Navigation – Plan du site
Le no-verbal dans la relation duelle
La relation duelle. Atelier A

La maîtrise du non-verbal dans la relation duelle : mythe ou réalité ?

Denis Benoît

Texte intégral

« On peut mesurer les performances d’un œil, mais on ne peut pas mesurer la force d’un regard, on peut calculer la distance qui sépare des individus qui s’entretiennent et en tirer des indications sur leurs mœurs, mais on ne peut pas calculer l’intensité avec laquelle un acteur ou un orateur s’impose à l’auditoire ».

  • 1  In La fin de la plainte, Paris, Editions Odile Jacob, 2000, p. 143.

François Roustang1

1De nombreux auteurs (en particulier en France), qui développent de la question une approche strictement linguistique dont l’unique paradigme est le langage humain tel que les langues naturelles le concrétisent, refusent d’appeler « langage » n’importe quel type de communication entre les êtres vivants ; la spécificité d’un langage – humain, donc – résidant tant dans sa structure (double articulation) que dans ses fonctions (notamment narrative).

2Nous ne prendrons pas partie ici dans la controverse qui oppose les tenants d’un « langage non-verbal » à ceux qui le réfutent et, par suite, traiterons plutôt que de « langages », de « systèmes de communication » ; étant entendu que de tels systèmes peuvent être constitués, en tout ou partie, de « non-verbal », de « communication non-verbale ».

  • 2  Benoit Jean-Claude. Malarewie/ Jacques-Antoine (dir.). Dictionnaire clinique des thérapies familia (...)

3Aux prémices de notre réflexion, nous souhaitons proposer une détermination extrêmement large du non-verbal en le définissant, négativement, comme renvoyant à « toutes les formes de communication qui ne passent pas par l’énoncé de mots, généralement regroupés sous forme de phrases, structurées sous la forme de dialogues, et dont la signification est communément admise »2.

4Tout en reconnaissant au non-verbal une valeur informative irremplaçable, c’est à partir de ces quelques éléments de définition que nous poserons d’emblée l’hypothèse de base de notre contribution : si, dans une relation duelle notamment, il est effectivement possible d’analyser et de contrôler certaines variables de sa propre communication non-verbale, de la « gérer » pour en gouverner certains aspects, il est radicalement impossible d’en maîtriser, au plein sens du terme, l’ensemble des composantes, par exemple pour atteindre à coup sûr certains objectifs prédéterminés, comme un changement préalablement fixé de comportement des acteurs d’une interaction.

Non-verbal et « Nouvelle communication »

  • 3  Voir Dubois Philippe, Winkin Yves (dir.). Rhétorique du corps, Bruxelles, De Boeck – Université, I (...)
  • 4  D’après Ancelin Sehut/enbcrger Anne, Vocabulaire de base de sciences humaines, Paris, EPI, 19X1, p (...)

5Concernant le corps et son « langage ». s’il paraît incontestable que de la rhétorique antique à la physiognomonie de la Renaissance, de la philosophie des passions du XVIIe siècle à la communication non-verbale du XXe siècle « une longue chaîne s’établit, qui permet de mieux saisir à la fois l’épaisseur de l’histoire et la fragilité des certitudes scientifiques modernes »3 est-il en revanche clairement établi que « [la] communication non-verbale est devenue, dans les années soixante-dix une science en soi »4 ?

6Quelle que soit exactement la réponse qu’il convient d’apporter à la question de savoir si les études sur le non-verbal constituent une science singulière, tout porte à penser que c’est en réalité au cours des années cinquante que les recherches sur le non-verbal ont pris un tour bien spécifique, et ont envisagé la communication selon un modèle inédit.

  • 5  Voir Winkin Yves, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981, pp. 20-24.

7En effet, dans ce nouveau cadre, le non-verbal n’a plus été compris comme « langage du corps » ou « langage des gestes » possédant une signification immanente, isolée du ou opposé au langage verbal, mais comme composant d’un système global de communication établi entre les individus. « Pour moi. parler de communication non-verbale a autant de sens que de parler de physiologie non cardiaque », dira d’ailleurs l’anthropologue Ray Birdwhistell, pour qui le langage lui-même est aussi, d’une certaine façon, geste. Gestes auxquels, en aucun cas, il ne convient de conférer de signification intrinsèque car ils ne peuvent être compris que relativement au « contexte de l’ensemble des modes de communication, lui-même rapporté au contexte de l’interaction »5.

