Navigation – Plan du site
Expériences

La mort, un commerce comme les autres ?

Laurence Hardy
p. 175-187

Résumés

La mort demeure un des grands tabous de notre société. La sensibilité face à la mort change, entraînant de nouveaux modèles de neutralisation caractérisés par la professionnalisation de la mort et sa privatisation. Les pratiques sociales mises en œuvre pour le/la mort se transforment. Si environ 80 % des obsèques sont religieuses, l’Eglise catholique a perdu le « pouvoir totalisant » dont elle jouissait. Ce changement va être également alimenté par la médicalisation de la fin de vie qui entraîne alors une « délocalisation » de mort.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il ne s’agit plus d’un rite donnant sens à la mort mais d’une cérémonie centrée sur le défunt.

1La mort demeure un des grands tabous de notre société. La sensibilité face à la mort change, entraînant de nouveaux modèles de neutralisation caractérisés par la professionnalisation de la mort et sa privatisation. Les pratiques sociales mises en œuvre pour le/la mort se transforment. Si environ 80 % des obsèques sont religieuses, l’Eglise catholique a perdu le « pouvoir totalisant » dont elle jouissait. Ce bouleversement fait suite au Concile de Vatican II qui, à son tour, va se répercuter sur l’encadrement « profane » dont l’une des conséquences est l’accélération de la commercialisation de la mort. Ce changement va être également alimenté par la médicalisation de la fin de vie qui entraîne alors une « délocalisation » de mort. Ce sont de plus en plus des professionnels de la mort qui vont être amenés à jouer un rôle important en parallèle avec l’Eglise, voire aussi en se substituant à la communauté locale jusqu’alors très participante : ils sont présents à côté du « futur mourant » avec les prévoyances obsèques, puis lors des funérailles et jusqu’à l’après décès par des contrats d’entretien de sépulture… jusqu’à la prise en charge des démarches administratives qui font suite à un décès. D’un mode d’organisation basée sur le don avec l’échange de services entre la communauté locale et villageoise et les proches endeuillés, nous passons, du fait d’un repli familial, à une transposition sur les entrepreneurs des pompes funèbres d’attentes en terme d’encadrement social, « économique » et professionnel. Ce commerce est cependant très particulier puisqu’il s’inscrit dans une logique progressive non plus exclusivement basée sur la facturation de biens et services mais sur un accompagnement personnalisé des proches endeuillés et une personnalisation des cérémonies1. La fidélisation de la « clientèle » passe donc par de nouveaux produits et services qui ne s’inscrivent plus uniquement sur la durée des funérailles mais s’élargit de l’avant décès jusqu’à l’après le décès par des suivis de « clientèle ». Ce marché a aussi cette grande particularité puisqu’il est indissociable de la sphère religieuse : il y a comme un va et vient entre le « sacré » et le « profane », le second répondant à des « espaces » laissés vacants par l’Eglise avec comme point commun entre les deux la personnalisation. Dans le « secteur non marchand », à partir des années 1995, de « nouveaux » acteurs sociaux réunis en groupes de cooptation trouvent une place et interviennent de façon inédite jusqu’à présent par une spécialisation et un élargissement de l’encadrement de la mort. C’est à partir d’un travail d’observation pendant trois ans dans une entreprise de pompes funèbres de Rennes, d’entretiens avec des familles endeuillées et des personnes âgées de plus de 70 ans vivant à Rennes et dans le pays de Vitré nous permettant ainsi d’avoir un recul d’une soixantaine d’années, de rencontres avec des professionnels de la mort et des membres du clergé que nous allons nous rendre compte comment et pourquoi le défunt n’est plus le principal « client » des entreprises de pompes funèbres mais davantage l’endeuillé et le futur mourant, donc chacun d’entre nous. Un nouveau mode de fidélisation se développe.

L’ostentation mortuaire

  • 2  Le terme de « pompe » est emprunté au latin pompa qui signifie « procession, cortège », « apparat  (...)

