Navigation – Plan du site
Dossier

Signes d’un management public en voie d’accomplissement: une approche socio-sémiotique de l’université française en mutation

Patrice de La Broise
p. 137-150

Résumés

En amont ou en aval de la norme, parfois au-delà, l’édiction de règles constitutives et régulatrices de l’activité universitaire en appelle à une écriture collective. C’est là une activité que l’Institution accomplit régulièrement au rythme du calendrier universitaire, mais aussi au gré des agendas politiques et des exercices comptables. Or les réformes dont l’Université a fait l’objet en quelques années ont sensiblement accéléré et intensifié ce travail d’écriture. L’analyse socio-sémiotique de la règle, rapportée ici à un cadre d’expérience régional, interroge l’agentivité managériale du texte dont les conditions de production (délégation, participation, négociation, délibération, publicité) performent, en tant que mise à l’épreuve de leur écriture, les règles énoncées.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2014.

1Les rapports entre sémiotique et organisation ne sont assurément pas nouveaux. Et les coordinateurs de cette nouvelle livraison de Communication & Organisation font bien de relever les nombreuses « figures d’échange » entre la sémiotique et la communication des organisations. Pourtant la sémiotique (ou sémiologie appliquée à) des organisations, fût-ce dans une acception élargie du texte au-delà du verbal, reste relativement circonscrite à l’analyse de la communication publicitaire, institutionnelle ou corporate (Fraenkel & Legris-Desportes, 1999). Or il nous semble que les approches communicationnelles des organisations (ACO) gagneraient à s’ouvrir plus sensiblement à une socio-sémiotique des transformations structurelles et fonctionnelles des institutions et organisations (Bouillon et al., 2011). Par socio-sémiotique, nous entendons une lecture critique des textes – en tant qu’énoncés ou agencements d’énoncés culturels (Chantraine, 1997) – dont les potentialités sémiotiques opèrent et s’éprouvent dans une transtextualité (Genette, 1982) inhérente aux relations entre des textes (formellement et statutairement) multiples, et à l’intentionnalité plurielle de leur production, de leur opération et de leur réception nécessairement inscrites dans le social.

2Notre propos ne vise pas ici à ré-interroger le « malentendu » (Boutaud, 2004), voire le « dépit amoureux » (Ablali, 2007), entre sémiotique et sciences de l’information et de la communication. Nous prenons acte des interprétations épistémologiques produites ailleurs par les spécialistes de cette question (Jeanneret, 2007) et renvoyons à leur lecture pour nous concentrer sur les processus de textualisation, et ce faisant d’organisation, à l’œuvre dans certaines mutations institutionnelles et organisationnelles en cours d’accomplissement.

3Dans un contexte où le recours au Nouveau Management Public (NPM) est signifié par les mots et les actes du législateur comme de ses obligés, notre analyse portera ici sur une sémiologie appliquée à la managérialisation de l’université française dont la construction communicationnelle et l’usage rhétorique donneraient aussi matière à (re)discuter la partition (axiologique, structurelle et fonctionnelle) entre institutions et organisations (Salvador, 2006). Sachant que la mutation de l’universitéfrançaise est figurée dans des textes nombreux, nous retenons de ce vaste corpus quelques fragments d’une réforme, saisie dans l’écriture paradoxale d’une autonomie enjointe : le passage aux Responsabilités et Compétences Elargies (RCE). Où l’on verra que cette écriture, non réductible au texte de la loi, ni même à son décret d’application, s’accomplit dans une dramaturgie où les acteurs, dans leurs rôles d’adjuvants et d’opposants, participent au schéma actanciel complexe d’une désinstitutionalisation annoncée.

Une socio-sémiotique des organisations et institutions ?

4Les sciences de la communication défendent, à raison, l’héritage et le projet d’une interdisciplinarité ou d’une transdisciplinarité sans lesquelles la communication ne serait jamais qu’un objet de recherche disputé entre disciplines. Or il nous semble que l’organisation résiste encore à ce projet inter– ou transdisciplinaire en ce que, d’une part, les théories sociologiques, économiques et gestionnaires ont en quelque sorte préempté ce champ et cet objet de recherche et que, d’autre part, les sciences de la communication n’ont pas toujours clairement explicité les lectures qu’elles pouvaient en proposer. Si la revendication d’une approche communicationnelle des organisations (ACO) a le mérite d’afficher une intention, voire un positionnement épistémologique, elle tend néanmoins à inverser la proposition d’une science dont l’objet serait l’organisation communicante, c’est-à-dire entendue comme instance, cadre et espace de signification. C’est pourquoi nous revendiquons une approche socio-sémiotique des institutions et organisations ; ce qui suppose, comme l’avance Landowski un double mouvement de « sémiotisation » de points sociologiques sensibles et de « socialisation » de concepts sémiotiques clefs (Landowski, 1989 : 15). Ce faisant, une socio-sémiotique de l’organisation ou de l’institution opère nécessairement à la croisée de différentes lectures en sciences humaines et sociales qui, toutes, instruisent le procès de l’écriture comme condition et effectuation du changement : narratologie, sémiotique, théorie des jeux, sociologie (de la traduction), linguistique, sciences politiques…