8De fait, ce nouveau modèle s’oppose clairement à la conception « télégraphique » (modèle dit de Shannon et Weaver) pour laquelle la communication doit essentiellement être conçue comme transmission linéaire, d’un point A à un point B, de contenus discrets, de quantum distincts et mesurables d’information. Au contraire, la communication apparaît alors comme une « matrice culturelle », un « tout intégré » auquel on participe, plutôt que d’en être l’origine (émetteur) ou l’aboutissement (récepteur), un « processus social permanent à plusieurs niveaux ». « un processus multi-canaux permanent ».

  • 6  Voir le dossier « Le langage sert-il à communiquer ? » in Sciences Humaines, n° 51, juin 1995, pp. (...)

9Notons qu’un tel modèle peut d’ailleurs être aisément rapproché de celui que de nouveaux courants (pragmatique, sociolinguistique, analyse conversationnelle, etc.) tendent aujourd’hui à établir concernant le matériel linguistique : ceux-ci « ne font pas que s’ajouter à la linguistique du système de la langue. [Ils] remettent en cause les représentations formalistes, voire rationalistes du langage »6 En effet, l’idée de ramener la langue à un modèle formel est, bien entendu, toujours en vigueur. Pourtant, dès lors que l’on utilise le langage articulé pour communiquer, la signification peut ne plus apparaître comme étant entièrement contenue ou déterminée dans ou par les seuls énoncés, mais se présenter comme surajoutée et dépendante de nombreux facteurs enchevêtrés. On peut alors opposer une théorie « pure » du langage, où tout est déterminé et relève du code, à une conception qui admet que le sens n’est pas connu d’avance. Et, par suite, on peut dire qu’au quotidien, le sens des messages verbaux transmis est fortement lié au contexte, et que la communication verbale ne peut reposer sur la seule combinaison d’un lexique et d’une syntaxe.

10Le modèle « orchestral » proposé par les auteurs de la Nouvelle Communication, justement pour se construire en tant que modèle, va exploiter des arguments de ce type. En conséquence, la notion de système et celle de contexte – soit « l’ensemble des informations permettant de restreindre le nombre des significations possibles d’un mot, d’un acte, d’un événement » selon G. Bateson ou encore l’ensemble des circonstances dans lesquelles s’insère un fait –, y sont centrales ; le non-verbal étant compris comme l’un des éléments cruciaux du contexte, l’une de ses modalités essentielles.

  • 7  Ce qui, très clairement, veut dire qu’une signification universelle ne peut être attribuée à parti (...)

11En fait, pour ces auteurs, la communication, les actes de communication n’existent pas en soi, n’ont pas de véritable « valeur absolue ». Ainsi, un acte, un comportement ne peut être qualifié « comportement de communication » que relativement au contexte social et culturel spécifique qui le produit. Par suite, pour l’analyste, comprendre ce qui se passe dans une interaction donnée c’est faire émerger les règles ou les codes, le plus souvent implicites et inconscients pour les acteurs eux-mêmes, qui régissent cette situation et cette culture déterminées, qui sont propres à ce contexte7.

  • 8  Voir Winkin Yves, Anthropologie île la communication – De la théorie au terrain, Bruxelles, De Boe (...)
  • 9  Voir Wat/lawiek Paul, Helmick Beavin Janet, Jackson Don D., Une logique tic la communication, Pari (...)

12C’est en accord avec une telle conception de la communication que R. Birdwhistell, notamment, a cherché à révéler à partir de ses travaux en kinésique le fameux « code, secret et compliqué, écrit nulle part, connu de personne, entendu par tous » qu’évoquait dans ses études anthropologiques le linguiste Edward Sapir8. L’essai de la mise en évidence de ce « code secret des gestes » – inscrits, donc, dans la culture d’une société donnée et étroitement intégrés à un système complexe constitué d’une multiplicité de modes de communication (langage verbal, toucher, odorat, espace, temps…)-, renvoyait manifestement au postulat de l’existence de cette « grammaire », de ce « calcul » du comportement que les auteurs d’Une logique de la communication avaient inscrits aux prémices de leur ouvrage, et selon lequel toute interaction pouvant « être définie par analogie comme une succession de « coups » régis par des règles rigoureuses », un observateur suffisamment attentif et averti doit pouvoir réussir à mettre au jour les règles de fonctionnement de cette interaction, et en déduire le « programme »9. Mise en évidence qui aurait permis de satisfaire à cette capacité de prévision, de « prévisibilité » dont tout chercheur « scientifique » doit pouvoir se prévaloir ; soit, en l’occurrence, la compétence à anticiper le déroulement futur des interactions, l’aptitude – si l’observateur a convenablement saisi le système interactionnel qui règle le jeu des participants – à « prévoir les mouvements quelques instants avant leur occurrence effective ».

