Navigation – Plan du site
Axe 2 : Approche par le sens – Stratégies d'influence
Communications

Débat avec le public

Texte intégral

1Wolfgang Settekorn : Monsieur Breton vous avez fait une reconstitution idéaliste historique. Cet espace public vous l’avez utilisé de manière métaphorique sans renvoi à l’espace public réel.

2Il y a deux éléments qui entrent en compte intimement : c’est l’organisation temporelle et spatiale et cela réfère à la question de la démocratie parce que la naissance de la rhétorique sur l’Agora a présupposé un espace bien clos et a présupposé que les gens avaient le temps de la délibération ; cela était possible parce que c’était une société d’esclaves.

3L’idéal de l’argumentation qu’on construit aujourd’hui a des implications profondément historiques et sociales. Il faudrait éviter de tomber dans l’aporie qui reste sur le niveau des notions idéalistes. Quant à l’argument du temps, aujourd’hui on a les médias qui interviennent sur le temps de délibération qu’on a pour développer une argumentation ; même si nous vivons cette situation avec cette délimitation du temps, on n’a pas le temps de délibérer ; même ici entre nous, le temps est délimité. Et c’est une certaine schizophrénie de parler de démocratie, de prise de parole sans avoir le temps d’en parler, j’aimerais insister sur une construction historique qui intègre les conditions de la production de catégories dont vous venez de parler.

4Christian Le Moënne : Une question rapide et fondamentale. Qu’est-ce qui se passe avant que la rhétorique soit possible ? On parlait de la manipulation, on peut introduire certainement une distinction entre manipulation et influence. Qu’est-ce qui fait que dans certains contextes il y ait des propagations d’idées, qui amènent certains anthropologues à envisager d’un point de vue très radical une epidémiologie de l’idée ? Et donc, quelles sont les conditions préalables à toute énonciation, des conditions qui font que cet énoncé soit possible comme énoncé faisant sens, des conditions même peut-être infra-sociales ? La notion de manipulation renvoie aussi à des éléments qui sont de l’ordre de la jonction entre le biologique et le culturel.

5Daniel Bougnoux : J’ai vraiment beaucoup aimé cette conférence et cela m’a rappelé des études personnelles. J’avais oublié certains textes et c’est génial de citer les stoïciens. Les stoïciens sont les inventeurs de la sémiologie, ils font une très nette distinction entre l’indiciel et le symbolique et au fond, quand ils nous invitent à remplacer la morsure des choses par un théâtre de la représentation, ils nous invitent à remplacer le monde réel par une sémio-sphère. Et on serait bien sûr libre de manipuler cette sémiosphère alors que, par définition, les choses nous échappent. Seulement quand Marc Aurèle dit « creuse en toi », ce n’est pas un homme plein qu’il imagine, tu le dis très bien par la suite. Je crois qu’il nous invite à creuser en nous l’espace de la scène. « Creuse en toi » veut dire rends-toi sémiotique et non pas indiciel. Si l’indice est de l’ordre de la contagion d’une relation cause-effet, d’une partie à un tout, c’est-à-dire d’Induction, le symbolique est au contraire sur le mode de la distance et de l’arbitraire. Tout cela je ne me retiendrai pas de le reprendre cet après-midi dans ma conférence sur le sujet de la suggestion. El vraiment, je suis très frappé par cette communication.

6Je vous remercie d’introduire cette dimension du temps. J’en avais peu pour pouvoir en parler. Et pour remettre un peu cette dimension historique, je me réfère à un texte très curieux de Tacite Le dialogue des orateurs écrit aux alentours de 83 et qui a été retenu dans la littérature comme l’énoncé d’une plainte et comme le symptôme de la fin du régime démocratique. On commence à rentrer de plein pied dans l’Empire et Tacite pose un certain nombre de questions tout à fait étonnantes.

7Tacite dit qu’aujourd’hui il n’y a plus de temps pour parler. Avant les orateurs n’étaient pas contrôlés par le temps et on pouvait les écouter avec une grande patience et intérêt. Aujourd’hui tous les formats sont de plus en plus courts. C’est étonnant.

8Il ajoute que dans les écoles de rhétorique aujourd’hui, on ne parle plus que des jeux de cirque – c’est-à-dire de la télévision – même les professeurs de rhétorique ne parlent plus que de cela. Tacite ajoute, qu’est devenue cette science du débat public, démocratique, puisqu’aujourd’hui le sénat n’a plus de fonction et que c’est l’Empereur qui décide tout ? Tacite nous propose cette fameuse explication : tout ce savoir rhétorique qui était auparavant consacré à l’espace public et à la délibération politique s’est réfugié dans un genre nouveau qui a émergé du fait de l’introduction de l’Empire, c’est-à-dire la littérature, le roman. Le roman est né de la fin du politique. Ce qui nous ouvre des perspectives étonnantes.