5Notre contribution interroge plus précisément une socio-sémiotique de l’innovation institutionnelle dans son rapport au texte,

« cet objet de sens particulier, pris en charge par un système de discursivité, [qui] est utilisé pour soutenir ou critiquer une vision du monde et des systèmes de croyance et [qui] finit par alimenter, en tant que ressource sémiotique, ces mêmes systèmes » (Semprini, 14).

  • 1 « On peut penser la clôture de ce qui n’a pas de fin. La clôture est la limite circulaire à l’intér (...)

6Il nous semble, en effet, que l’organisation comme système sémiotique mérite qu’on en discute la « textualisation », notamment en contexte de transformations institutionnelles ou organisationnelles qui, toujours, en appellent à l’écriture. Et nous voudrions montrer comment la clôture du texte1 comme « énoncé déjà énoncé » (Paolucci, 2010) – en l’occurrence un texte de loi – peut être franchie à travers les itérations et interprétations multiples qu’il suscite.

7L’importance que nous donnons ici au texte vient de ce qu’il est porteur d’une écriture de l’organisation et de la société qui, toujours, trouvent pré‑textes à cette écriture. Le texte comme investissement de forme est celui d’une traduction dont nous savons qu’elle est affaire de signification bien plus que de sens. Autrement dit, le texte ne nous intéresse pas tant pour ce qu’il dit littéralement que pour ce qu’il signifie. S’il s’agit, en la circonstance, de discuter les réformes de l’Université, il n’est pas sûr que le juriste soit plus instruit sur leurs attendus et leurs effets que ne le sont les universitaires eux-mêmes. Ces derniers ont assurément une connaissance relative du Code de l’Éducation, et des lois qui y sont inscrites. « Nul n’est censé ignorer la loi », dit-elle. Mais nul n’est enjoint à la lire. Et tous savent fort bien interpréter un texte qu’ils n’auraient pas lu, mais qui fait le débat auquel ils ne manquent pas de participer. Il faut dire que certains d’entre eux ont aussi pour mandat d’aider à l’interprétation du texte. Et, pour n’en être pas les auteurs, en proposent néanmoins une lecture, de là où ils sont. Ils endossent par leur autorité celle du législateur. Tel est le cas d’un président d’universitéqui, dans la perspective d’un passage programmé aux Responsabilités et Compétences Élargies de son établissement, doit « préparer les esprits » à un nouveau régime de gestion comptable et sociale.

Sémiotique et logique en contexte de réforme

  • 2 Le principe en est donné par une loi de 2007, laquelle stipule que toutes les universités auront dé (...)

8À ceux qui n’auraient pas vu passer le train de réformes qui traverse le paysage universitaire français, nous voudrions conter l’histoire d’une université de province « désobéisseuse ». Un mot, presque un néologisme, dont on ne saisit pas très bien la signification hors contexte, et hors du texte qu’un président d’université adresse aux personnels de son établissement afin de les convaincre de « faire passer » l’établissement aux responsabilités et compétences élargies (RCE) avant d’y être contraint2. Nous sommes ici en pleine théorie des jeux, sachant que le pari dont il est question revient à apprécier les profits et pertes qui résulteraient d’un passage anticipé (ou non) à des compétences gestionnaires dont l’accession peut être diversement traduite en termes techniques et politiques.

