Navigation – Plan du site
Le non-verbal dans l'organisation
Conférence introductive

Débat

Texte intégral

1Question de la salle : Comment prenez-vous en compte le management dans une telle analyse ?

2Alex Mucchielli : Finalement, l’information de la gestion ne concerne pas le management, c’est un problème secondaire. C’est une idée qui est partagée par toute la hiérarchie. Et donc, ils sont tous collectivement fautifs. On peut en faire une lecture d’observateur extérieur. Si on prend un point de vue de consultant, par exemple, on change le contexte. Parce que ce que l’on va mettre de côté, ce sont d’autres expériences que l’on a vues ailleurs. Et ce contexte-là. va aussi faire émerger des significations. Donc la solution ici pratique du point de vue de l’intervention sur les problèmes d’information et de communication interne, c’est de mettre l’ensemble de la hiérarchie face à ses responsabilités, c’est-à-dire lui faire découvrir que finalement, elle ne croit pas à l’importance et à la nécessité de la préoccupation collective quant à la quantité des informations à gérer. Et c’est donc, d’obliger ces binômes à parler entre eux. Et comme ils ne seront pas d’accord, car il y a des enjeux de pouvoir dans l’organisation ou d’autres enjeux, à faire arbitrer par l’autorité supérieure. Car c’est à elle de trancher. C’est son rôle de management.

3Robert Marty : Le contexte n’étant pas doté d’un esprit ou d’un quasi esprit, n’a pas de faculté ou de possibilité d’interprétation. Alors, en quoi le contexte est il interprétant ? Parce qu’il limite les interprétations à une interprétation univoque. Donc le cadre de référence ou contexte, c’est un ensemble de contraintes interprétantes qui a pour but de limiter et de rendre univoque l’interprétation.

4Et maintenant, il y a une question que je me pose, au niveau du type de signe. Lorsque ce qui est signifiant, pour parler un langage qui n’est pas le mien, ce qu’il représente ce sont les procédures. Alors, est-ce qu’à leur égard, il ne faudrait pas plutôt parler de méta-communication plutôt que de communication, pour réserver à la communication le sens ordinaire. Parce que quand même, il y a un flot de circulaires, de messages qui circulent qui sont chacun d’eux analysables en termes de communication. Et la communication serait de la méta communication.

5Alex Mucchielli : Oui. c’est un problème important de définition des termes. Je préfère garder le terme de « communication généralisée » – c’est une proposition – et puis, après, décrire les différents types de méta-communication. Par exemple, une procédure.

6Robert Marty : C’est une distinction « signe ». « hyper-signe ». On peut effectivement agréger des signes dans des nouveaux signes qui restent signes mais sans changer vraiment de statut.

7Jacques Cosnier : Vous prenez un modèle qui est original et très intéressant. R. Marty vient aussi de raisonner en termes de signes. Mais je me demande si l’on peut raisonner aussi en termes d’actes de communication. Je me réfère là, au fond, à la théorie des actes de langage. Quand on dit quelque chose, c’est vrai, on transmet quelque chose. C’est ce qui se passe quand il y a une circulaire par exemple. Mais celui qui prend cette circulaire, il fait aussi quelque chose d’autre !

8Alex Mucchielli : Vous avez raison. C’est que finalement dire c’est faire, et faire c’est dire. C’est-à-dire qu’on arrive à la notion que je veux développer qui est la communication généralisée. Ne distinguons pas la parole de l’acte, ce sont des communications.

9Zhijié Wang (Université de Wuhan, Chine) : Votre compétence me fait penser à une hypothèse faite par un chercheur chinois. D’après lui, la communication est en réalité la gestion. Que pensez-vous de cette hypothèse ? Quelle est la différence entre la communication et la gestion ?

10Alex Mucchielli : Des actes de gestion, d’après ce l’on vient de dire, sont des actes de communication. Un manager, en prenant des décisions, en les commentant, en les diffusant, certes il fait du management, mais il le fait avec des outils qui pour nous sont des communications.

11Hamadé Porgo (I.U.T de Marne-la-Vallée) : Avez-vous dit que l’analyse communicationnelle se situait en dehors du pouvoir ?

12Alex Mucchielli : Non. Le contexte des enjeux de pouvoir est un des contextes de l’organisation, avec lequel il faut compter, par rapport auquel des choses vont prendre du sens. Mais contrairement à la sociologie des organisations, je n’en fais pas le seul enjeu, ou le seul contexte. Il y en a d’autres. Donc, c’est pour cela que je tente d’être un peu plus généraliste que Michel Crozier.

13Intervention de la salle : Dans votre intervention, vous n’avez pas traité la communication dans sa globalité, du moins entrepris sa globalité. Vous avez donné quelques hypothèses. Je vais les reprendre. Peut-être pas dans le même ordre. Et je vais les reprendre à contre-pied. On verra qu’on peut choisir les deux.

141. Communication, métaphore du pouvoir. On pourrait dire aussi 1-bis, approche informationnelle, objet par exemple du délit d’initiés.

152. La communication globale 2-bis : l’information partielle.

163. La hiérarchie, socle du bon sens 3-bis : les hiérarchies, sujets des prises de décisions.

174. Organisation versus communication et création d’entreprise 4-bis : organisation versus information – les « vieux renards » – vous avez parlé des « jeunes loups » – vendent l’entreprise, suppriment donc tous les problèmes de communication et empochent la totalité versus chacun se promène d’information en communication.

18Et je pense que les deux peuvent se tenir. Et donc, ce sont bien les deux à la fois qui deviendront peut-être un petit peu plus près du réel si communication, pouvoir et information il y a, et si on peut épuiser la question.

19Alex Mucchielli : Je suis d’accord avec vous, mais pour ma part, je n’ai traité « qu’un petit bout » à partir de trois exemples. Ce que je voulais illustrer, c’est donc cette approche nouvelle et la complexité des phénomènes. Et donc, je ne l’ai pas traitée dans tous les détails que vous signalez.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Débat », Communication et organisation [En ligne], 18 | 2000, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2452 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2452

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org