Navigation – Plan du site
Bibliographie

Introduction aux cultural studies, d’Armand Mattelar et Erik Neveu, Paris, La Découverte, 2003, 121 pages, 7,95 €

Isabelle Cousserand

Texte intégral

  • 1  Réseaux n° 80. Novembre – décembre 1996.
  • 2  A l’exception peut-être des travaux de Richard Hoggart. Stuart Hall

1Il y a sept ans paraissait le numéro 80 de la revue Réseaux1 consacré aux Cultural studies. A l’époque, ce « courant », plutôt méconnu en France2 et peu exploité en sciences de l’information et de la communication, était déjà présenté par Armand Mattelart et Erik Neveu, qui pour la circonstance proposaient la traduction française de contributions de chercheurs de Birmingham. Durnham, Cambridge, Honolulu. New York, Los Angeles...

  • 3  « Mais l’étape de cristallisation que constitue cette mise en place serait inintelligible sans pre (...)

2En 2003, Armand Mattelart et Erik Neveu récidivent avec un ouvrage qui ne peut que susciter l’intérêt et satisfaire bien des curiosités. En effet, il relève d’une approche fouillée et distanciée de presque quarante ans de Cultural studies, si l’on admet que la création en 1964 du centre de recherches de Birmingham (CCCS) institutionnalise les recherches, structurées autour des travaux de quatre pères fondateurs britanniques : Richard Hoggart, Raymond Williams. Edward P. Thompson et un peu plus tard Stuart Hall3. Le centre se donne alors pour objectif d’étudier « les formes, les pratiques et les institutions culturelles et leurs rapports avec la société et le changement social ».

  • 4  La référence à Howard Becker. via Outsidersapparaît alors incontournable

3Ce « courant » va s’intéresser très tôt aux usages sociaux des médias et à la question de la réception. Sa visibilité scientifique apparaîtra au seuil des années soixante-dix. Outils et techniques de la critique littéraire seront alors mobilisés pour interroger des objets peu légitimés dans la sphère universitaire : les cultures et les pratiques populaires par opposition aux cultures lettrées. Les champs d’investigation et de réflexion seront nombreux et novateurs : les univers sociaux des jeunes et les significations du conflit générationnel, la déviance, la délinquance, les réseaux de sociabilité, l’identité ouvrière, l’interactionnisme symbolique (avec une ouverture aux apports de l’école de Chicago4), les études féministes ou les problématiques liées au genre.

  • 5  . 6

4Édite dans la collection Repères, l’ouvrage en format de poche nous invite à réfléchir aux évolutions de ce « courant » de recherche et à l’héritage qu’il nous lègue. Les auteurs restituent travaux et débats dans une perspective généalogique, rappellent que les chercheurs ne peuvent faire l’économie d’un engagement critique qui « peut constituer le moteur d’une intelligence des faits sociaux »5 et livrent leurs réflexions sur les métamorphoses de la notion de culture ces cinquante dernières années, qu’il convient de croiser avec les dimensions économiques et politiques.

5L’ouvrage se présente en cinq parties : les origines qui s’inscrivent dans une critique culturelle de la société bourgeoise, puis les années Birmingham (1964-1980) ou printemps des Cullural studies. Les ambivalences des travaux sur la réception sont ensuite interrogées, puis ce sera le tour de l’expansion internationale du « courant » et de son corollaire négatif (crise d’identité, perte de rigueur et de fécondité). La dernière partie ouvre sur les conditions d’un renouveau et l’exploration de nouvelles interdisciplinarités.

6Le lecteur tirera grand profit des repères bibliographiques, qui signalent très clairement les incontournables de ce « courant » et les réflexions les plus abouties.

7Armand Mattelart et Erik Neveu offrent de nouveaux horizons pour prolonger l’analyse du fait culturel aujourd’hui et soulignent que tout travail intellectuel se mesure aussi à l’aune de l’engagement social du chercheur.

8Un livre qui deviendra une référence.

Haut de page

Notes

1  Réseaux n° 80. Novembre – décembre 1996.

2  A l’exception peut-être des travaux de Richard Hoggart. Stuart Hall

3  « Mais l’étape de cristallisation que constitue cette mise en place serait inintelligible sans prendre en compte un travail de maturation qui s’amorce près de dix ans auparavant (...) ». Réseaux n° 80. p. 16.

4  La référence à Howard Becker. via Outsidersapparaît alors incontournable

5  . 6

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Cousserand, « Introduction aux cultural studies, d’Armand Mattelar et Erik Neveu, Paris, La Découverte, 2003, 121 pages, 7,95 € », Communication et organisation [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2876 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2876

Haut de page

Auteur

Isabelle Cousserand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org