion, déformation, propagande. L’amalgame débouche immanquablement sur la concentration des médias, sur la sélection des nouvelles à diffuser, sur la censure des autres voix. Le discours devient stéréotype, parce que ce système idéologique énonce que la vérité ne réside pas dans le chaos des faits, mais bien dans la volonté de les mettre en ordre. Il postule donc que la haute Direction de l’entreprise, monopolise l’information et la communication. Société totalitaire : celle où se confondent tous les pouvoirs.

Ne pas confondre la communication et le public

14Nous voudrions aussi attirer l’attention sur deux points moins visibles, situés aux antipodes du pôle du pouvoir.

15On constate fréquemment en effet, que si les médias de l’entreprise sont souvent caractérisés par ce fait qu’ils seraient construits par la volonté de motiver et de faire s’identifier le personnel à l’entreprise, ils le sont aussi par le vide du contenu.

16Oserait-on faire remarquer que, dans l’univers de la grande presse, on trouve un modèle analogue : celui — malgré de notables exceptions — de la presse féminine. Elle aussi fait un appel permanent à l’identification et joue sur la proximité. Son discours, souvent intemporel à l’exception de l’évocation du rythme des saisons, est essentiellement sécurisant, comme si le monde extérieur n’existait pas (Sur la route de ce colloque on pouvait voir des affiches qui proclamaient : « Flair le jeudi : mon anti gris ! »). D’un égotisme absolu, la presse féminine constitue un appareil idéologique assurant la reproduction de rôles sociaux, notamment dans le domaine de la consommation. On sera moins surpris du parallélisme si l’on note que la presse féminine véhicule en masse la publicité qui délivre l’image du produit des entreprises. Ainsi, les connexités entre les deux univers ne nous paraissent pas dues au hasard. Et l’on comprend que – à l’opposé du risque de devenir un instrument de propagande du pouvoir – le journal d’entreprise qui se laisserait enliser dans un discours sublimant, prisme déformant du réel, ferait peut-être s’évader ses lecteurs, mais deviendrait l’insupportable support d’une idéologie mollement exprimée, mais, elle aussi, terriblement aliénante.

17En second lieu, et toujours comme la presse féminine qui, en plus de discourir sur les mille et une façons de consommer la vie et les produits des entreprises, manifeste une grande impudeur en incitant ses lectrices à se confier en permanence par le courrier, nous constatons que cette question du « Courrier des lecteurs » obsède bien des commentateurs de la communication d’entreprise.

  • 6  Sur ce point, voir Alain Desauvage, Un media au sein de l’entreprise, du vrai journalisme. In Guid (...)

18Au-delà même de cette règle que ce n’est pas le lecteur qui fait le journal, mais le journaliste – et que le lecteur est la pour lire –, la gestion d’un courrier des lecteurs appelle bien des précautions. De nombreux quotidiens ont connu des mésaventures à cet égard, tant il est difficile de faire le partage entre les opinions excessivement critiques – et souvent anonymes – et les avis exagérément laudatifs – toujours signés –, sans qu’il s’agisse, instantanément, d’un acte éditorial. Sans approfondir, on peut affirmer que le courrier des lecteurs n’est en tout cas pas l’instrument d’expression de la base qu’on prétend parfois, malgré les apparences6.

Pour un véritable journalisme d’entreprise

19Il nous parait qu’à l’écart de ces deux pièges de la confiscation du journal par le pouvoir et de sa dissolution dans son lectorat, l’information d’entreprise devrait revêtir les caractères d’un véritable journalisme.

20Ce journalisme se fait une profession de médiatiser une partie des interrelations entre les acteurs de l’entreprise. C’est lui qui peut, le plus sûrement, assurer l’élargissement spatio-temporel, la focalisation et l’amplification qui caractérisent le rôle de la presse d’information dans les sociétés ouvertes.

21Idéalement, il va présenter le discours du pouvoir sans en être le porte-voix, le resituant dans un contexte, le replaçant en perspective ; idéalement toujours, il va exprimer le vécu du public sans en devenir l’aiguillon, élevant au jour des expériences quotidiennes, racontant des opinions qui traversent la société. On comprend que la mission de l’informateur consiste à présenter la synthèse des messages émanant de ceux qui dirigent la société : chacun doit pouvoir, pour remplir son rôle et pour s’épanouir, se situer dans le concert global, et comprendre les politiques, les objectifs, les stratégies et les tactiques. Chacun doit pouvoir effectuer en toute connaissance de cause les choix qui lui incombent. La judicieuse présentation des textes officiels, à côté de la libre consultation de leur version intégrale qui doit être ouverte à tous, permet au public de se forger son opinion. C’est vrai dans la vie politique, c’est vrai au sein des entreprises. En outre, l’éclairage sera meilleur si l’on ajoute à ces informations des interviews ou des comptes rendus qui les complètent en montrant les dimensions des hommes qui tiennent les rênes.