2En application de la loi de 1904 qui a établi trois services distincts, l’organisation des funérailles est basée sur un système de classes d’honneur qui s’applique tant pour le marché des pompes2 funèbres qu’au sein de l’Eglise catholique. Dans les années 1975-1980, le non respect du monopole communal d’une part, l’application de décisions prises lors du Concile de Vatican II en 1972 d’autre part, conduisent à la mise en œuvre d’accompagnements « marchands » tout en demeurant « sacrés » et allant dans le sens d’une personnalisation.

Le monopole communal

  • 3  Elle comprend ici les décorations intérieures des maisons mortuaires (chandeliers…), les accessoir (...)

3De par la législation de 1904, le monopole conféré jusqu’à présent aux fabriques et consistoires en matière de fournitures funéraires est aboli. Elle établit trois services distincts : le service extérieur, monopole des communes jusqu’en 1998 ; le service intérieur qui relève du culte et le service libre. Cette loi permet un large éventail qui va de l’inorganisation totale, surtout dans de nombreuses communes rurales, jusqu’à l’organisation la plus complète réservant à la commune l’intégralité des fournitures et services, phénomène typiquement urbain dans ce cas. Elle laïcise donc un service précédemment dévolu aux cultes, le transférant pour l’essentiel aux communes. Elle établit aussi une concurrence sur le « surplus » des prestations, fournitures et travaux. Le sacrifice financier consenti par les proches lors d’un décès donne la mesure des honneurs octroyés : la pompe3 sera d’autant plus importante que la première classe aura été choisie. Le rapport commercial se résume au problème de choix entre différentes « classes » de convoi et de cercueil.

Le droit de regard de l’Eglise

4En parallèle, l’Eglise applique cette division en trois ou quatre classes d’honneur : une mise en scène plus ou moins ostentatoire de la mort se met alors en œuvre avec un nombre de prêtres, de diacres, de chantres ; avec des tentures, un luminaire… qui varient en fonction de la classe. A Vitré, cette « première classe » est découpée en « première seconde » et en « première première ». Un Rennais de 70 ans, ancien enfant de cœur, se souvient de la pompe mise en œuvre avec les classes d’honneur : « C’était au niveau du décor que ça changeait beaucoup. Mais, au niveau de la messe, c’était la même pour tous ». Bien plus, l’Eglise joue un rôle d’autant plus important qu’elle détient un « pouvoir totalisant » qui lui donne un droit de regard sur tout individu. Ainsi, une Vitréenne se souvient du décès d’une amie dans les années 1960 : « La Marthe (…), elle a eu une crise cardiaque. Bon, elle avait pas du tout de famille, c’est l’aumônier de l’hôpital qui est venu. Et bien, il a refusé qu’elle passe par l’Eglise car il disait qu’elle n’avait pas eu une bonne vie. C’est qu’en ce temps là, les curés, ils décidaient de tout ». A côté, la communauté villageoise et locale est très participante et encadrante : de la veillée mortuaire jusqu’au repas de funérailles, c’est elle qui accompagne le défunt et ses proches. Les relations sociales s’accroissent lors d’un décès. Et, lors des obsèques, il est facile de trouver, parmi les amis du défunt, quatre mains qui tiendront les cordons du poêle, des porteurs pour le cercueil, les gerbes de fleurs… Pas besoin ici de porteurs professionnels. L’espace du rituel mortuaire passe du domicile à l’église puis au cimetière. Le lien avec le religieux est très fort : le convoi civil signifie le plus souvent ici que l’Eglise a refusé d’autoriser une sépulture religieuse au défunt ; très peu question ici de choix mais bien d’une « punition » de l’Eglise.

Le concile de Vatican II : une ouverture à la personnalisation

  • 4  Le pape Jean XXIII ouvre le concile Vatican II le 11 octobre 1962 ; il s’achève en décembre 1965, (...)
  • 5  Une des résistances dans le pays de Vitré est marquée par la persistance, jusqu’en 1985 du « cierg (...)

5A la suite de Vatican II4, les classes d’honneur à l’Eglise disparaissent lentement du fait de résistances du clergé traditionaliste5. La « pompe » est poursuivie, sous d’autres formes, par les entreprises de pompes funèbres.

De la pompe à la personnalisation

  • 6  Ils comprennent des chandeliers, un bénitier… installés à l’endroit où repose le corps du défunt.