9Dilemme du prisonnier ou dilemme du bien public, la question du passage anticipé (ou non) aux RCE n’aura été que tardivement posée. Le président avait jusqu’alors fait le choix tactique de temporiser et de ne pas soumettre au « vote » de son Conseil d’Administration une question que rien, dans le texte de la loi, ne l’obligeait à poser. Mais le ministère (Enseignement Supérieur et Recherche) fit bientôt valoir l’obligation, pour les Conseils d’administration, d’approuver par un vote des dispositions légales qui, en principe, s’imposaient à l’établissement. En outre, l’argument pratique d’une synchronisation du calendrier universitaire et de l’exercice comptable – avec ce qu’elle suppose de transfert de compétences et de réorganisation des services administratifs (DRH, agence comptable, services financiers) – finit par questionner l’opportunité pragmatique de devancer (anticiper) l’échéance ultime autorisée par la loi. De sorte qu’au glissement sémantique de l’application à l’acceptation s’ajoutait l’alternative sémantico-pratique de l’anticipation ou de la nonanticipation (différance ?). Une modalisation des « énoncés du faire » propre à nourrir la controverse, jusques et y compris dans la manière de soumettre la question au vote des administrateurs.

Sémiotique textuelle : récit, discours, énonciation

10Certes, une analyse narrative rigoureuse commanderait de rapporter le récit d’une réforme à ses destinateurs premiers : le législateur (destinateur légiférant) et le ministre (destinateur donneur d’ordre). Mais dans l’intertextualité du débat qui précède une délibération, nous faisons le choix de retenir ici les six textes produits en quatre mois par un Destinateur-Sujet, président d’université. Six courriers électroniques, dont cinq sont adressés à l’ensemble des personnels, le sixième étant réservé à une section syndicale de l’établissement. Sans entrer dans l’exploration minutieuse des structures profondes et de surface de récits argumentaires d’une délibération et d’une action à venir, nous devons néanmoins rendre compte de quelques-unes de leurs composantes narratives et discursives.

11Le « passage délibéré » à des compétences gestionnaires élargies ne constitue qu’une séquence, parmi d’autres, d’une mutation managériale que l’université française opère depuis la loi sur les Libertés et Responsabilité des Universités (LRU) et les transformations subséquentes multiples auxquelles elle donne lieu à échéances variables. C’est pourquoi, en instruisant publiquement la délibération du Conseil d’administration, le président d’université ne manque pas d’inscrire le « passage anticipé aux RCE » dans le récit chronologique de séquences antérieures et futures. Un tel récit de la réforme est d’autant plus troublant qu’il semble illustrer parfaitement le schéma narratif canonique (Courtés, 1991 : 98-136) dont les cinq composantes sont : (1) l’action, elle‑même décomposable en deux composantes : (2) la compétence (relative aux préalables nécessaires de l’action que sont le vouloir-faire, le devoirfaire, le savoir-faire et le pouvoir-faire) et (3) la performance (relative à la réalisation effective de l’action) ; (4) la manipulation (composante spécifique pour le vouloir-faire et le devoir-faire) ; (5) la sanction (relative à l’évaluation de l’action et à la rétribution (récompense ou punition) qu’elle entraîne. De fait, ce schéma narratif constitue un excellent dispositif de « cadrage » et de « recadrage » du réel dans l’argumentation de l’auteur.

  • 3 « Ainsi dans les Fourberies de Scapin, Scapin, quel que soit son rôle actantiel (destinateur, sujet (...)

12De même, le schéma actanciel d’un récit inachevé distribue les places et les rôles respectifs du Destinateur-Sujet (résident) recherchant un Objet (RCE) dans l’intérêt ou à l’intention d’un Destinataire (l’université, ses personnels), tandis que des alliés (ou Adjuvants) et des Opposants facilitent ou contrarient son action. Certains actants s’incarnent ainsi dans des personnages réels ou fictifs d’un récit où les rôles actanciels viennent aussi à changer selon les séquences et l’incertitude des adjuvants ou opposants qui font la controverse3.

13Or, dans cette mise en intrigue où se croisent les schémas narratif et actanciel, c’est, une fois encore, la phase d’instruction des personnels sur la question d’un « passage anticipé aux RCE » que nous retenons pour séquence d’analyse. Ce choix est non seulement redevable aux récits-argumentaires constitutifs de notre corpus, mais aussi aux glissements sémantico-sémiotiques des énonciations, jusques et y compris dans l’énoncé de la question effectivement posée aux administrateurs de l’université. Ainsi l’antinomie première entre la demande versus le refus d’un passage aux RCE fait-elle progressivement place à une alternative seconde : l’anticipation versus l’ajournement d’une disposition légale. Cette alternative seconde vient en quelque sorte modaliser l’énonciation de l’action délibérative et, ce faisant, la signification d’un accomplissement de la réforme diversement interprétable par les actants. Ceux-ci peuvent en effet se montrer légalistes, pragmatiques, coopératifs, dociles, zélés… ou, sur une échelle interprétative contraire ou contradictoire de l’engagement : résistants, opposants, réfractaires, réservés, prudents… Sans multiplier les oppositions de « caractères » et de « postures » dont une psychologie de l’organisation ne suffirait probablement pas à dresser la carte, il nous semble que la verbalisation de l’action délibérative est, par elle-même, signifiante quant à l’objet de la décision, comme dans ses implications « symboliques » et « politiques ».

