Navigation – Plan du site
État de la recherche

Le douzième colloque du groupe de recherche en communication des organisations (grec/o)

Hugues Hotier

Texte intégral

1Entre la remise de la copie et la publication de l’article, il s’écoule plusieurs semaines et bien des choses peuvent se produire durant cette période. Au moment où j’écris ces lignes, fin avril, je ne suis pas sûr que des modifications n’interviendront pas dans le contenu de notre douzième colloque. Mais il paraît certain que l’esprit que nous avons voulu donner à cette réunion internationale ne sera pas altéré. Encore que... Toujours au moment de l’écriture, une pneumopathie qui s’offre le luxe d’être atypique en plus de sa propension à la contagion nous vient de Chine alors que notre manifestation comporte une table ronde sur le développement des sciences de l’information et de la communication dans ce pays avec la participation de plusieurs universitaires chinois qui feront spécialement le déplacement de Bordeaux. Sans céder à la panique, force est de constater que l’épidémie est loin d’être maîtrisée ; au point que certaines compagnies aériennes. Egypt Air par exemple, annulent leurs vols vers la Chine. Il peut donc exister une incertitude. Mais, malgré les aléas inhérents à toute organisation, nous sommes des optimistes et le programme que vous trouverez ci-après doit être considéré comme définitif, les intervenants qui y figurent nous ayant confirmé leur participation.

2Fondé en décembre 1986. le Groupe de Recherche en Communication des Organisations est une des trois composantes du « Centre d’Études des Médias » de l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 et. à ce titre, est reconnu en tant qu’« équipe d’accueil ». Comprenez qu’il accueille des doctorants préparant des thèses en sciences de l’information et de la communication. Ils sont actuellement une quinzaine. Depuis 1995. le GREC/O fonctionne au rythme de programmes triennaux. Deux années et demie de travail mènent à la publication d’un ouvrage collectif qui joue le rôle de textes préparatoires à un colloque, lui-même suivi de la publication des actes sous la forme d’un numéro thématique de la revue Communication & Organisation. Compte tenu du fonctionnement des universités selon des plans et des contrats quadriennaux imposés par le ministère, on pourrait trouver anormal de programmer la recherche à un rythme différent. En fait, les universitaires qui lisent cet article savent très bien que le ministère n’est pas un modèle de régularité ! Le dernier quadriennal de notre université a duré trois ans... Et l’on a même vu. il y a une dizaine d’années, sous prétexte d’un changement de majorité politique, un ministre nouvellement nommé déclarer qu’il n’était pas lié par les engagements contractuels pris par son prédécesseur. Notre rythme triennal nous satisfait. Gardons le sans nous préoccuper outre mesure de l’environnement politico-administratif qui n’est pas à l’abri des errances et qui. on le constate particulièrement en ce moment, n’est pas aussi respectueux qu’on le souhaiterait de la recherche et des chercheurs.

3On observe que, depuis 1995, nos travaux s’articulent autour d’un paradigme que nous avons défini par pur intérêt heuristique mais qui a eu pour effet de renforcer la cohérence de notre groupe. Ce que nous avons appelé induction s’est révélé être une thématique particulièrement féconde pour le colloque de 1997. Et quand nous avons choisi le non verbal comme thème pour la période 1997-2000. nous nous sommes rapidement aperçus que nous n’avions pas quitté l’induction ; le colloque de mai 2000 intitulé « Non verbal, communication, organisation » et les actes qui ont été publiés l’attestent. Rechercher les modes de coexistence dans les organisations à travers le « traitement » réservé aux identités, à travers les traces ou à travers des modes de fonctionnement collectifs tels le projet, relève certainement aussi de l’induction dans la communication. Nous attendrons les débats du colloque pour l’affirmer.

4Les textes préparatoires, fruits de la réflexion de plusieurs chercheurs du GREC/O, ont été rassemblés par Gino Gramaccia, professeur à l’Université Bordeaux I (sciences et technologies), et Elizabeth Gardère, ATER dans cette même université, qui a soutenu une thèse en communication organisationnelle particulièrement brillante à l’Université de Rennes en décembre 2002. On peut se les procurer en librairie (Coexister dans les mondes organisationnels, L’Harmattan, coll. Communication des organisations. 2003).

5Il reste à présenter le programme tel qu’il se présente le 22 avril, date de la rédaction de ce texte.