6L’Eglise ne s’autorise plus aussi facilement à « juger » les personnes. Ces changements ne sont pas forcément compris des fidèles. Ainsi, le recteur de Montreuil-sous-Pérouse rappelle : « Les gens n’ont pas compris que du jour au lendemain, ce qui était interdit était à présent permis. Comment expliquer à des familles qui s’étaient vues refuser une messe parce que leur enfant n’était pas baptisé que peu de temps après, c’était permis ». Cette mesure va se répercuter sur la « pompe » puisque l’ostentation mortuaire perd de son importance mais ne disparaît pas voire ouvre sur un processus de personnalisation. Ainsi, dans les devis établis lors de l’organisation de funérailles, existe-t-il encore une ligne de facturation pour un « décor partiel » ou un « décor complet »6. S’il n’est donc plus possible de se distinguer par la « pompe » à l’église, les entreprises de pompes funèbres vont alors « s’approprier » et développer ce marché : la gamme des cercueils s’élargit, la couleur du capitonnage et leur façonnage multiplient les choix, les accessoires –poignées, cadres… sont de plus en plus nombreux.… Il y a une accélération des offres de prestations et d’accessoires dans les années 1990-1995 au point que la ligne de séparation entre le service extérieur et le service libre devient poreuse, conduisant à la multiplication des violations du monopole communal. Dès 1984, Michel Lecler et ses « franchises », lance une offensive contre ce monopole en violant le privilège d’exploitation exclusive des régies municipales ou des entreprises concessionnaires. Le « marché de la pompe » devient de plus en plus concurrentiel. Il cherche aussi d’autres modes de fidélisation de la clientèle qui ne passe plus exclusivement par le bouche à oreille ; la personnalisation est un des moyens utilisés.

La fidélisation passe par la personnalisation

  • 7  La loi de 1978 ouvrait la possibilité de ramener le corps de l’institution au domicile, sans cercu (...)
  • 8  La loi Sueur de 1993 rend obligatoire les chambres mortuaires pour les établissements hospitaliers (...)
  • 9  Annick BARRAU, « Les services funéraires, permanences et évolutions », Economie et Statistiques (1 (...)

7Ces changements s’inscrivent aussi dans un processus demédicalisation de la fin de vie : on ne meurt plus chez soi mais de plus en plus en institutions hospitalières, où la communauté locale n’a plus sa place auprès des proches qui, de leur côté, ont du mal a être reconnu par le personnel médical. La participation communautaire se rétrécit aussi du fait que le corps n’est plus ramené au domicile7 mais reste au funérarium de l’organisme ou est déposé en chambre funéraire, lieu géré par une entreprise de pompes funèbres8. En une vingtaine d’années, le rapport entre lenombre de décès en institutions hospitalières s’inverse : en 1964, on compte 63,2 % de décès au domicile contre 33,5 % à l’hôpital, au plan national. En 1983, 66 % des décès ont eu lieu en milieu hospitalier et 30,5 % au domicile9. Ce ratio s’est accru aujourd’hui puisque environ 75 % des décès ont lieu en institutions. Même si, dans le principe, les familles endeuillées restent libre de s’adresser à l’entreprise de leur choix pour l’organisation des obsèques, nous avons pu observer qu’un grand nombre d’entre elles s’adressent à l’entreprise gestionnaire de la chambre funéraire lorsqu’elles ont arrêté ce choix quant à l’endroit où reposera le corps avant l’inhumation ou la crémation. Se développe donc une forme d’hôtellerie de la mort, spécialisée dans la réception des morts, dirigés par des professionnels de la mort. Plus globalement, la concurrence est difficile à mettre en œuvre lors d’un décès puisqu’une fois le client à l’intérieur du magasin, le succès commercial tient essentiellement à la rhétorique du vendeur qui vise à multiplier les fournitures. C’est l’assistant funéraire qui oriente l’essentiel de la prescription pour une offre de produits et de prestations.