Carré sémiotique du passage « anticipé » aux Responsabilités et Compétences Élargies (RCE)

Carré sémiotique du passage « anticipé » aux Responsabilités et Compétences Élargies (RCE)

14Ce carré sémiotique, inspiré de la modélisation greimassienne, rend compte visuellement des variations sémantiques et sémiotiques d’un objet de controverse dont il apparaît, au fil des débats, qu’il ne se réduit pas à la contradiction, mais s’inscrit aussi dans un rapport de contrariété et de complémentarité, terme à terme. Il y a là les signes d’une différance – au sens derridéen –, non seulement dans le décalage temporel entre les modalités d’application de la loi, mais encore entre les actes de langage et leur portée politique. Il faut ici parler de rhétorique, quand cet art d’emporter la conviction ou la décision exploite, dans un même champ sémantique, des champs lexicaux différenciables et des modalisateurs utiles à une énonciation tactique. Interroger un Conseil d’Administration sur l’opportunité d’un passage anticipé aux RCE sur un mode assertif (« le Conseil d’Administration fixe le passage effectif de l’établissement aux RCE à la date du 1er janvier 2012 ») procède à l’évidence d’une autre intention que de soumettre au vote des administrateurs les questions : « êtes-vous favorable à l’application des RCE dans l’établissement à la date du 1er janvier 2012 », ou encore : « acceptez-vous le passage effectif aux RCE à la date du 1er janvier 2012 ? ». Un vote dit « positif », s’accomplissant comme acte de ratification, sur la base d’une verbalisation performative, a cela de commode qu’elle n’en appelle pas à la délibération, mais à la seule décision.

Rhétorique, argumentation et pragmatique

15Au théâtre d’une université de Lettres, sur la scène et dans les coulisses de son Conseil d’Administration, la rhétorique est un art très prisé en situations de controverse. Elle se prolonge d’ailleurs, comme ici, dans le commentaire ex-post. Or les explications de texte sont aussi de celles qui servent à motiver et, ce faisant, à orienter la décision. Voyons donc maintenant ce qu’il en fut de l’aide à la décision produite par un président dans ses courriers répétés aux personnels. Entre rhétorique et argumentation, il est souvent difficile de discerner ce qui relève de la manipulation et de la démonstration. Les manières de convaincre sont nombreuses et complexes. Elles renvoient autant à une (socio- et sémio) logique qu’à une pragmatique où, toujours, l’ethos le dispute au logos. Nous nous limitons ici à déplier quelques plans d’énonciation qui signifient, entre argumentation et rhétorique, les stratégies discursives à l’œuvre dans l’interprétation narrative d’une décision à prendre.

  • 4 « On notera que ces deux opérations sont à la fois indispensables l’une à l’autre et obligatoiremen (...)

16Dans ce que Breton appelle la double détente argumentative4, le cadrage du réel opère selon trois processus argumentaires : l’affirmation d’une autorité, l’appel à des présupposés communs, la construction d’un « univers de référence » (ou recadrage du réel). « Le réel décrit est bien le réel acceptable parce que la personne qui le décrit a l’autorité pour le faire » (Breton, 1996 : 49). Cette autorité peut-être celle de l’énonciateur, lui-même, mais celui‑ci peut aussi bien en appeler à une autorité « extérieure » (ou supérieure) comme à l’autorité de ceux qu’il entend convaincre. Dans le cas qui nous intéresse, on notera que le Destinateur-Président opte souvent pour la posture délocutive d’une autorité collective ou partagée, diversement incarnée par « l’établissement », « l’université », « le Conseil d’Administration », « les services », les « personnels » ou par quelques actants faisant autorité politique (le ministère ou sa délégation), administrative (le secrétaire général). D’autres personnalités (physiques ou morales) sont également citées à comparaître en qualité de témoins. À l’exception notable d’une signature, l’affirmation de l’autorité ne s’exprime pas essentiellement à travers l’affirmation d’un mandat présidentiel, mais dans la compétence de l’énonciateur à instruire la controverse par le discours et le récit du guide ou de l’interprète. Pour autant, cette posture participe à l’affirmation d’une compétence et d’une expérience susceptibles de « faire » autorité.