6COLLOQUE INTERNATIONAL

7« COEXISTER DANS LES ORGANISATIONS »

8Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Pessac

9Jeudi 12 et vendredi 13 juin 2003

10Jeudi 12 juin

1109.00 Ouverture officielle

12Professeur Frédéric Dutheil, président de l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

13Professeur Christophe Bouneau, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

14Professeur Hugues Hotier. directeur du Groupe de Recherche en Communication des Organisations

15Professeur Luo Yicheng. directeur de l’Institut du Journalisme et de la Communication de l’Université de Wuhan (Chine)

1609.30 Conférence inaugurale

17Gino Gramaccia, chercheur au GREC/O. professeur de sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux 1 (sciences et techniques)

1810.30 Pause

1911.00 Axe 1 : le registre des identités, qui s’étend du cosmopolitisme assumé à l’acculturation forcée

20Conférence introductive par Patrick Baudry, professeur de sociologie à l’Université Bordeaux 3

21Deux ateliers simultanés dans lesquels seront réparties les communications suivantes :

22Les réseaux inter organisationnels comme espace Je création Je connaissance

23Alsones Balestrin. Université Fédérale du Rio Grande do Sul (Brésil) et Pierre Fayart, Université de Poitiers

24Le rôle des organisations de la culture dans l’acculturation des pays en développement

25Sandrine Basilico, IUT de Vichy et LAMIC, Université de Nice

26Les cadres et les dirigeants : des interfaces fonctionnelles et symboliques dans les mondes organisationnels

27Rosette et Jacques Bonnet, ENESAD (Dijon) et LIMSIC, Université de Bourgogne

28Coexister dans la communauté européenne : organisations religieuses et prégnance symbolique

29Stéfan Bratosin, Université Toulouse 3

30L’identité salariale et l’acculturation à l’entreprise globalisée Bernard Floris. Université Grenoble 3

31« Savoir être », communication et enjeux identitaires Thomas Heller, Université Lille I

32La mémoire organisationnelle en rupture avec la mémoire individuelle

33André A. Lafrance. Chaire de relations publiques. Université du Québec à Montréal (Canada)

34De l’impossible co-existence ?

35Philippe Saielli. Université de Valenciennes,

36Isabelle Gillet, Université Lille 2

37Le rôle des professionnels de la communication dans la gestion de la culture l’organisation

38Laura Salamanca. Université Catholique de Louvain

39La théorie de la justification : un modèle pour l’étude du travail en réseau dans le domaine psycho-médico-social ?

40Isabelle Deliége, Groupe de Recherche en Médiation des Savoirs, Département de communication. Université Catholique de Louvain (Belgique)

4116.00 – 18.00 Table ronde : les sciences de l’information et de la communication en Chine

42Avec la participations de cinq professeurs de l’Université de Wuhan exerçant des responsabilités à l’Institut du Journalisme et de la Communication (IJC) : M. Luo Yicheng, directeur. MM. Shan Bo et Shy Yibin, directeurs adjoints. M. Zhang Jinhai, doyen du département de publicité et communication. M. Qiang Yuéxin, doyen du département de journalisme.

43Thèmes des communications dont les textes seront envoyés aux participants deux semaines avant le colloque :

44• La communication interculturelle, les obstacles à son développement

45• État actuel et perspectives du marché des médias en Chine dans le contexte interculturel de la mondialisation

46• L’industrialisation des médias en Chine dans le contexte interculturel de la mondialisation

47• Les formations supérieures au journalisme et à la communication en Chine

48• Les nouvelles tendances de la recherche en sciences de l’information et de la communication en Chine

49Animateur-modérateur : Patrice Legendre, L ‘Expression d’entreprise Interprète-traductrice : Zhijié Wang, Université de Wuhan et IUT d’Evry

50Vendredi 13 juin

5109.00 Axe 2 : le registre des inscriptions matérielles et spatiales, qui va d’un mode intensif à un mode extensif (condensation vs dilution, dissémination/agrégat vs conglomérat)

52Conférence introductive par Paul Rasse, professeur de sciences de l’information et de la communication à l’Université de Nice.

53Deux ateliers simultanés dans lesquels seront réparties les communications suivantes :

54La communication au service Je la gestion des conflits Je valeurs : « social » vs « économie » Violaine Appel, Université Nancy 2

55Internet et réorganisation des pouvoirs Jans les entreprises

56F. Assié, J-P. Chaze, L. Schneller, X. Touron. Université Montpellier 1

57De l’approche conventionnelle à l’approche communicationnelle des mondes organisationnels

58Jean-Luc Bouillon. Université Toulouse 3

59Construction et modes de stabilisation d’un nouveau monde organisationnel : la relation actionnaire l’entreprise communicant Sylvie Bourdin. Université Toulouse I. Catherine Loneux, Université Rennes 2

60Modes de communication des cadres de santé et l’hôpital. Entre impératifs de normalisation du travail et exigences du face à face Paule Bourret, Université Montpellier 3

61La structuration mutuelle des modes de collaboration et des systèmes d’information dans les organisations californiennes (San Francisco et Bay Area)

62Mikaël Gleonnec. EDF Recherche et Développement

63La communication de recrutement des effectifs étudiants à l’Université Laval : quelques a priori au recours à des relations de liens dans un projet institutionnel

64Alain Lavigne, Université Laval, Québec (Canada)

65Nouvelles recherches sur le modèle de « Mohe » dans les entreprises sino-françaises

66Zhijié Wang, Université de Wuhan et IUT d’Evry

6714.00 Axe 3 : le registre du projet, qui construit des solidarités opérationnelles et fonctionnelles

68Conférence introductive par Rolande Marciniak, professeur de Gestion à l’Université des Sciences économiques et de Gestion de Nantes, secrétaire de rédaction de la revue du Management de Projet, La Cible.