La professionnalisation de la mort

8La professionnalisation de la mort va s’accentuer : la toilette mortuaire, longtemps prise en charge par des femmes, se technicise avec les thanatopracteurs qui non seulement interviennent « autour » du corps pour la toilette, mais « dans » le corps puisqu’une artère est vidée et du formol injecté. La personnalisation passe aussi ici par le maquillage qui cache les ecchymoses et le rictus de la mort. Cette technique est encouragée par les assistants funéraires ; l’argument est de garder une dernière image apaisée du défunt. Il ne s’agit plus ici d’une « présentation » du défunt mais de sa « re » présentation qui a d’ailleurs un coût élevé. L’idée sous-jacente est également qu’une famille « satisfaite » s’adressera à cette même entreprise si un nouveau décès survient. Tout se passe comme si la prise en charge médicale de la fin de vie appelait à la prise en charge des morts par d’autres professionnels. Aux soins médicaux succèdent les soins mortuaires.

9Et ce mouvement de professionnalisation s’étend à toute l’organisation des funérailles : porteurs professionnels pour la mise en bière, la cérémonie et le cimetière ou le crématorium : la communauté locale s’est écartée, il n’est pas aussi aisé de trouver des porteurs parmi l’assistance ; quant aux quatre ami(e)s qui tenaient les cordons du poêle, le remplacement du corbillard tiré par des chevaux plus ou moins caparaçonnés en fonction de la classe d’honneur, par le corbillard motorisé, accélère la disparition de ce rituel.

  • 10  Jean-Hughes DECHAUX, « Comment les familles entourent leurs morts », in Esprit, nov. 1998, p. 94.
  • 11  La personnalisation passe non seulement par le cercueil et les accessoires mais aussi par des « ar (...)

10Dans ce va et vient entre sacré et profane, ce dernier se commercialise : les entreprises de pompes funèbres vont progressivement répondre à des demandes d’encadrement pendant les funérailles. Du côté de l’Eglise, après avoir abandonné la « pompe », elle commence à personnaliser les funérailles. Progressivement, elle va proposer un panagérique et, au fil des années, encourager la participation des proches et des amis du défunt tant par la lecture de textes pendant la cérémonie que par le choix de la musique… Jean-Hughes Deschaux10 ne manque pas de souligner l’émergence d’une autre forme d’inégalité : les personnes qui peuvent mobiliser un « capital culturel » vont pouvoir personnaliser ; c’est beaucoup plus difficile pour les familles qui en sont dépourvues. Donc, pour les convois religieux, le processus est lancé par l’Eglise, accompagné par le marché funéraire qui alimente cette personnalisation11.

L’accélération du processus

11L’accélération du processus est nette dans les années 1990. Et comme Vatican II ouvre l’Eglise à toute personne qui le souhaite, le convoi civil devient alors l’expression d’un véritable choix. Nous avons pu nous rendre compte du désarroi des familles endeuillées dont le défunt avait exprimé ce choix : en quelques minutes, le corps est conduit du lieu où il repose au cimetière pour être descendu en terre. Ces proches vont demander aux assistants funéraires de proposer un accompagnement dans le sens où l’absence –le vide- de cérémonie voire de rituel est intolérable. Jusque dans les années 1990, c’est une minute de silence qui est proposée par l’assistant funéraire au cimetière. Ensuite, il sera proposé une gestuelle : une poignée de pétales de fleurs ou une poignée de sable est versée sur le cercueil par les personnes présentes au cimetière… jusqu’à, un peu plus tard, la sélection et la lecture de textes. La personnalisation du convoi civil répond à une demande des proches et se construit sur le modèle de formes rituelles existantes puisque la poignée de pétales ou de sable rappelle la bénédiction dans le rituel catholique.

12Avec le développement de la crémation, la demande d’accompagnement par des rituels est de plus en plus exprimée. Les proches ne savent pas comment organiser le temps d’attente – plus d’une heure – pendant la crémation. Les professionnels de la mort vont alors proposer un accompagnement personnalisé. C’est d’autant plus important que le choix de la crémation, d’abord « militant », s’entrevoit de plus en plus comme une possibilité, c’est-à-dire qu’elle entre dans la conception d’une alternative et qu’elle ne se trouve plus associée à des motivations de dissidence. La personnalisation ici demande la création de nouvelles formes rituelles tant au moment de la crémation qu’après. Ainsi, une cérémonie du souvenir voit le jour pour les familles qui ont choisi la dispersion des cendres au jardin des souvenirs après la crémation. Cette cérémonie, proposée à Rennes par un grand groupe de pompes funèbres, répond à un besoin des endeuillés qui, de par leur choix, n’ont aucune possibilité d’avoir un lieu personnalisé de recueillement. Du « collectif » est ici créé pour accompagner le deuil.