17Dans cette polyphonie d’une autorité ainsi distribuée, l’argumentation fait surtout appel à une opinion commune selon laquelle le préférable l’emporterait sur le désirable. Et dans le cadre nécessairement contraint de la loi, nous découvrons une expression surérogatoire de la norme, au motif que l’anticipation d’une échéance fixée par le législateur serait encore préférable à sa stricte observance. C’est que, dans le concert de l’enseignement supérieur régional et national, les foyers de résistance se font rares ; aussi est-il question de défendre la « cité de la réputation » et de prévenir la marginalisation d’une université « désobéisseuse ».

« Se pose la question que je nommerai de “communication négative” et qui a trait à l’image de [notre université]. Ainsi, j’ai déjà essuyé une première phase de « disqualification » par la rectrice lors des discussions sur la formation des maîtres. J’étais moins un président d’une université que le représentant d’une université-qui-ne-pouvait-pas-comprendre puisque [notre université] n’était pas passée aux RCE. On peut imaginer la situation si nous devenons une université qui-a-refusé-de-demander-le passage-aux-RCE ... » (courriel 2 du 07/03/11, extrait).

18La lexicalisation est ici la marque d’une « disqualification » et l’expression égocentrée d’une communication asymétrique entre l’établissement et sa tutelle. Il y va de l’autorité même du président dont la référence explicite est requise en cette séquence narrative d’une mise en péril. Comme un appel à la défendre collectivement, l’argument quasi-logique commande de « rentrer dans le rang » pour « maintenir son rang » :

« La nécessité d’avoir à “demander” le passage aux RCE n’est ni une formalité résolue par une réponse de type oui/non, ni une forme contrainte de ralliement de fait à la LRU. Cette demande est la CONDITION NÉCESSAIRE À L’OUVERTURE D’UNE NÉGOCIATION [écrit en lettres capitales par l’auteur] d’un type que l’université ne connaît pas jusqu’ici mais qui est devenue inéluctable » (courriel 2 du 07/03/11, extrait).

19À la table des négociations, il faudrait donc « payer pour voir ». Comprenons que la rationalité de la rhétorique (Danblon, 2002 : 57-151) s’éprouve ici dans l’option tactique consistant à faire de la nécessité l’argument d’un non‑choix. L’argumentation par le « non », par la dénégation, est à la mesure d’un doublebind revisité sur le mode de la justification. Il n’y aurait ni adhésion, ni même approbation, mais le calcul assumé d’un pari : jouer sans connaître les règles, dans l’espoir de ne pas être hors jeu. Et c’est tout le « pouvoir » de la litote que de faire entendre le non-dit ou, comme ici, de transformer l’incertitude en principe de précaution :

« L’absence de passage aux RCE ne permettrait pas que tout continue “comme avant” (…) Qu’un refus de passage aux RCE puisse avoir des conséquences financières n’est pas totalement inenvisageable » (courriel 1 du 01/03/11, extrait)

20Entre la difficulté et la menace, les arguments techniques servent un « cadrage » dont l’autorité a été préalablement déléguée au Secrétaire Général, futur « Directeur Général des Services ». Comme une manière de « neutraliser » le débat en confiant à l’expert le pouvoir d’expliquer :

« Un diaporama préparé par le secrétaire général de l’université et que vous trouverez en attaché présente les grands traits de la loi et des effets des RCE. Sur la double base de ces informations et des questions que vous pourrez poser par écrit à cette adresse (…), le secrétaire général tiendra une réunion d’information technique, ouverte à tous, le mardi 15 mars, 13h-15h, amphi G. Pour la bonne organisation de cette réunion, les questions seront envoyées avant le 14 mars, 9h. » (courriel 1 du 01/03/11, extrait).

21Or cet investissement de forme n’est pas neutre dans un processus d’innovation institutionnelle où la compétence constitue tout à la fois l’objet de la délibération et la condition première de son acceptabilité. De fait, l’argumentaire en appelle d’abord à la raison technique et pratique pour faire valoir la nécessité d’une normalisation. Qu’il s’agisse de synchroniser le calendrier universitaire et l’exercice comptable, d’anticiper l’arrêt programmé des outils nationaux de gestion des ressources humaines et, surtout, de préparer un transfert de la masse salariale… tout concourt à la mise en « évidence » d’une normalisation nécessaire, sinon utile. De sorte que les principales difficultés attendues ne seraient plus imputables à l’anticipation, mais à une obstruction qui, contre l’intérêt bien compris des personnels, serait préjudiciable aux fonctions supports de l’établissement comme à la sécurisation des emplois techniques et administratifs. Une manière, cette fois, de dissocier les données d’un problème, quitte à le déplacer sur le terrain de confrontations catégorielles :

« La possibilité de recruter en CDI, notamment lorsqu’il n’est plus possible d’obtenir autrement des emplois non précaires, n’est peut-être pas toujours à dédaigner, particulièrement pour les personnels BIATOS » (courriel n° 1 du 01/03/11, extrait).

