Navigation – Plan du site
Bibliographie

Patrice Flichy. Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil, 2010, 97 pages, 11,50 €

Marlène Dulaurans
p. 257-259

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2014.

1« Les quidams ont conquis internet ». Phrase d’introduction de son ouvrage Le sacre de l’amateur, Patrice Flichy a choisi de prendre le contrepied d’Andrew Keen et de ses réflexions sur l’univers sauvage du web 2.0, pour nous présenter au travers de trois chapitres, un internet de masse dans lequel l’amateur s’impose comme la figure emblématique d’une nouvelle forme d’expertise. À mi-chemin entre l’ignorant et le professionnel, l’amateur du web contemporain s’appuie aujourd’hui sur sa compétence, acquise notamment par l’expérience, pour rivaliser avec les experts. Selon Flichy, c’est dans son quotidien que l’amateur puise une source considérable de connaissances et acquiert de nouveaux savoirs et savoir-faire. Il défend l’idée que les technologies de l’information et de la communication ont encore plus accentué le phénomène d’apprentissage, permettant à la mise en réseau de faire émerger une « intelligence collective ». Dans cette société où la connaissance est partagée, Flichy distingue deux figures de l’amateur : « celui qui réalise et celui qui apprécie ». Cependant même si leurs intentions de publication diffèrent, ils présentent pour lui de nombreuses caractéristiques communes. Les arts, la science et les questions d’ordre public sont généralement leurs terrains de prédilection. Ils tendent à se regrouper au sein de communautés dans lesquelles ils peuvent partager leurs opinions, confronter leurs points de vue et parfois même gagner en notoriété. Animé par une passion dévorante ou bien guidé par simple curiosité, l’amateur d’aujourd’hui s’engage plus par conviction que par obligation professionnelle. Sa participation est directe et ses interventions de fait désintermédiées.

2Flichy nous propose une analyse détaillée de la culture amateur. Passant ainsi en revue leurs différentes pratiques sur internet, telles que la musique électronique, l’usage de MySpace, la photographie numérique, les écritures numériques, ou bien les regroupements de fans, il démontre qu’ils ne se restreignent plus à un simple échange d’information mais contribuent aujourd’hui à développer un nouvel espace de réception créatrice. Les amateurs ne se laissent plus imposer les productions artistiques dans leur version initiale. Parce qu’ils les apprécient ou les décrient, les amateurs se les réapproprient pour les remettre en scène. Ils prolongent la production artistique sur le web et bouleversent le rapport traditionnel à la culture populaire industrielle jusqu’à présent instauré.

3Ces nouvelles pratiques dans le champ de la culture se sont également élargies au domaine public et politique. Forums en ligne et blogs ont permis à l’amateur de réinventer une nouvelle forme de citoyenneté dans laquelle il s’affranchit des codes classiques institutionnels, s’émancipe du rapport dogmatique traditionnel à l’élu politique, s’autonomise dans la recherche d’information, et manifeste ouvertement ses opinions personnelles sur la toile. Aussi de nouveaux dispositifs d’expression ont émergé, parfois subjectifs, polémiques, ou consensuels, ils ont reconfiguré l’action politique des citoyens et leur engagement militant. Le web est devenu pour eux un ressort stratégique pour faire entendre des opinions dissonantes qui ne bénéficient pas d’une couverture médiatique équitable. La troisième dimension explorée par Flichy concerne la relation qu’entretient l’amateur au monde de la connaissance. Internet a largement contribué à démocratiser la prise de parole de l’individu qui trouve notamment dans les communautés de partage une expérience dont il peut profiter quotidiennement. Certains amateurs cherchent ainsi à diffuser leurs connaissances, voire à les vulgariser, comme cela peut être le cas de Wikipédia, alors que d’autres souhaitent véritablement apporter une contribution analytique et affiner l’expertise. Bien conscient que la production de connaissance des amateurs se massifie sur internet, Flichy choisit de valoriser le principe d’une « science de plein air » où le savoir-faire des amateurs s’enrichit de l’académisme des scientifiques pour permettre la création de nouveau modèle d’innovation, qu’il illustre notamment par le mouvement des logiciels libres.

4Cet ouvrage porte un regard innovant sur le rôle productif de l’amateurisme contemporain et l’usage qu’il fait des technologies de l’information et de la communication. Il participe du renforcement de la reconnaissance des compétences ordinaires et encourage à repenser le rapport à la « démocratie scientifique et technique » du web. Il est simplement à regretter que le sujet ne soit pas encore plus développé, dans la mesure où la question traitée reste pour le moins passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Dulaurans, « Patrice Flichy. Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil, 2010, 97 pages, 11,50 € », Communication et organisation, 39 | 2011, 257-259.

Référence électronique

Marlène Dulaurans, « Patrice Flichy. Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil, 2010, 97 pages, 11,50 € », Communication et organisation [En ligne], 39 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3178

Haut de page

Auteur

Marlène Dulaurans

Mail : marlenedulaurans@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org