  • 10  Voir Winkiu Yves, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981, pp. 77 et 328.
  • 11  Voir Kessler Isabelle, « Corps et communication, le péril de narcisse », in Communication et langa (...)
  • 12  Ces déterminants physiologiques sont chez l’homme profondément affectés par des facteurs cognitifs (...)

13Or, l’on sait que Ray Birdwhistell a, depuis lors, définitivement renoncé à faire surgir la structure de cette grammaire. Bien plus. Paul Watzlawick a explicitement déclaré que, les méthodologies de recherches disponibles étant par nature inadéquates, toute la recherche sur l’interaction était dans une situation d’échec10. En effet, qu’est-ce qu’un code sinon un système de signes, de signaux ou de symboles permettant de transmettre une information entre un émetteur et un récepteur, un système de traduction du sens en un ensemble de signes qui, ne dénaturant pas ce sens, permet de faire passer d’un individu à un autre l’exacte information ? Si, pour ces auteurs, il est indubitablement acquis que le sens se transmet selon un « processus pluriel permanent », un « système interactionnel à multiples canaux, qui se confirment ou s’infirment mutuellement » – ce qui, en soi, représente déjà une avancée significative –, ce ou plutôt ces systèmes de signes interconnectés n’ont pu jusqu’à présent être formellement déchiffrés et explicités. Pourquoi ? Parce qu’il est possible (et même probable) que la signification, le sens, en tant qu’ils renvoient à la complexité infinie de l’humain, ne puissent se laisser parfaitement et définitivement enfermer à l’intérieur d’un code (ou d’un système de codes) en tant que tel. Si le geste, le non-verbal humain n’est jamais (ou exceptionnellement) pur mouvement naturel, pur instinct, et que la dimension du code y est bien présente d’une façon quasi continuelle (cf. les études relatives aux gestes séparant les différentes cultures à travers le monde, par exemple)11, cette dimension n’épuise en aucun cas le sens car celui-ci est sans doute de nature qualitative, interprétative ou encore symbolique. Or, un symbole étant impossible à rigoureusement quantifier, une signification impossible à exactement mesurer, les transcrire et les transmettre parfaitement apparaît comme formellement infaisable : si tout le monde entend bien le code secret de Sapir, personne probablement ne l’entend exactement de la même façon. Idée que l’on pourrait synthétiser par l’aphorisme suivant : « l’homme ne reçoit pas du sens, il en produit » ; ce qui signifie que même s’il est sensible à certains « déclencheurs biologiques »12(l’effet « pupille », par exemple, selon lequel dilatation ou rétrécissement des pupilles possèdent des effets importants – attraction ou répulsion – sur les comportements des communicants), il interprète, après sélection, les signaux en provenance de son environnement et n’est probablement jamais, au contraire de l’animal, irrémédiablement déterminé par un certain type de stimuli à émettre un certain type de réactions.

  • 13  Voir sur ce sujet les réflexions de Claude Lévi-Strauss, in Le Monde, 8 octobre 1992, p. 2.

14On voit, dès lors, que la communication interpersonnelle et ses lois – à condition, bien entendu, qu’il en existe au sens propre du terme dans ce domaine – échappent encore aujourd’hui largement aux investigations de la science en général et à celles des sciences humaines en particulier, la maîtrise dans (ou de) ce terrain étant liée à la réalisation d’un idéal technico-scientifique en l’occurrence peut-être ici à jamais irréalisable. Sauf à restreindre ou à borner le champ de l’humain selon des limites extrêmement artificielles et, finalement, complètement inacceptables13.

