Navigation – Plan du site
Bibliographie

Les dircoms : à quoi sert la communication ? de Robert Tixier-Guichard et Daniel Chaize. Seuil 595 p. annexes et index 170 Frs

Catherine Pascal

Notes de la rédaction

Cette rubrique a été réalisée par Gino Gramacia, Hugues Hotier et Catherine Pascal

Texte intégral

1Ce livre instructif à souhait nous conte un voyage fabuleux dans le monde de la communication d’entreprise.

2Nos guides sont deux journalistes travaillant au Centre d’Information sur les médias.

3Les « hérauts » de la communication ne sont autres que les dircoms les plus en vue.

4Sous forme d’une minutieuse et scrupuleuse enquête les auteurs tentent de répondre à deux questions essentielles pour notre société de consommation. A quoi sert la communication ? A quoi servent tous ces efforts et cet argent dépensé ?

5Les réponses des dircoms révèlent bien des paradoxes.

6L’écart le plus manifeste est celui qui sépare les termes du discours (dialogue, transparence, information, échange....) et les constats (réactions des publics ciblés).

7Tous les outils et méthodologies pratiqués en communication sont passés en revue : journal interne, vidéo, actions de relations publiques, audit, plan de communication et baromètres d’image. Tels les Persans de Montesquieu, Robert Tixier-Guichard et Daniel Chaize décryptent les décalages entre intentions et résultats. De la communication produit au marketing territorial, tous les domaines passent sous le regard lucide, jamais teinté d’ironie. En effet, le temps n’est pas au procès mais à la prise de conscience.

« La communication n’est pas ce qu’elle dit être : échange égal entre les hommes. Elle est un mode de management, de direction, d’influence et de séduction de l’opinion. Autrement dit : « une nouvelle manière de faire des affaires et de gouverner le monde ».

8La communication apparaît alors comme étant un phénomène proprement politique. L’enjeu de ce livre n’est pas de s’interroger uniquement sur le présent et l’avenir des dircoms mais plus précisément sur celui de la communication dans son ensemble. A ce propos, les auteurs nous proposent de « revisiter » les essais de Norbert WIENER et d’Edgard MORIN. L’actualité de ces écrits n’en est que plus évidente.

9Le malentendu le plus grave est que la communication se veut information.

10L’information devenue message ne peut plus être alors, la restitution contradictoire ou pluraliste du réel.

11Sa nature profonde est bafouée par l’exigence de rentabilité. A l’extrême, toute information se doit d’être positive ou positivée.

12Les libertés dé notre espace public, en d’autres termes, de notre démocratie peuvent en être ébranlées.

13Si la communication n’est autre que l’outil du « capital image » des entreprises, son impact sur l’histoire et sur la nôtre, à plus court terme, n’en sera que discutable.

14Au delà d’une critique acerbe sur les dircoms, les auteurs réfléchissent sur ce qu’est véritablement un métier de communication. En effet les « premiers « dircoms, sont pour la plupart d’anciens journalistes.

15Est-il nécessaire de souligner que ce livre décapant est à lire de toute urgence ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Pascal, « Les dircoms : à quoi sert la communication ? de Robert Tixier-Guichard et Daniel Chaize. Seuil 595 p. annexes et index 170 Frs », Communication et organisation [En ligne], 4 | 1993, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1689 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.1689

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org