Navigation – Plan du site
État de la recherche

jérico st – Mieux comprendre l’évolution des relations entre sciences, techniques et sociétés

Bernard Castagna

Texte intégral

jérico st, en bref…

1Une jeune équipe de recherche en information et communication scientifique et technique (JERICOst) a été agréée (JE 1996) à l’Université François Rabelais de Tours et installée à l’Institut Universitaire de Technologie en mai 1996. Elle est dirigée par Bernard Castagna, docteur ès sciences et professeur de sciences de l’information et de la communication.

2Travaillant sur la mobilisation, l’organisation et la diffusion des savoirs scientifiques et techniques, son objectif, pour les quatre années qui viennent, est de mettre au point des méthodologies permettant de rendre les citoyens mieux formés, plus aptes au débat sur la science.

3Cette recherche se caractérise donc par le souci de la rencontre entre le champ scientifique (où sont produites, communiquées et discutées les constructions scientifiques) et le monde social dans lequel il est englobé (et qui formule des demandes, des attentes ou des exigences). La valorisation de la recherche peut dès lors se comprendre comme un dispositif, un ensemble de méthodes, de moyens qui sollicitent la science non pour elle-même, mais pour le développement de ceux qui sont en droit de s’en approprier les résultats.

4Cette équipe a pour atout sa pluridisciplinarité, son fonctionnement en réseau mais aussi la mobilisation des compétences spécifiques de l’Université de Tours notamment dans les domaines de la santé publique, du goût et de son environnement. Son ambition, à terme, est également de développer des formations en liaison avec ses activités de recherche.

jérico st, une équipe pluridisciplinaire

5Notre projet, qui s’exprime par la mobilisation, l’organisation et la diffusion des savoirs scientifiques et techniques associe deux missions étroitement liées.

6L’une, pratique, expérimentale, est de répondre à des questions stratégiques en direction des organismes de R & D, des entreprises, des centres de culture scientifique et technique, du grand public, en s’appuyant sur une convergence, une mobilisation des équipes universitaires. L’équipe, pluridisciplinaire, que nous constituons, représente le noyau fondateur qui permet le fonctionnement et l’animation du programme.

7L’autre est une mission de recherche scientifique. Se préoccuper de la communication et de la valorisation des résultats de la recherche n’a de sens et d’intérêt que si la recherche intervient en même temps que l’on expérimente. L’équipe est ici le noyau reconnu.

8C’est dans la synergie de ces missions que doivent naître et se construire les éléments de réponse à ce besoin fondamental que représente la communication et la valorisation des résultats de la recherche. Ce travail est aussi susceptible d’apporter une réflexion en amont pour la valorisation économique, actuellement promue, de la recherche technologique.

9C’est au départ la volonté d’échanger qui a présidé à la constitution de notre équipe de recherche aux composantes disciplinaires variées.

10Ce fondement choisi fut renforcé par le fait qu’une partie de l’expérience personnelle de chacun (conduite dans l’isolement de sa discipline) se trouvait impliquée dans l’objet de l’étude : communication et valorisation des résultats de la recherche, abordé en questionnant la mobilisation, l’organisation et la diffusion des savoirs scientifiques et techniques.

11L’équipe s’est alors donné pour axe des thèmes de réflexion susceptibles d’être abordés de façon pluridisciplinaire.

12Deux thèmes ont été retenus.

13• ils engagent des compétences spécifiques de l’Université de Tours

14• proposent des champs disciplinaires qui se complémentent

15• construisent des interactions différentes entre les disciplines (complexes, croisées dans un cas, plus linéaires dans l’autre)

16• introduisent enfin des enjeux de nature et d’impact différents

17Thème 1

18Santé publique

19de l’être unicellulaire… à l’organisation sociale

20Thème 2

21Le goût et son environnement

22de l’ion ou la molécule… au comportement alimentaire

23Seul aujourd’hui le thème 1 est en chantier. À travers lui s’opèrent les nécessaires interactions de ceux qui produisent des recherches fondamentales, participent à l’innovation, font de la formation ou de la vulgarisation, participent à des programmes publics, ou se forment à la recherche. Sont également associés des agents sociaux, économiques, politiques et culturels.

24Ce dispositif expérimental de recherche constitue lui-même un réseau de valorisation de la recherche et sa mise en œuvre permet la prise en compte et le maintien des projets individuels et des activités de recherche de chacun de ses acteurs.

25Ainsi se dessine dans l’activité de l’équipe un axe nouveau de développement : l’étude du rapport information/organisation toujours abordée sous l’angle de la mobilisation, de l’organisation et de la diffusion des savoirs.