Une mode du non-verbal

15Si l’investissement ethnographique et anthropologique auquel se livrent les auteurs de la Nouvelle Communication en la matière autorise sans doute à « voir plus et plus loin », permet d’apporter des réponses à des questions du type « comment fonctionne telle société ? », et rend peut-être possible une meilleure insertion sociale grâce à l’analyse et, donc, parfois à un contrôle plus poussé effectué sur certaines variables comportementales, il semble bien qu’en aucun cas leurs travaux ne puissent légitimer la mise sur le marché de méthodes pratiques du style « notice » ou « mode d’emploi ».

  • 14  Voir Breton Philippe, L’utopie de la communication, Paris, La Découverte, 1992, passim.

16L’on sait, en effet, que dans un contexte propice, où l’idéologie ambiante figure la communication comme sésame universel, comme « recours majeur à tous les dysfonctionnements de notre société »14 – et ceci quel que soit le domaine en question, du marketing aux transports en commun –, ont vu le jour un certain nombre de manuels se présentant plus ou moins implicitement comme ayant percé à jour les mystères de la communication.

17Faisant fi de la complexité radicale des individus et de celle des situations interpersonnelles et sociales, ces guides et ces méthodes, outre la promesse d’un accroissement important du pouvoir et de l’influence personnels de leurs impétrants, ne proposent fréquemment, sur la base d’un savoir qu’ils présentent comme parfaitement assuré, rien de moins que de définitivement régler les problèmes qui ne manquent pas d’apparaître dans ces situations. Les procédés préconisés sont la plupart du temps clairs, simples et précis, et reviennent le plus souvent à promouvoir une approche quasi exclusivement technique des rapports humains.

  • 15  Voir Roustang François, ibidem, p. 91, qui, pour préciser cette problématique, utilise l’expressio (...)

18Or, l’on sait que la communication humaine ne peut se satisfaire d’une approche strictement technique ou instrumentale puisqu’elle met en jeu des « corps sensibles ». Corps qui se distinguent clairement de l’idée de machine – l’homme-machine rêvé par La Mettrie –, puisque quand bien même leurs apprentissages passés les conditionnent et les limitent, il leur est toujours loisible de désapprendre et/ou de réapprendre. Bref, dans la mesure où nos ressources – sensorialité, corporéité, humeurs, langage… – se sont, avec le temps, coulées dans des moules, sont devenues des habitudes, ont pris la forme de stéréotypes15, l’automatisme réflexe (le fameux schéma stimulus-réponse) constitue bien une composante incontournable du « fonctionnement » de l’humain. Pourtant, de toute évidence, l’acte proprement humain renvoie, quant à lui, essentiellement à la capacité de réorganisation des comportements en fonction de l’expérience, et donc, peu ou prou, à la notion de liberté. Si, par nature, nous sommes voués à l’enregistrement et à la répétition, nous sommes, par nature également, toujours capables de recréer ou de réinventer, dans un cycle indéfini, notre monde.

Scientificité et/ou efficacité

  • 16  Voir Winkin Yves, « La physiognomonie est morte, vive la communication non-verbale ! » in La quinz (...)

19Dès lors, notre communication ne se réduit en aucun cas à une simple collection de comportements observables, comme ont fortement tendance à le laisser croire morphopsychologie, phrénologie, chirologie, caractérologie, gestuologie et autre physiognomonie. Mais sans envisager spécifiquement ici ce type de méthodes (ou de croyances) qu’il convient sans aucun doute de rejeter « sans autre forme de procès, dans les marges de l’obscurantisme »16, qu’en est-il plus précisément d’une approche comme la Programmation Neuro-Linguistique, fortement axée sur les éléments non verbaux de la relation duelle, et particulièrement emblématique, nous semble-t-il, des graves controverses qui ne manquent pas d’apparaître lorsqu’il s’agit d’appliquer pratiquement les recherches théoriques menées dans le champ des relations humaines et de la communication interpersonnelle et sociale ? Sans aucunement prétendre régler ici une affaire complexe, mais avec la seule ambition de tenter de contribuer à poser clairement les termes de la problématique, nous pensons qu’il convient en la matière de bien distinguer deux types de questions : celles qui sont relatives au caractère scientifique dont se targuent certains praticiens de la PNL et celles qui concernent l’aptitude, la compétence des procédés proposés à agir avec une certaine pertinence sur (dans) les relations humaines.

  • 17  Voir le site Internet de l’Ecole Romande de PNL : www.pnlch/ ; les actes du forum La communication (...)

