Navigation – Plan du site
Bibliographie

Hugues Hotier, L’imaginaire du cirque

Paris, L’Harmattan, 2005, 279 p.
Gino Gramaccia
p. 276-277

Texte intégral

1Hugues Hotier, Professeur émérite à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, est trois fois spécialiste du cirque classique : en qualité de chercheur, puisqu’il y aura consacré nombre de ses travaux universitaires, ensuite parce qu’il dirige le Cirque éducatif, une association dont on aimerait dire qu’elle est une école pour faire rêver les enfants, enfin, parce que l’auteur connaît le métier – le métier de clown, celui qui, justement, fait rire et rêver les enfants. L’auteur analyse la singulière complicité des acteurs en piste (le clown, l’acrobate, le catcheur, le pasteur évangéliste) et des publics en attente d’un plaisir certain puisque, justement, les uns et les autres connaissent toutes les conventions et les procédés de l’imaginaire. Mais une recherche sur les procédés (les tours du magicien, les effets rhétoriques de l’évangéliste), sur ce que ressent le public complice, est un projet scientifique exigeant, Fin connaisseur des spectacles religieux et des « offices » de catch, Hugues Hotier sait que la communication, dans l’imaginaire du spectacle, emprunte des « chemins de traverse » dont l’analyse doit croiser des notions explicatives en sciences de l’information et de la communication, mais également en sociologie et en psychanalyse. Comment transformer le destinataire en récepteur ? Cette question théorique est centrale dans l’ouvrage : la mise en réceptivité du destinataire relève de logiques d’influence que l’auteur synthétise sous le terme d’induction. « Le partage des émotions peut-être voulu, produit, organisé, mis en scène, récupéré, utilisé » (p. 54). Un destinataire est « induit » dès lors qu’il est installé au centre d’un dispositif de réception « actif », ce qui veut dire que, sous certaines conditions préparées par le destinateur et en adaptant une célèbre formule, il ne peut pas ne pas être récepteur. Dans le monde du spectacle de piste et de scène, l’auteur considère comme puissant inducteur la manifestation visible de l’émotion collective, telle qu’elle est engendrée par la convergence des faces et des regards elle-même conditionnée par la forme de la salle de spectacle. L’émotion collective devient donc un matériau du spectacle. Dans le cas du cirque, et à la différence du théâtre, les artistes évoluent en « décor naturel », celui formé par le public : « en fait, le cirque se passe de décor parce qu’il en possède un naturel : le public. Il y a là un paradoxe impressionnant : […] vous êtes décor pour les gens d’en face » (p. 66).

2L’induction est donc ce procédé général, propre aux spectacles contextualisant ainsi l’émotion. Mais le cirque est bien autre chose qu’un divertissement esthétique. Le cirque est un art, un art du spectacle, au même titre que la danse ou le théâtre. Pourquoi pas un genre ? Cette expression, qui vaut pour la littérature, pour le cinéma, pour la peinture, ne vaudrait-elle pas pour le cirque ? Que dire alors d’un genre qui sollicite tout à la fois l’imagination des enfants, l’inspiration des auteurs et la créativité des chercheurs ? D’un art qui engendre des émotions librement consenties et partagées ? Mais si l’art du cirque repose sur des disciplines et des techniques d’interprétation susceptibles de le constituer en genre, nous serions tenté de dire, en lisant l’auteur, qu’il est plus encore : un art de la médiation culturelle, une forme d’engagement social, une pratique pédagogique alternative, autant de dispositions à transmettre des valeurs qui supposent l’intervention d’autres médiations encore – celles de chercheurs, par exemple ou une presse pour le moins éclairée – pour une interprétation de plus grande portée. C’est la conclusion vers laquelle nous conduit cet ouvrage à la fois érudit et conceptuellement limpide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gino Gramaccia, « Hugues Hotier, L’imaginaire du cirque », Communication et organisation, 31 | 2007, 276-277.

Référence électronique

Gino Gramaccia, « Hugues Hotier, L’imaginaire du cirque », Communication et organisation [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/240

Haut de page

Auteur

Gino Gramaccia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org