26L’équipe est composée

27des enseignants-chercheurs de l’Université François-Rabelais de Tours : Bernard Castagna, Claudine Ducol, Jacques Durand, Sylvain Gallais, André Gramain, Christophe Versavel, Christiane Volant,

28des ingénieurs techniciens et administratifs : Gérard Bruère, Edith Chabot, Gisèle Jarrassier, Jean-Paul Rougier,

29des doctorants : Nicole Baladou (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3), Olivier Laügt (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3), Jean-Paul Natali (Université de Marne-la-Vallée),

30des membres associés : Sylvie Coiteux (CCSTI de Poitiers), Jean-Pierre Corbeau (Professeur de sociologie, Université de Tours), Lucie Degail (Ingénieur de recherche à l’INSERM), Francis Gold (Professeur de médecine, hôpital Trousseau à Paris), Jacques Guyot (Maître de Conférences, Université de Rennes), Roland Michon (Maître de Conférences, Université de Rennes), Liliane Rioux (Ater Psychologie Sociale, Université de Tours), Gilles Verley (Maître de conférences, Université de Tours),

31avec la collaboration extérieure de Patrice Bourgerette (Professeur certifié IUT de Tours), Dominique Donnet-Kamel (Ingénieur de recherche, service communication INSERM).

jérico st, les enjeux de la problématique

32On assiste aujourd’hui à un mouvement qui tend à imbriquer de façon plus étroite les sciences et les techniques et dans lequel la technique est une fin. On parlera de technoscience. Ainsi syncristalisent les couples recherche fondamentale et recherche appliquée, recherche & développement.

33Ce mouvement est désormais suffisamment avancé pour qu’on lui accorde un certain degré d’irréversibilité, mais il reste ouvert à la volonté de contrôle des hommes.

34Favoriser cette volonté nécessite d’interroger les systèmes qui accompagnent la technoscience et font la promotion de sa mutation : la valorisation et la diffusion des résultats de la recherche.

Valoriser les résultats de la recherche

35Nous risquerons alors une définition de ce que signifie « valoriser les résultats de la recherche « : c’est reconnaître que la mobilisation et l’organisation des savoirs fragmentés produit une valeur plus grande et différente de la somme de ces éléments.

36D’emblée valoriser implique l’expansion de l’espace de l’action elle-même en s’ouvrant à la pluralité des valeurs.

37Aujourd’hui la valorisation de la recherche apparaît comme un « moment arbitraire « du débat public sur la science et les techniques. Même éclairé par l’intervention de experts et accompagné d’une diffusion de l’information scientifique et technique que lui procure un contexte favorable et le flatte, ce moment ne prend pas en compte suffisamment le partage des décisions avec les citoyens. Envisager une participation de ceux-ci dans l’action de valoriser implique une approche renouvelée de cette notion.

Diffuser les résultats de la recherche

38S’il est toujours, quelque part tentant et rassurant, de réduire le présent à la reproduction du passé, c’est vers une stratégie de raffinement que l’offre que nous dirigerions. Comment mieux, toujours mieux diffuser ? Peaufiner en quelque sorte ; comment construire de nouvelles situations de communication ? Accumuler donc toujours des expériences de diffusion. Et enfin, sur la démarche de recherche, il s’agirait encore et toujours de se poser des questions sur le public.

39Nous ne pouvons plus aujourd’hui nous satisfaire de ces approches, de ces réponses classiques au problème de la diffusion.

40L’appareil de la diffusion des informations scientifiques et techniques s’est beaucoup diversifié ces dernières années.

41L’évaluation de son efficacité telle que l’on peut la mesurer à partir des sondages montre que cet appareil n’a pas changé grand-chose. Il n’a pas mis les publics sur les choix de société, il ne permet pas de réfléchir aux enjeux, il n’y a pas possibilité d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

42Ces possibilités actuellement offertes de voir, savoir, comprendre « les choses de la science « renforcent la frustration et cultivent la quête d’un nouveau rapport sciences, techniques et société.

43Ces « choses de la science » qui ont données à voir, savoir, comprendre, sont bien sûr des programmes de vulgarisation, mais aussi des déclarations, des annonces de décisions politiques, des controverses scientifiques, des comptes rendus de procès. Dans ce contexte tourbillonnaire, des messages fragmentés sont reconstruits par chacun dans une interprétation fantasmée.

Changer de point de vue

44En conséquence notre démarche de recherche dans son exigence critique doit, non plus se poser des questions sur le public, mais s’interroger sur son questionnement, le comprendre et élaborer des méthodes efficaces pour le rendre pertinent. Il s’agit d’une position théorique mais surtout obligation de la praxis. Cette volonté d’entrer dans l’action place au centre de notre travail la question suivante : comment rendre plus aptes les publics au débat sur la science ?

Comment rendre plus aptes les publics au débat sur la science ?

45Mettre au cœur de notre problématique de recherche cette question a imposé une réflexion inscrite dans un champ plus large, celui des conditions d’un ou d’espaces publics dans les sociétés complexes d’aujourd’hui.