20Concernant le premier type (la scientificité). la réponse apparaît somme toute assez aisée : si l’on considère que toute démarche scientifique, outre les principes de rigueur, d’universalité et de cumul des savoirs, nécessite de satisfaire aux critères de vérification et de contrôle sur la base de l’évaluation et de la publication régulière de résultats, la PNL ne peut en aucun cas être qualifiée de « science ». Par manque de place, nous limiterons ici l’argumentation qui sous-tend cette affirmation aux trois citations qui suivent17, ainsi qu’à une seule remarque les concernant :

21– selon l’Ecole Romande de PNL : « la PNL n’a pas été testée scientifiquement » ;

22– selon la directrice de l’Institut Français de Programmation neurolinguistique, Josiane de Saint Paul, les fondateurs de la PNL « Grinder et Bandler ne prétendent pas s’appuyer sur un socle scientifique » ;

23– selon Guy Barrier, formateur en expression-communication (qui cite les travaux du neuropsychologue A. Brossard), le modèle de décodage des états internes par observation des mouvements oculaires – crucial en PNL, avec tout ce qui concerne la « calibration » – « ne se vérifie que très partiellement » : « les six trajets de rotation de la pupille décrites dans le schéma ont une très faible probabilité d’être corrélés aux six significations postulées ».

  • 18  Les recherches menées sur ce sujet précis ont été effectuées, sous notre direction, par deux étudi (...)
  • 19  Voir « Eléments pour un procès de la PNL », In Médianalyses. n°7 (sous la direction de Denis Benoi (...)
  • 20  Cf. la philosophie du « comme si » : voir Nardonne Giorgio, Wat/lawick Paul. L ‘art du changement, (...)

24Soulignons que, jusqu’à plus ample informé18, ni descriptions précises et objectives des travaux d’observation, ni vérifications quantitatives, ni évaluations parfaitement impartiales des résultats des applications n’ayant été à ce jour publiées (aussi bien en Europe qu’aux USA) – ce qui correspond bien à l’essentiel de la critique formulée par Yves Winkin19-, les plus sérieux parmi les praticiens de la PNL eux-mêmes ne la reconnaissent plus aujourd’hui comme « science » mais seulement comme une pratique, comme « une attitude et une méthodologie contenant des techniques ». Dès lors, le débat se déplace clairement de la question de la scientificité à celle de l’efficacité : le problème n’est plus de savoir si la PNL est scientifiquement fondée – si elle dit le vrai – mais si son application aboutit à des résultats concrets efficients20.

25Concernant ce second type de questions (l’efficacité de la PNL), toute réponse simple ne saurait, en revanche, être recevable car on se trouve là face aux difficultés conceptuelles et pratiques colossales présentées par la relation interpersonnelle et son interprétation. Contentons-nous seulement ici, pour poser le débat, d’un seul argument « à charge » et d’un unique argument « à décharge » de la méthode.

26À charge de la PNL, l’on peut dire que n’étant pas à proprement parler scientifique, elle possède ipso facto tous les défauts inhérents à ce manque, et notamment une tendance forte à l’auto-validation : comment véritablement juger de l’efficacité réelle des pratiques qui découlent des éléments théoriques proposés si des tests, permettant une éventuelle réfutation des hypothèses et propositions émises, ne sont pas objectivement mis en œuvre et évalués sans aucun biais ou parti pris, c’est-à-dire à l’unique aune de leurs résultats ?

  • 21  Voir Chertok Léon, Stengers Isabelle, Le cœur et la raison – L’hypnose en question de Lavoisierà L (...)

27À la décharge de la PNL. on peut dire que la relation et l’influence interpersonnelles restent aujourd’hui – et peut-être même resteront toujours – de l’ordre du mystère. Peut-être échappent-elles, puisque l’homme en les étudiant se réfléchit alors irrémédiablement lui-même, à toute possibilité d’objectivation authentique ? Peut-être, qu’en la matière, la raison scientifique, « armée de la méthode expérimentale de purification et d’isolement, axée sur la recherche [... | de relations reproductibles entre causes (ce que l’expérimentateur peut manipuler, contrôler) et effets (ce que l’observateur peut observer selon un protocole contrôlable) »21, fait-elle la preuve de ses limites ? Dans ce domaine, la PNL, dont d’ailleurs des théoriciens aussi prestigieux que Gregory Bateson ou des praticiens aussi renommés que Milton fcrickson ont fait l’éloge, pourvu qu’elle soit mise en œuvre par des professionnels à l’éthique et aux objectifs irréprochables – et c’est peut-être là en fait que se trouve le véritable problème –, en vaudrait alors incontestablement bien une autre.