  • 12  Jusque dans les années 1980-1985, le choix d’obsèques civiles, longtemps perçues comme une « punit (...)

13Le marché des pompes funèbres va donc accélérer la personnalisation voire l’individualisation du rapport à la mort. Le mode d’obsèques – religieuses ou civiles ; inhumation ou crémation –, et la possibilité de « choix »12 entraîne une demande d’accompagnement des familles endeuillées. Cette demande est d’abord timide pour les obsèques civiles puis plus forte pour la crémation. Aux entreprises de pompes funèbres de « (re)créer » pour ces cérémonies. Le besoin de fidéliser la clientèle s’accélère dans les années 1990 alors que de plus en plus, la loi de 1904 n’est plus totalement respectée. Professionnels de la mort, les pompes funèbres deviennent aussi des professionnels du deuil.

Fidélisation et accompagnement commercial

14Les transformations observées montrent que les services funéraires se sont substitués à la pompe funèbre pour une offre de services : d’une mise en scène de la « Mort », nous passons à une prestation de service « au mort » voire au « futur trépassé ».

Une ouverture à la « concurrence » par Internet

15La loi du 8 janvier 1993, qui s’applique totalement en 1998, abroge le monopole communal des pompes funèbres établi en 1904. Le marché de la mort entre alors dans le secteur concurrentiel puisque son objectif est de placer le service extérieur des pompes funèbres, jusque-là monopole communal, dans le champ de la concurrence tout en préservant son caractère de service public.

  • 13  Les Pompes Funèbres Générales.

16Les possibilités offertes par le développement des nouvelles technologies sont utilisées ici. L’extension de l’utilisation d’Internet se répercute dans ce secteur : les grandes entreprises de pompes funèbres utilisent alors ce moyen de communication pour informer sur les obsèques et pour proposer des devis afin que le consommateur puisse comparer les prix. Ce mode de communication évite donc à l’internaute d’appeler par téléphone différentes entreprises de pompes funèbres afin d’obtenir des informations. Peut-être est-ce moins « culpabilisant » que d’appeler directement des entreprises puisqu’il demeure l’idée qu’ « on ne compte pas » pour les funérailles d’un proche. En effet, l’ « achat d’obsèques » ne se fait pas comme d’autres achats. Plus que tout autre bien, cercueils, corbillards… appartiennent à la catégorie des « biens symboliques », c’est-à-dire renvoient à une structure économique dans laquelle le consommateur calculateur est mal perçu. Le marché funéraire demeure annexé au sacré. Le client ne peut être supposé comme calculateur, au risque de révéler comme calcul cynique un acte qui devrait rester désintéressé. Et les magasins discount du funéraire n’ont d’ailleurs pas pu détrôner le leader : les P.F.G.13.

17La personnalisation accentue l’accompagnant puisqu’il ne s’agit plus de vendre un cercueil, mais d’organiser dans les détails des funérailles personnalisées. C’est là une grande spécificité de ce commerce.

  • 14  Terme utilisé par l’association Colombe désignant la personne qui, à la suite de cet achat, peut é (...)

18Internet ouvre aussi une autre possibilité : celle de « laisser une trace » et donc de personnaliser. A la différence des testaments olographes, authentiques ou mystiques, il s’agit d’un support de mémoire qui passe par l’achat d’un espace électronique permettant au « mémorialiste »14 de composer un recueil des principaux moments et souvenirs de sa vie. Des textes, des photographies peuvent y être insérés. Pae exemple, au moment du décès, l’association Colombe clôture le compte et grave l’intégralité de son contenu sur CD-Rom qui est remis à la personne préalablement désignée par le défunt.