46La prise de conscience de la limite des mots invite, en rapport au terme « apte »employé ici, à distinguer l’état d’aptitude de la finalité de l’aptitude.

47Le travail préliminaire cité ci-dessus suggère que c’est la situation des rapports sciences techniques et sociétés qui motive l’exigence éthique et qui, à notre sens, devrait caractériser cet état d’aptitude, cette manière d’être.

48La question de finalité de l’aptitude est une question ontologique, c’est-à-dire la définition de la philosophie qui guide notre action : sommes-nous là pour aider à retramer un lien social ou pour aider à prévenir des crises majeures qui surgissent dans le champ d’application des sciences et des technologies ? La question est ouverte et pour quelques temps car elle ne pourra se résoudre que dans la faisabilité de notre méthodologie propre.

49À ce niveau de notre réflexion, la valorisation de la recherche peut dès lors se comprendre comme un dispositif, un ensemble de méthodes, de moyens qui sollicitent la science non pour elle-même, mais pour le développement de ceux qui sont en droit de s’en approprier les résultats.

50Il s’agit, dans cette action de valorisation, d’introduire par exemple la dimension éthique dans le débat démocratique (non pas au sens politique mais fondateur de la cité).

51Ceci implique de trouver des formes nouvelles (méthodes et conduites) de ce débat. Dans cette approche de problématique qui instaure une rupture notre réflexion doit toute se concentrer sur la pensée de l’action.

52Au lieu de borner a priori le champ de notre travail, il s’agira de recenser ce qui existe déjà dans des pratiques qui paraissent voisines.

53Cette façon d’aborder la réflexion remet à sa juste place la question de « l’exportabilité » des méthodes existantes qui, de toute façon, ne peut se poser que de façon concomitante à une réflexion sur l’aspect sociétal (culturel, politique, économique).

54jérico st, les séminaires

55Séminaire jérico st n° 1

5617 janvier 1996 I.U.T. de Tours (Initiatives danoise en matière d’évaluation des choix technologiques, incluant la participation des citoyens, usagers… :

57« Évaluation des choix scientifiques et technologiques : méthodes et conduites du débat public » Conférencier :

58Johs. Grundahl, Danish Board of Technology Copenhagen

59avec la collaboration de l’INRA, l’INSERM et la participation du MENESR

60Séminaire jérico stn° 2 28 février 1996 I.U.T de Tours

61« Dimensions interculturelles des Conférences de Consensus »

62Conférencier :

63Professeur Michel Perrot – I.S.I.C. – Université Bordeaux 3

64Séminaire jérico stn° 3 16 et 17 octobre 1997 I.U.T. de Tours (Initiatives développées aux Etats-Unis : Citizen Jury, Town Meetings)

65» Évaluation des choix scientifiques et technologiques : méthodes et conduites du débat public «

66Conférenciers :

67Ned Crosby, Jefferson Center, Minneapolis Minnesota Richard E. Sclove – Loka Institute, Amherst Massachusetts

68Analyse de dispositifs de référence (expériences danoises et américaines), réflexions sur l’état du débat public en France (étude de quelques approches expérimentales et notamment de l’enquête publique) : les acquis de notre réflexion sur l’évaluation et la valorisation des choix scientifiques et technologiques nous entraînent aujourd’hui sur la voie d’un protocole expérimental nommé « rencontres délibératives ».

69Ce protocole s’appuie sur l’hypothèse suivante : dans un contexte spécifique, et autour d’une thématique cernée et posée comme objet de délibération, l’interaction provoquée

70jérico st, les rencontres délibératives n° 1

71Objet : dans quelle mesure le questionnement du public averti influe sur le positionnement et le discours des experts ?

72Thème scientifique controversé : les organismes génétiquement modifiés dans l’alimentation

73Participants : un panel « public averti » (30 étudiants DUT de biologie) un panel expert : trois spécialistes

74Protocole : – formation préalable du public « averti » ; réalisation de posters ; élaboration du questionnement

75– première phase : les OGM s’affichent ; création de l’empathie

76– deuxième phase : délibération

77– évaluation en cours (entretiens experts ; grilles d’observation ; vidéo ; son…)

78Date : 18 mai 1998

79Nous avons là dans ce projet de recherche les ingrédients d’une forte mobilisation collective. Notre vision à long terme y participe et cela à deux niveaux. Le premier nous fait travailler à la mise en place de modèles de communication scientifique et technique qui transformeraient et élargiraient l’espace de la participation des citoyens. Le second, compris comme une finalité du premier, n’est qu’à l’état de questionnement : aiderons-nous à retramer un lien social ? à prévenir les crises majeures qui surgissent dans le champ d’application des sciences et des techniques ? Ou bien à asseoir la décision politique ?

