Navigation – Plan du site
Entrevue

Témoignage de PREPASIA

Isabelle Cousserand et Dominique Blin

Notes de la rédaction

Questionnaire établi par Isabelle Cousserand & Dominique Blin

Notes de l’auteur

Merci à Danielle Margot-Milliot

Chargée de communication et des événements culturels

Texte intégral

1Animé par quatre permanents, PrepAsia est un organisme de formation qui a pour vocation de préparer les professionnels et leur famille à l’expatriation en Asie, à former les chargés de mission et personnels sédentaires sans oublier l’autre volet des relations à l’export : la préparation des collaborateurs asiatiques au « comment travailler avec les Européens ».

2www.prepasia.com

3Communication & Organisation : Pourquoi avoir créé PrepAsia ?

4Pour appuyer et compléter l’orientation asiatique de l’Université de La Rochelle.

5Parce que l’expérience a montré qu’une préparation sérieuse évite de perdre beaucoup de temps.

6Com. & Org. : Quels liens entretenez-vous avec l’Université ?

7Appel aux enseignants pour intervenir dans certains stages.

8Mise à disposition des étudiants et des enseignants de notre centre de documentation spécialisé sur l’Asie.

9Accueil d’étudiants pour des stages prévus dans leurs cursus. Suivi de mémoires d’étudiants. Aide à la recherche de stages en Asie.

10Com & Org. : Quels sont les enjeux de l’expatriation ?

11En vivant dans le pays où est implanté l’entreprise, un expatrié s’imprégnera de la culture et des mentalités locales et saura nouer des contacts, établir des relations de confiance basées sur la durée, condition indispensable, surtout en Asie, à la solidité des liens professionnels.

12Com & Org. : Quels sont les grands principes des processus d’apprentissage que vous mette : en œuvre ?

13Apporter sur un pays le maximum d’éclairages, en un minimum de temps grâce à l’intervention de plusieurs professionnels spécialistes (six à huit par stage de trois jours) et de témoins.

14Être concret et pratique (comment travailler avec, comment négocier…). Associer les familles à la formation, donner des renseignements très concrets sur la vie quotidienne, fournir des adresses… Favoriser une grande interactivité.

15C. & O. : Comment concevez-vous vos plans de formation interculturelle ?

16Par quatre modules de 1 h 30 par journée de stage, alternant les fondamentaux du pays, le savoir travailler, savoir négocier, savoir vivre et des notions de langue.

17C. & O. : Quelles sont les contraintes de l’accompagnement ci la mobilité ?

18Contraintes d’emplois du temps surchargés des futurs expatriés qui les rendent difficilement disponibles sur une période de deux à quatre jours.

19C. & O. : Quelles résistances avez-vous rencontrées ?

20Assez peu sur le principe, quelques unes quant au temps à y consacrer ou au budget à prévoir, pourtant dérisoire par rapport aux sommes engagées pour une expatriation.

21C. & O. : Y a-t il des cas d’échec ?

22Pas à notre connaissance.

23C. & O. : Le management tient-il véritablement compte de la différence interculturelle ?

24Oui de plus en plus, en tout cas sur le principe.

25C. & O. : Peut-on légitimement parler de communication interculturelle ?

26Oui car une meilleure connaissance de l’autre et de son fonctionnement, la chasse aux a priori permettent de mieux comprendre des réactions qui pourraient surprendre.

27C. & O. : N’existe-t-il pas une part d’illusion ?

28Si, sûrement dans la mesure où une formation de trois jours ne remplacera jamais un vécu.

29Un étranger le reste longtemps… même au plus profond de nos villages de France !

30C. & O. : L’imprévisible et l’irrationnel ne sont-ils pas constitutifs de la dimension interculturelle ?

31En partie oui, c’est pourquoi plus on s’informe sur l’autre mieux on lutte contre les incompréhensions, mieux on accepte l’imprévisible et l’irrationnel qui deviennent alors surprises !

32C. & O. : Quelles évolutions avez-vous constaté dans la prise en compte des questions interculturelles ?

33Une évolution très favorable dans la mesure où, quand une entreprise a fait appel à nous une fois, très souvent elle nous appelle à nouveau dès qu’un départ en Asie est programmé.

34L’idée avance et certains échecs dus à une méconnaissance des mentalités et des habitudes de travail ont montré la nécessité de cette préparation. Les entreprises prennent conscience du temps et de l’argent gagnés en minimisant le risque d’échec par une formation concrète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Cousserand et Dominique Blin, « Témoignage de PREPASIA », Communication et organisation [En ligne], 22 | 2002, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2794 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2794

Haut de page

Auteurs

Isabelle Cousserand

Articles du même auteur

Dominique Blin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org