69Deux ateliers simultanés dans lesquels seront réparties les communications suivantes :

70Lien, sens, action : vers une communication engageante Françoise Bernard. Université de Provence

71Technologies de l’information et travail collectif médiatisé. Repenser la relation interpersonnelle.

72Isabelle Comtet. Université Grenoble 3

73Le projet comme outil de communication : le cas d’une agence de publicité au Luxembourg

74Louise Courtemanche, Cabinet Matrix Consulting. Luxembourg (Grand Duché de Luxembourg)

75Le Gemba Kaisen, un moyen d’exister dans l’entreprise Marie-Agnès de Gail. Université de Bretagne Sud

76La réduction de l’incertitude dans les organisations industrielles Anne-Hélène Le Cornec-Ubertini. Université de Bretagne Sud

77Organisations contemporaines et communication vis et sur les TIC. Le cas des projets d’implantation de progiciels de gestion intégrée Anne Mayère, Université Toulouse 3

78La coordination dans les structures projets. Quelles ressources pour quelles coordinations ?

79Vincent-Bernard Nicotri. IUT Arles

80« Morcellisation » d’organisation, unités autonomes, efficacité et permanence de l’action : l’exemple de l’UAG

81Bruno Ollivier, Olivier Pulvar. Université des Antilles-Guyane

8217.30 Conclusions du colloque

83Ce programme appelle quelques commentaires. D’abord, nous avons voulu donner aux participants le temps nécessaire à la réflexion. En accordant des plages longues à chaque thème, en laissant des temps de pause, donc de rencontre informelle, significatifs. Ensuite, la dimension internationale est évidente. Non seulement en raison de la forte délégation de l’Institut du Journalisme et de la Communication de l’Université de Wuhan avec lequel nous entretenons un véritable partenariat depuis presque une décennie, mais encore par la présence d’intervenants du Québec, de Belgique, du Brésil et du Grand Duché du Luxembourg. Notre ultime remarque permettra de souligner une autre mixité, celle qui réunit des chercheurs de statut universitaire et d’autres venant de l’entreprise, qu’il s’agisse de consultants ou de professionnels de Recherche et Développement. De ce point de vue. la présence à nos côtés de la revue L’Expression d’entreprise est à la fois précieuse et symbolique. Précieuse parce qu’elle rappelle des souvenirs déjà anciens mais toujours agréables qui évoquent la participation de Patrice Legendre à des colloques que nous avons organisés naguère. Directeur général à la fois de ce fleuron de la presse technique et professionnelle et du Top Com qui rassemble les directeurs de communication des plus grandes structures françaises. Patrice Legendre a été l’un des premiers à considérer qu’il ne devait pas y avoir, qu’il ne pouvait pas y avoir, de coupure entre la recherche universitaire et l’exercice professionnel de la communication. Nous le pensons aussi, nous qui collaborons depuis une dizaine d’années avec une association de chargés de communication, « Communication et Réflexion », qui réunit une trentaine de praticiens, bordelais et lyonnais, soucieux de réfléchir à leur pratique. Symbolique aussi en ce sens qu’elle témoigne précisément de cette indispensable ouverture de l’université sur le monde économique.

84En plein accord avec la vingtaine de chercheurs qui composent le GREC/O, j’ai déjà exprimé ce qui fait sens pour nous dans un texte que j’ai intitulé « Une certaine idée de la recherche »1. Disons simplement que nous pensons que la recherche en sciences humaines et sociales est doublement désintéressée. D’abord parce qu’elle doit s’entreprendre et se mener en dehors de toute idéologie. Ensuite parce qu’elle doit mettre ses résultats à la disposition de la société pour que celle-ci en tire le meilleur parti dans sa marche vers le progrès social. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir trouver dans la pratique de la recherche une possibilité d’épanouissement personnel. La moindre des choses est que nous contribuions, modestement sans doute mais réellement, à l’épanouissement des autres.

Haut de page

Notes

1  Voir le site Internet du GREC/O : http://www.montaigne.u-bordeaux.fr/GRECO/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Hotier, « Le douzième colloque du groupe de recherche en communication des organisations (grec/o) », Communication et organisation [En ligne], 22 | 2002, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2792 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2792

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org