22C’est ici sans doute que l’on risque de heurter quelque peu. En effet, ce nouvel esprit d’entreprise, orienté vers la performance, a un goût de liberté. C’est cette liberté qui motive. L’approche culturelle de l’entreprise se base sur l’adhésion des collaborateurs à la dynamique entrepreneuriale plutôt que sur le respect de pouvoirs strictement hiérarchisés. Et, dans ce contexte, quels qu’en soient les médias, l’information remplit au sein de l’entreprise une indispensable fonction critique.

23Ainsi le journal d’entreprise, pour accomplir sa vraie mission – définir un espace de médiatisation dans l’entreprise et assurer une fonction critique – ne peut pas être un outil du management.

24Il doit être un vrai journal, doté d’une autonomie rédactionnelle, inscrite dans les principes, dans les structures et dans les procédures. Et ses techniques doivent être professionnelles. Ainsi, l’expression des sentiments et des opinions du public, de son expérience quotidienne, sera assurée par des techniques d’écriture – textuelle ou audiovisuelle – comme l’enquête, le reportage, le sondage d’opinion qui décriront, vus à travers le regard du journaliste, les ambiances, les décors, les gestes de tous ceux dont le travail participe au progrès commun.

Médias permanents ou médias occasionnels ?

  • 7  George. Thill. Politique de l’information, in Droit à l’information. Droit à la Formation, Actes d (...)
  • 8  Pierre Mory. La Presse parallèle : définition et inventaire, in Droit à l’information, Droit à la (...)

25Cette formule postule que les propriétaires du journal, la Direction de l’entreprise, comprennent bien qu’une « politique de l’information constitue une manière parmi d’autres de permettre à des collaborateurs, aujourd’hui facilement réduits à entendre des discours par rapport auxquels le contrôle leur échappe, à sortir de l’anonymat et à pouvoir se situer dans des rapports de force avoués »7 et que « la crédibilité de la presse d’entreprise sera dès lors liée à son contenu et à son ton »8 Cette formule implique aussi que les rédacteurs du journal assument par leur professionnalisme l’autonomie qui leur est reconnue. Elle requiert enfin que les objectifs fondamentaux de la communication au cœur de l’entreprise soient clairement définis et exprimés afin que chacun sache, avec précision, la teneur des enjeux. Alors, il sera temps de choisir entre des médias permanents ou des médias occasionnels.

26En tout cas, son but, dans cette optique, n’est pas de publier des certitudes, mais d’inviter au questionnement. Il s’agit de révéler, au sens photographique du terme, la culture de l’entreprise… et donc de maintenir ouverte une fenêtre sur l’imaginaire dans le lieu de la rationalité économique. En explorant les réalités quotidiennes de l’entreprise – travail professionnel et relations humaines –, le journal va, immanquablement, mettre au jour ces valeurs spontanément partagées ; il va les dire, alors qu’elles sont inconsciemment vécues ; il va les révéler, comme apparaît progressivement une image sur la pellicule plongée dans un bain de développement.

Haut de page

Notes

1  Roger Clausse, Le journal et l’Actualité, Institut de Sociologie de l’ULB, 1963, et Éditions Gérard et C. Marabout Université, n° 133. Verviers 1967, p. 62.

2  Jean-Noël Kapferer, Rumeurs, Le Seuil. 1987, p. 209.

3  Jean-Noël Kapferer, Rumeurs, Le Seuil, 1987, p. 112.

4  Sonia Younau, Entretien avec Jean Baudrillard. Totalement obscène et totalement séduisante. In La Pub, Autrement, n° 53, octobre 1983, p. 165.

5  Une équipe de chercheurs de Nancy-I, dirigée par Didier Desor, a montré que les rapports sociaux s’articulaient de la même manière dans les petites sociétés que dans les grandes. Cfr Bernard Weber, J’ai rencontré des rats capitalistes. in Nouvel Observateur, n° 1320, 23-28 février 1990, p. 86.

6  Sur ce point, voir Alain Desauvage, Un media au sein de l’entreprise, du vrai journalisme. In Guide des Médias, Kluwer. 1989.

7  George. Thill. Politique de l’information, in Droit à l’information. Droit à la Formation, Actes du Colloque de Tournai (1984), CLPCF1986, p. 41.

8  Pierre Mory. La Presse parallèle : définition et inventaire, in Droit à l’information, Droit à la Formation. Actes du Colloque de Tournai (1984). CLPCF 1986, p. 298.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Desauvage, « Un bain révélateur », Communication et organisation [En ligne], 4 | 1993, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1667 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.1667

Haut de page

Auteur

Alain Desauvage

Alain Desauvage est chargé de cours à l’Institut des Hautes Etudes de Communications Sociales (IHECS) de Bruxelles. Depuis 1977. Il dirige le Département de Communication Interne de la BBL, deuxième banque beige, et il est membre du Comité directeur de l’Association beige de la Presse d’Entreprise (ABPE). Il a publié Un Média au sein de l’Entreprise : du vrai Journalisme, dans le Guide des Médias. chez Kluwer, 1992. Alain Desauvage est aussi Special Advisor du Ministère de la Culture de Sri Lanka, pays sur lequel il a publié Tableau d’une Economie en Développement, Arts et Idéés. 1976, en collaboration avec Micheline Van de Wiele.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org