22Politique, stratégique ou tactique, l’argumentation est à la mesure d’un jeu universitaire dans lequel le calcul énoncif, relatif à la portée tactique des coups envisageables, se double d’un calcul énonciatif relatif à leur charge signifiante en tant que discours persuasif (Landowski, op. cit. : 240). Quand bien même le respect de la norme (la loi et son décret) opposable à tous ne serait qu’une question de temps, le choix de l’anticiper ou non, n’est pas réductible à cette alternative. Il faut compter sur la charge signifiante de l’énonciation pour que, dans une situation de confrontation des programmes actanciels, le « faire faire » opère, au-delà des relations de contradiction et de contrariété, sur le plan méta-logique ou méta-narratif de la complémentarité. L’illustration en est donnée, ici, par une recherche de conciliation susceptible de dépasser la forme polémique et l’issue dissymétrique (« victoire » versus « défaite » des sujets et/ou « gain » versus « perte » des objets) d’un vote : un protocole d’application.

« Nous pourrions donc, sans doute avec avantage politique, dénoncer l’imposture politique qu’il y aurait à transformer en un acquiescement ce qui est une demande contrainte de négociation, tout en ouvrant ladite négociation, de manière à protéger les intérêts de l’établissement (…) Il devrait en outre être possible de rédiger un protocole d’application propre à [notre université]. Certes un tel protocole qui établirait des garanties quant aux dispositifs les plus contestables de la loi n’engagerait que ceux qui l’ont signé. Il aurait pourtant le grand mérite d’exister. D’éventuelles transgressions devraient alors s’afficher en rupture, notamment avec notre culture d’établissement » (courriel n° 2 du 07/03/11, extrait).

23Dans cet extrait, l’énonciateur donne à lire sa propre perplexité, voire sa défiance, à l’égard du politique et de la loi. Mais l’hypothèse d’une régulation conjointe, dans l’après-coup d’une ratification locale anticipée du décret, apparaît d’autant plus symbolique qu’elle est énoncée au conditionnel et que sa portée, déjà, est relativisée. L’argument par dissociation (la loi versus les modalités de son application) et la référence à des valeurs communes servent surtout à ne pas enfermer la délibération dans l’alternative « pour ou contre », tout en réaffirmant le caractère inéluctable d’une réforme réputée insensible aux conjectures :

« L’hypothèse d’un changement politique dans le pays demeure à confirmer, elle apporterait sans doute ce que par respect pour les opinions de chacun je me contenterai de désigner comme des évolutions. De telles évolutions, par exemple en termes de garanties quant à l’application de la loi, demeurent pourtant indépendantes de la date de passage aux RCE (…) Enfin, dans la mesure où les forces politiques qui feront la prochaine majorité, quelle qu’elle soit, ont annoncé des aménagements de la loi, et non son abrogation en faveur d’une autre, les évolutions à venir de la loi affecteront tous les établissements, quelle que soit leur situation à l’égard des RCE » (courriel n° 1 du 01/03/11, extrait).

24Et d’en appeler au pragmatisme, sinon à l’intérêt collectif, en entérinant un « déjà là » tellement indifférent à des positions personnelles qu’il convient de les mettre entre parenthèses :

« Pour résumer, l’enjeu n’est plus de signifier un accord ou un désaccord avec une loi qui existe de fait, mais bien, au-delà des positions personnelles (ainsi, j’ai maintes fois eu l’occasion de marquer ma défiance envers la LRU), de faire preuve, ensemble, de pragmatisme et de nous placer dans les meilleures conditions de travail, pour l’ensemble de l’université, dans la diversité de ses compétences, de ses projets, de ses instances, de ses personnels et de ses publics » (courriel n° 5 du 07/06/11, extrait).