Haut de page

Notes

1  In La fin de la plainte, Paris, Editions Odile Jacob, 2000, p. 143.

2  Benoit Jean-Claude. Malarewie/ Jacques-Antoine (dir.). Dictionnaire clinique des thérapies familiales systémiques, Paris, ESF, 19X8, p. 295.

3  Voir Dubois Philippe, Winkin Yves (dir.). Rhétorique du corps, Bruxelles, De Boeck – Université, I9XX, passim.

4  D’après Ancelin Sehut/enbcrger Anne, Vocabulaire de base de sciences humaines, Paris, EPI, 19X1, p. 76.

5  Voir Winkin Yves, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981, pp. 20-24.

6  Voir le dossier « Le langage sert-il à communiquer ? » in Sciences Humaines, n° 51, juin 1995, pp. 15-33.

7  Ce qui, très clairement, veut dire qu’une signification universelle ne peut être attribuée à partir de certains invariants biologiques ;i telle posture ou à tel geste.

8  Voir Winkin Yves, Anthropologie île la communication – De la théorie au terrain, Bruxelles, De Boeck Université, 1996, pp. 62-73.

9  Voir Wat/lawiek Paul, Helmick Beavin Janet, Jackson Don D., Une logique tic la communication, Paris, Seuil, 1972, pp. 27-38.

10  Voir Winkiu Yves, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981, pp. 77 et 328.

11  Voir Kessler Isabelle, « Corps et communication, le péril de narcisse », in Communication et langages, n°l07, 1er trimestre 1996, pp. 95-104 ; et les ouvrages, devenus aujourd’hui des classiques, de Hall Edward, La dimension cachée et Le langage silencieux, Paris, Seuil, 1971 et 1984, passim.

12  Ces déterminants physiologiques sont chez l’homme profondément affectés par des facteurs cognitifs et socioculturels, voir Pradier Jean-Marie, « Eléments d’une physiologie de la séduction », in Le téléspectateur face à la publicité, Paris, Nathan, 1989, pp. 93-123.

13  Voir sur ce sujet les réflexions de Claude Lévi-Strauss, in Le Monde, 8 octobre 1992, p. 2.

14  Voir Breton Philippe, L’utopie de la communication, Paris, La Découverte, 1992, passim.

15  Voir Roustang François, ibidem, p. 91, qui, pour préciser cette problématique, utilise l’expression, emprunté à Gerald M. Edelman (Biologie de la conscience, Paris, Points-Odile Jacob, 1992, p. 114 sq.), de système sélectif de reconnaissance.

16  Voir Winkin Yves, « La physiognomonie est morte, vive la communication non-verbale ! » in La quinzaine littéraire, nJ 514, du 1 er au 31 août 1988, pp. 11-12.

17  Voir le site Internet de l’Ecole Romande de PNL : www.pnlch/ ; les actes du forum La communication appliquée aux organisations et ci la formation, Paris, Editions Demis, 1998, pp. 119-131 ; l’ouvrage de Barrier Guy. La communication non-verbale – Aspects pragmatiques et gestuels des interactions, Paris, ESI’, 1990,  pp. 57-58.

18  Les recherches menées sur ce sujet précis ont été effectuées, sous notre direction, par deux étudiantes de 2e année de la M.S.T. « Information et Communication d’Entreprise », (I.C.O.M.T.E.C., Université de Poitiers) : Virginie Boirel et Hélène Romeyer.

19  Voir « Eléments pour un procès de la PNL », In Médianalyses. n°7 (sous la direction de Denis Benoit), septembre 1990, pp. 43-50.

20  Cf. la philosophie du « comme si » : voir Nardonne Giorgio, Wat/lawick Paul. L ‘art du changement, Bordeaux, L’esprit du Temps, 1993, pp. 35-36.

21  Voir Chertok Léon, Stengers Isabelle, Le cœur et la raison – L’hypnose en question de Lavoisierà Lacan, Paris. Pavot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Benoît, « La maîtrise du non-verbal dans la relation duelle : mythe ou réalité ? », Communication et organisation [En ligne], 18 | 2000, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2418 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2418

Haut de page

Auteur

Denis Benoît

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org