Navigation – Plan du site
Bibliographie

La communication : de la transmission à la relation de Jean Lohisse, Bruxelles, De Boeck Université, 2001, 213 p., 160 F

Isabelle Cousserand

Texte intégral

1C’est un travail ambitieux et approfondi que nous livre Jean Lohisse dans cet ouvrage dédié aux approches communicationnelles. L’auteur œuvre véritablement pour une science de la communication, dans une double perspective d’introduction et de vulgarisation, selon ses propres termes.

  • 1  P. 9

2Que le lecteur ne s’y trompe pas... Cette approche qualifiée humblement d’introductive et de vulgarisée est pour le moins structurée et structurante, étayée et exigeante. La démarche n’est délibérément pas encyclopédique, il s’agit plutôt de « (...) rechercher, dans le champ des théories de la communication, les articulations entre les points de vue disjoints du savoir et d’amorcer leur mise en cycle actif »1.

3Comme le laisse présager le sous-titre, l’ouvrage se compose de deux parties. Chacune est divisée en quatre ou cinq chapitres. Ainsi, l’auteur tisse des liens entre cadres théoriques et méthodologiques, concepts et processus, autour de deux modes d’approches différenciées : analytique et globaliste.

4Face à la diversité des objets d’étude et de leurs disciplines d’origine, la présentation dichotomique répond à un souci heuristique. Si l’ouvrage s’appuie sur une symétrie de construction qui peut renvoyer à une forme d’opposition des approches, il convient mieux de les appréhender dans leur complémentarité.

  • 2  « (...) extériorité et séparation des éléments constitutifs [qui] ne se compénètrent pas », p. 23

5La première partie, intitulée « Les grands courants mécanistes et leurs évolutions », présente quatre dimensions des modèles dits linéaires : les « théories de la donnée » en référence à la théorie mathématique de l’information ; celles du signe, relatives aux approches structurales (linguistique saussurienne, sémiologie) ; les « théories du comportement » (behaviorisme et communication interindividuelle) ; celles de la diffusion (courants fonctionnalistes en communication de masse). La vision mécaniste ou analytique s’appuie sur quatre principes : linéaire, séquentiel, atomistique2et référentiel.

  • 3  P. 18
  • 4  P. 113

6La seconde partie, intitulée « Les grandes théories de la communication comme relation interactive et totalité dynamique », est traitée en cinq points. La communication n’est plus envisagée selon une juxtaposition d’éléments. « Le souci de privilégier les relations par rapport aux objets caractérise globalement une seconde génération de la recherche en communication sociale »3. La vision mécaniste cède la place à la métaphore de l’organisme. « Le concept de système ouvert, dans lequel sujets, contextes et usages ordinaires sont intimement imbriqués, sert de plate-forme commune (...) »4. La systémique est alors naturellement abordé, de la cybernétique au constructivisme. Viennent ensuite les théories interactionnistes en psychosociologie (également nommées « pragmatiques psychologiques et psycho-cliniques ») autour de l’Ecole de Palo-Alto. Puis l’auteur aborde le courant anthropologique qui met l’accent sur l’approche sociale et culturelle de l’interaction (sociolinguistique, interactionnisme symbolique, ethnométhodologie, ethnographie...). Les théories pragmatiques linguistiques (énonciation, actes de langage, implicite, analyse conversationnelle, narrativité...) clôturent ce deuxième volet théorique. A l’instar de la première partie, la vision dynamique ou globaliste subsume à son tour quatre principes : circulaire et complexe, interactif, prise en compte de la totalité et du contexte, relationnel.

  • 5  Nous renvoyons à la lecture complémentaire du précédent ouvrage de Jean Lohisse, Les systèmes de c (...)

7Après la publication des Systèmes de communication5, ce nouvel ouvrage propose un cadre de référence aux cheminements théoriques. Au fil des pages, le lecteur peut découvrir ou retrouver quelques modèles ou quelques auteurs souvent peu évoqués. L’ensemble est parfaitement construit pour faciliter l’appropriation du lecteur. Chaque chapitre présente un petit sommaire, bénéficie d’un cadrage problématique initial et se conclut par un aide-mémoire. Elaborée en dix points thématiques, la bibliographie est logiquement détaillée selon les grands courants.

8Ce livre est un excellent outil de compréhension des approches communicationnelles, qu’il présente avec beaucoup de fluidité.

9Jean Lohisse propose un cadre pédagogique pour agréger des problématiques vastes et hétérogènes. C’est un écrit utile, vivant, fertile, qui souligne la polyphonie des phénomènes communicationnels, montre la plurivocité de la communication et alimente une réflexion pluridisciplinaire.

Haut de page

Notes

1  P. 9

2  « (...) extériorité et séparation des éléments constitutifs [qui] ne se compénètrent pas », p. 23

3  P. 18

4  P. 113

5  Nous renvoyons à la lecture complémentaire du précédent ouvrage de Jean Lohisse, Les systèmes de communication : approche socio-anthropologique, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 1998, 188 p., 73 F., dont le n° 13 de la revue s’est fait l’écho.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Cousserand, « La communication : de la transmission à la relation de Jean Lohisse, Bruxelles, De Boeck Université, 2001, 213 p., 160 F », Communication et organisation [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2613 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2613

Haut de page

Auteur

Isabelle Cousserand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org