25Ici réside ce que Chantraine interprète comme une nouvelle « barbarie » (Chantraine, 2011). Non pas tant celle de la norme imposée. Mais celle d’un Nouveau Management Public qui, dans le simulacre d’une autonomie enjointe, conduit paradoxalement le sujet à taire son libre arbitre, sa subjectivité. Faut-il ici parler de « servitude volontaire » pour décrire ce qui, d’une université à l’autre, s’énonce comme observance légaliste ou appropriation pragmatique ? Dans ce « nouveau monde dogmatique, dont le dogme porte sur des démarches, des procédures et des manières de faire, plus que sur des croyances » (Chantraine, ibidem.), il se peut fort bien qu’un « jeu de dupes » soit aussi un marché.

Transtextualité et socio-sémiotique de l’organisation

26Bien entendu, l’analyse de discours produits par un président à l’adresse des personnels de son université ne peut donner qu’un aperçu du rapport au texte de l’institution ou de l’organisation en mutation. Et une sémiotique textuelle ne peut pas davantage, à elle seule, rendre compte d’une agentivité textuelle (Cooren, 2008) opérant nécessairement en deçà et au-delà de la page d’écriture. De ce point de vue, il nous semble que « l’arbre du texte » ne doit pas cacher la forêt de « ses possibles » (Jacques, 2008) et qu’une socio‑sémiotique de l’organisation en appelle toujours à la transtextualité. De sorte que la rhétorique du management à l’œuvre dans un feuilleton sur messagerie électronique où le storytelling le dispute à l’argumentation relève aussi, et peut-être d’abord, du métatexte (un commentaire de la loi et de son décret) et du paratexte (avant-propos, post-scriptum ou conditions générales de vente d’un changement aussi incertain qu’« inéluctable »).

  • 5 « Cette mise en scène, cette mise en spectacle, ce “donner à voir”, nous nous y prêtons tous, je di (...)

27Cette transtextualité est à lire, aussi, dans les conditions pragmatiques de l’interprétation, entendue comme manière de jouer individuellement et collectivement le texte. Il y a lieu, par-delà un regard complice, de considérer les nouvelles règles du jeu et de publicité dans une institution « conquise » (ou investie) pas le mythe managérial (de la Broise & Chantraine, 2010). Et parce que l’imaginaire social du management contraste avec les toges et la solennité d’une cérémonie honoris causa5, il nous faudrait enfin discuter cette sorte de discontinuité dont procède le choc sémiotique d’un management public à l’université des Sciences Humaines et Sociales (SHS). Cette appellation, son acronyme et son nouveau logotype ont d’ailleurs été préférés localement (au motif que le positionnement concurrentiel régional s’y trouverait renforcé) aux Lettres, langues et Sciences Humaines qui, tels des vestiges érodés et enfouis, ont disparu des documents officiels de l’établissement.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ablali D., « Sémiotique et Sic : je t’aime, moi non plus », Semen [En ligne], 23 | 2007, mis en ligne le 22 août 2007, consulté le 14 avril 2011. URL : http://semen.revues.org/4911, 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bouillon J.-L., Bourdin S., Loneux C., « De la communication organisationnelle aux “approches communicationnelles” des organisations : glissement paradigmatique et migrations conceptuelles », Communication & Organisation [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 1er juillet 2010, consulté le 14 avril 2011. URL : http://communicationorganisation.revues.org/90, 2007.
DOI : 10.4000/communicationorganisation.90

BOUTAUD J.-J., « Sémiotique et communication. Un malentendu qui a bien tourné », Hermès 38, Les sciences de l’information et de la communication. Savoirs et pouvoirs, 2004.

BRETON P., L’argumentation dans la communication, La Decouverte, 1996.

CHANTRAINE O., « Approche socio-sémiotique d’un espace public fragmenté », mémoire présenté en vue de l’habilitation à diriger les recherches en SIC, Roger Bautier [dir.], Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 1997.

CHANTRAINE O., « Innovations organisationnelles et institutionnelles et “barbarie”. Gros plan sur la figure clinique du manager non-croyant, mais pas hérétique… », Communication au colloque Culture et Barbarie, Communication et Société Contemporaine, Athènes, 25-28 mai 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

COOREN F., « Between semiotic and pragmatics : Opening language studies to textual agency », Journal of Pragmatics, 40, 1-16, 2008.
DOI : 10.1016/j.pragma.2006.11.018

COURTÉS J., Analyse sémiotique du discours. De l’énoncé à l’énonciation, Paris, Hachette, 1991.

DANBLON E., Rhétorique et rationalité, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2002.

DE LA BROISE P., CHANTRAINE O., « Approche garfinkelienne de la communauté universitaire », Cahiers d’ethnométhodologie, 4, 2010.