80profanes/experts permet de relever et de formuler un questionnement des premiers, lequel induit, en retour, une réaction des seconds.

81Il ne s’agit pas ici de produire « du consensus » pour, qu’entre autres, il constitue une aide à la décision politique, mais plutôt de faciliter la prise en compte par les experts des demandes, des attentes ou des exigences des citoyens. Ainsi pourraient se modifier les rapports de force dans le couple experts/décideurs.

jérico st, la formation et l’encadrement doctoral

82Quatre thèses sont en cours par des doctorants inscrits dans les universités de Bordeaux 3, Paris 7 et Marne la Vallée et dont les sujets sont :

83• « Entre signification scientifique et décision politique : L’expert, ou l’émergence de la raison rhétorique » Olivier Laügt (soutenance : 15 juin 1998)

84Résumé :

85Pour participer à la compréhension du rôle des experts dans la communication de la science, ce travail part à la recherche d’un effet global qui, au-delà de la diversité de ceux-ci, nous renseignerait sur la relation entre science et société. L’hypothèse proposée exprime que l’attitude de l’expert, scientifique et citoyen, rejaillit sur l’image de la science, et lui permet de jouer un rôle dans le développement du débat public. Elle est basée sur une étude des liens entre le modèle technocratique et la vision commune de la science, qui l’associe à l’autorité et au progrès, sur une proposition de définition de l’expertise, et sur une exploration du champ sémantique du terme « expert ». Sa vérification passe par l’observation de discours autour de l’expertise, discours de médias d’une part, discours d’experts d’autre part, qui permettent de mettre en évidence que l’expertise réalise un alliage entre raisons scientifiques et extra scientifiques, par l’utilisation de techniques rhétoriques. Il en ressort que l’expert peut participer à l’émergence d’une forme étendue de rationalité, qualifiée de raison rhétorique.

86• « Objet technique et communication scientifique et technique »

87Nicole Baladou (soutenance prévue : novembre 1998)

88• « La Trans[tructuration] des savoirs par les nouvelles technologies de l’information et de la communication –approche systématique et modélisation des pratiques de diffusion des savoirs scientifiques »

89Jean Paul Natali (1997-98 première année d’inscription)

90• « Événement, actualité et temporalité dans la presse scientifique grand public »

91Claudine Ducol (1997-98 première année d’inscription)

92Ces étudiants participent aux séminaires organisés par l’équipe de recherche de même qu’aux réunions de recherche (une par mois), les comptes-rendus de ces réunions sont publiés dans le bulletin de liaison de l’équipe Infos-recherche.

jérico st, la diffusion des résultats de la recherche

93Afin de gérer la pluridisciplinarité, l’équipe a choisi comme mode de diffusion une publication spécifique Les cahiers de jérico st. Il s’agit d’une publication collective avec contributions personnelles. Si chaque texte présenté reste imprégné de la formation disciplinaire de l’auteur, il n’en demeure pas moins que les relations de proximité ont déjà induit des ajustements réciproques.

94Les cahiers de jérico st n° 1

95Méthodes et Conduites du débat public Etudes descriptives et prospectives pour l’évaluation et la valorisation des choix scientifiques et technologiques à propos des Conférences de Consensus et des Ateliers de scénario

96Séminaire jérico stPublication Université François Rabelais Tours Octobre 1997

97Les cahiers Jérico st n° 2

98Méthodes et Conduites du débat public Etudes descriptives et prospectives pour l’évaluation et la valorisation des choix scientifiques et technologiques à propos des « Citizen Jury » et « Town Meeting »

99Séminaire jérico st

100Publication Université François Rabelais Tours à paraître Juin 1998

101Les cahiers jérico st n° 3

102Méthodes et Conduites du débat public Protocole expérimental pour la mise en œuvre de rencontres délibératives

103Publication Université François Rabelais Tours à paraître automne 1998

104L’équipe jérico st est coorganisatrice avec l’équipe du Centre d’Études des Médias de l’Université de Bordeaux 3, l’équipe Médias et Identités (IEP, Lyon 2), l’équipe du Centre de Recherche sur l’Information, sur les Formations et l’Education aux médias en Europe de l’Université de Paris 3 d’un colloque :

105Médias, Temporalités, Démocratie.

106Bordeaux, les 19-20 novembre 1998

jérico st, une adresse

107Université François Rabelais

108Institut Universitaire de Technologie

10929 rue du Pont-Volant

11037082 Tours Cedex 2

111tél et fax +33 2 47 36 76 08

112e-mail : jerico-st@univ-tours.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Castagna, « jérico st – Mieux comprendre l’évolution des relations entre sciences, techniques et sociétés », Communication et organisation [En ligne], 13 | 1998, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2053 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2053

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org