9Sur les médias aujourd’hui : ce n’est pas uniquement une question de gestion du temps, car je crois qu’on peut jouer avec le temps. Par contre, il y a des choses avec lesquelles on ne peut jouer et avec lesquelles les médias jouent, c’est la représentation que beaucoup de journalistes ont du discours argumentatif comme un discours informatif. Tout le monde en a fait l’expérience. Vous êtes interviewé ou quelqu’un qui a quelque chose à défendre vient devant le média. Argumenter, c’est se mettre dans un cycle, se mettre dans un temps plus ou moins long, c’est dérouler un fil argumentatif. Il se rencontre aujourd’hui de moins en moins de journalistes qui savent ce que c’est qu’un fil argumentatif. Ce qu’ils veulent c’est découper des unités discrètes dans notre discours éventuellement pour pouvoir en faire un montage. Et si le journaliste interrompt, ce n’est pas pour vous couper la parole, c’est qu’il a cru repérer une unité discrète informative qui fait sens pour lui, et on va passer à une autre. C’est-à-dire que la représentation que les médias ont de ce qu’est le discours public c’est une représentation informative et pas du tout argumentative. C’est là qu’il y a un hiatus à corriger.

10Pour répondre à la question de Christian Le Moënne sur l’épidémiologie des idées, prenons un exemple très actuel sur lequel j’ai beaucoup débattu, et d’autres aussi : la question de la propagation des idées d’extrême droite en France. Hélas, nous avons là un terrain, dont on se passerait bien, d’observation de ce que sont les procédures manipulatoires. Dans le débat sur la violence du Front National, il y a deux positions actuellement. Il y en a une qui s’articule sur la métaphore du thermomètre. Le Front National est le thermomètre d’une situation pré-existante qui est liée à des causes sociales : il y a 25 % de gens racistes dans la société française, il y a la crise sociale, le chômage. Le Front National construit son influence sur ce terreau-là. C’est la première explication et je ne la partage pas du tout. Je l’ai partagé pendant de nombreuses années et je ne la partage plus depuis quelques mois.

11Je crois que nous avons sous-estimé la capacité d’influence propre d’un électeur. Nous sous-estimons l’influence propagandiste spécifique, nous sous-estimons le fait que quelqu’un qui veut manipuler l’opinion arrive en partie à manipuler l’opinion. Le Front National n’est pas un thermomètre à mon sens, c’est une source qui a, dans un certain nombre de destins individuels, transformé des personnes qui avaient peut-être une petite ambiguïté sur la présence de l’autre, de l’étranger et qui, a force de messages répétitifs sur l’étranger source de problèmes, deviennent progressivement xénophobes et racistes là où leur destin individuel dans une autre société protégée de ce type d’influence, aurait pu avoir une autre évolution.

12C’est pour cela qu’en tant que citoyen j’ai pris, avec d’autres amis, une position très ferme sur la suppression de la source propagandiste dans l’espace public, c’est-à-dire la dissolution du Front National.

13Je pense qu’il faut réfléchir, nous autres spécialistes, sur le mixte qu’il y a entre l’influence propagandiste spécifique avec ses techniques et un contexte social qui l’accueille. Il y a bien évidemment une rencontre avec un contexte social que le propagandiste sait bien gérer. Mais ne sous-estimons pas, ce que nous faisons depuis la chute du mur de Berlin, l’influence des sources de propagande ; que ce soit dans le domaine politique, publicitaire ou de la communication interpersonnelle puisque, hélas, notre domaine a accueilli en ses marges des méthodes, des techniques et des théories manipulatoires.

14Le dernier point. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec Daniel Bougnoux, mais c’est une discussion que nous avons, sur l’interprétation du « creuse en toi » de Marc Aurèle.

15Tacite dit « quand on veut s’isoler du social, on va dans la nature ». C’est une pratique romaine : la maison de campagne, les bocages. Si tu veux être seul avec toi-même, t’extraire de la société sociale très opprimante, tu vas dans la nature. En 153 (73 ans plus tard) Marc Aurèle dit « rien ne sert d’aller dans la nature pour s’isoler, la source de ton isolement est en toi ». Partout où tu seras, même au milieu des autres, tu pourras t’isoler du social, te disjoindre du social en creusant en toi, en ouvrant cet espace en toi et en travaillant l’intérieur de cet espace. Là je rejoins tout à fait Daniel Bougnoux, c’est sur ce théâtre de la représentation que les stoïciens proposent d’agir. Ce qui, à mon sens, a eu une très grande influence dans la genèse de l’individualisme moderne aux confluences avec d’autres influences.

16Je renvoie à Louis Dumont, par exemple, dont je partage certaines des analyses sur le rôle du christianisme et des premiers chrétiens de 250 à 400 dans la genèse de l’individualisme moderne ; et c’est justement à la même époque. Et on sait que Marc Aurèle est une synthèse des pensées orientales et chrétiennes de ce point de vue-là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Débat avec le public », Communication et organisation [En ligne], 12 | 1997, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.1997

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org