Navigation – Plan du site
Dossier

Compétition et mauvaise foi

Jacques Fontanille
p. 59-76

Résumés

Les universités autonomes sont engagées dans de multiples compétitions, auxquelles chacun de leurs membres, chacune de leurs équipes, participe intensément, tout en sachant plus ou moins clairement ou confusément quels seront les gagnants et quels seront les perdants. Partant de ce paradoxe rationnel, cet article s’efforce de reconstruire, en passant notamment par Sartre, Weber, Bourdieu et Spinoza, la structure de la dénégation modale qui permet de participer « quand bien même… » à ces compétitions permanentes. L’objectif est de parvenir d’une part à une description de l’organisation sémiotique de cette configuration de la mauvaise foi compétitive, et d’autre part à une typologie des formes de vie qui en découlent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Préambule : un exercice pratique de mauvaise foi
Autonomie et compétition : la mauvaise foi comme ressort institutionnel
Nous sommes tous calvinistes
Une sémiotique de la « grâce compétitive »
La coupure modale & épistémologique
Dieu, l’Economie & l’Institution
La mauvaise foi comme forme de vie : une stratégie de survie !
Indétermination, indépendance et projet
Inverser le point de vue pour persévérer dans l’être
Faire de nécessité vertu : une machine intégrative
Un îlot de liberté et de projet : l’échappatoire calviniste
Coup de force et mauvaises excuses : le bricolage sartrien des nécessités
Quatre stratégies de mauvaise foi : autant de formes de vie différentes

Aperçu du début du texte

Préambule : un exercice pratique de mauvaise foi

Le sémioticien qui s’occupe de romans, de peintures ou de films n’a guère d’efforts à faire pour rester à distance de son objet ; mais, pour celui qui s’intéresse aux formes de vie, la perspective autobiographique est toujours présente, et la mauvaise foi est une configuration sémiotique qui, du point de vue des organisations sociales, et dans le discours politique, a l’ampleur et le statut d’une forme de vie collective. Pour ce qui concerne justement la mauvaise foi, mon intérêt découle à l’évidence des sept années que j’ai consacrées à mon mandat de président d’université, au cours desquelles j’ai pu accumuler observations directes et analyses immédiates sur le discours politique en matière d’enseignement supérieur et de recherche publique. Mon corpus, en l’occurrence, touche aux modes d’action, aux pratiques et aux stratégies au sein d’un champ professionnel particulier, celui de l’enseignement supérieur, à travers les discours qui ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Fontanille, « Compétition et mauvaise foi », Communication et organisation, 39 | 2011, 59-76.

Référence électronique

Jacques Fontanille, « Compétition et mauvaise foi », Communication et organisation [En ligne], 39 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3061

Haut de page

Auteur

Jacques Fontanille

Université de Limoges, Centre de Recherches Sémiotiques Institut Universitaire de France. Mail : jacques.fontanille@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org