DERRIDA J., L’écriture et la différence, Paris, Seuil, 1967.

FRAENKEL B., LEGRIS-DESPORTES C. (dir.), Entreprise et sémiologie – Analyser le sens pour maîtriser l’action, Dunod, 1999.

JACQUES F., L’arbre du texte et ses possibles, Librairie Philosophique J. Vrin, 2008.

JEANNERET Y., « La prétention sémiotique dans la communication », Semen [En ligne], 23 | 2007, mis en ligne le 19 juin 2009, consulté le 23 juillet 2011. URL : http://semen.revues.org/8496, 2007.

LANDOWSKI E., La société réfléchie, Seuil, 1989.

PAOLUCCI C., « Quelques réflexions sur les énoncés : textes, pratiques et cultures. Nouveaux Actes Sémiotiques » [en ligne]. Recherches sémiotiques. Disponible sur : <http://revues. unilim.fr/ nas/document. php ?id =3513> (consulté le 15/06/2011)

SALVADOR J., « Le combat de l’Organisation et de l’Institution », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006, Consulté le 15 avril 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index582.html

SEMPRINI A., Analyser la communication, Paris, L’Harmattan, 1996.

Haut de page

Notes

1 « On peut penser la clôture de ce qui n’a pas de fin. La clôture est la limite circulaire à l’intérieur de laquelle la répétition de la différance se répète indéfiniment. C’est-à-dire son espace de jeu. Ce mouvement est le mouvement du monde comme jeu » (Derrida, 1967 : 367).

2 Le principe en est donné par une loi de 2007, laquelle stipule que toutes les universités auront désormais la gestion pleine et entière de leur budget et de leur masse salariale et, si elles en font la demande, de leur patrimoine foncier. La loi, effective dans les 6 mois pour bien d’autres dispositions statutaires, ménageait cependant une période de 5 ans aux établissements dans leur accession volontaire aux responsabilités et compétences élargies.

3 « Ainsi dans les Fourberies de Scapin, Scapin, quel que soit son rôle actantiel (destinateur, sujet ou adjuvant, selon le modèle construit et selon les séquences), est l’acteur-fabriquant des fourberies, celui dont l’action répétitive est de duper les autres » (Ubersfeld, 1996 : 81).

4 « On notera que ces deux opérations sont à la fois indispensables l’une à l’autre et obligatoirement successives : “on cadre” d’abord, on « lie » ensuite. La première vise à construire le réel commun à l’orateur et à l’auditoire ». C’est sur cette communauté que le second temps de l’argumentation s’appuiera pour construire un lien entre cet accord et l’opinion proposée. On parlera ici, pour désigner dans leur solidarité mutuelle, de la « double détente » argumentative » (Breton, 1996 : 43).

5 « Cette mise en scène, cette mise en spectacle, ce “donner à voir”, nous nous y prêtons tous, je dirai de “bonne grâce”, assurément, il n’y a là ni irrépressible soif de la pompe, ni appétit des liturgies, ni évidemment fétichisme du déguisement… Cette célébration, en effet, offre ce moment particulier où nous affichons une identité, une force, j’allais presque dire où nous rendons un culte à une institution dont nous connaissons la force et dont nous observons, parfois, la fragilité, l’université, identique et toujours changée, universelle et de chaque communauté qui s’y reconnaît. (…) Notre université des lettres et des arts, des sciences de l’homme et de la société, des humanités et des sciences sociales, des sciences humaines et sociales, des SHS en un acronyme (…) Notre université qui plonge ses racines dans les recompositions culturelles du XVIe siècle et qui, maintenant, trace son chemin dans les parcours proposés (imposés ?) par les défis du XXIe siècle » (Extrait du discours présidentiel introductif à une cérémonie honoris causa, 25 juin 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carré sémiotique du passage « anticipé » aux Responsabilités et Compétences Élargies (RCE)
URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice de La Broise, « Signes d’un management public en voie d’accomplissement: une approche socio-sémiotique de l’université française en mutation », Communication et organisation, 39 | 2011, 137-150.

Référence électronique

Patrice de La Broise, « Signes d’un management public en voie d’accomplissement: une approche socio-sémiotique de l’université française en mutation », Communication et organisation [En ligne], 39 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 26 mai 2015. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3112

Haut de page

Auteur

Patrice de La Broise

Maître de conférences, Université Charles de Gaulle Lille 3. Laboratoire GERIICO (EA 4073) Mail : patrice.delabroise@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org