De nouveaux acteurs sociaux

19Parallèlement, des associations d’informations et de défenses des consommateurs se « spécialisent » et se positionnent par rapport au marché de la mort afin d’encourager la concurrence et la comparaison des prix ; elles proposent également des informations législatives, sur les différents modes de sépulture, la thanatopraxie… Si, dans l’encadrement de la mort, la communauté locale s’est retirée, des nouvelles formes de cooptation « spécialisée », jouent un rôle important et deviennent des interlocuteurs privilégiés. La cooptation se développe aussi par des groupes qui s’inscrivent dans l’accompagnement de la mort : équipe d’aumônerie, visiteurs de malades, bénévoles dans les équipes de soins palliatifs…

La prévoyance funéraire

20Les entreprises de pompes funèbres proposent des contrats obsèques qui visent à financer et organiser de son vivant, dans les moindres détails, ses funérailles. Il s’agit d’un contrat entre une entreprise de pompes funèbres et une personne qui prévoit l’organisation minutieuse de ses funérailles. Le « futur trépassé », accompagné par l’assistant funéraire, va passer au crible toute la mise en scène ainsi que les prestations et services pour ses propres funérailles. L’idéal type du souscripteur, jusque dans les années 1990, est une femme, veuve ou célibataire ; la solitude et la crainte d’être enterré « à la va vite » l’amène à prendre cette décision. L’examen des dossiers montre que presque la moitié des souscripteurs ont pour adresse une maison de retraite. En se déplaçant à l’entreprise de pompes funèbres pour cette démarche, elles vont donc choisir le modèle de leur cercueil en allant découvrir la gamme dans la salle d’exposition, elles vont rédiger, guidées par l’assistant funéraire, leur propre avis d’obsèques qui paraîtra dans la presse locale, elles règleront à l’avance la messe pour leurs funérailles, accepteront les soins de conservation… ; elles se choisissent aussi parfois une gerbe de fleurs ou une plaque funéraire…. La personnalisation ici est maximale. La somme versée au terme du contrat assure au souscripteur qu’il sera respecté quel que soit le temps qui s’écoulera entre la date de souscription et le décès du souscripteur. L’examen des contrats nous montre que la capitalisation se fait sur une dizaine d’années.

  • 15  Selon un sondage commandité par les P.F.G. en 1996, 80 % des personnes favorables au financement a (...)
  • 16  Face à la multiplication des produits, Jean-Pierre Sueur proposait une loi examinée le 4 février 2 (...)

21Puis, à partir des années 1995, dans le but de « rajeunir » le portefeuille, il est possible de mensualiser les versements. L’objectif est de favoriser l’épargne de tout ou partie des sommes nécessaires aux frais d’obsèques De nombreuses compagnies d’assurance, des banques, se raccrochent à ce marché qui auparavant ne concernait que les groupements d’opérateurs funéraires. Avec le vieillissement de la population et la crainte de plus en plus exprimée de gêner ses enfants en leur laissant la charge d’organiser des obsèques, c’est un choix exprimé15. Mais seul un contrat obsèques traité par un professionnel des services funèbres porte sur des prestations précises reflétant un choix arrêté du souscripteur et non sur une somme d’argent qui sera débloquée après le décès pour financer les obsèques16. Le mort devient un consommateur post mortem puisqu’il a mis en scène ses propres funérailles.

Les « tentatives » publicitaires

  • 17  Les premières publicités télévisées sont diffusées en 1985. Mais la Régie française de publicité e (...)

22Dans les années 1990, des campagnes publicitaires télévisées17 ventant ces produits, apparaissent. Elles sont très peu diffusées aux heures de grande écoute, le mot mort n’est jamais prononcé. L’accent est mis sur le fait que ces produits évitent de « gêner » ceux qui restent. Pourtant, la préparation des funérailles pour un être cher n’est-elle pas une étape dans le deuil ? La diffusion de ces produits passe également par l’installation de pupitres publicitaires dans les maisons de retraite… ; la meilleure publicité passe non par des campagnes coûteuses, mais par le bouche à oreille. D’ailleurs, lorsqu’un contrat a été signé, l’assistant funéraire encourage le souscripteur à en parler autour d’elle. Et cela fonctionne d’autant mieux qu’il s’agit de toucher une population relativement âgée peu sensible aux autres modes de diffusion. La banalisation de cette « marchandise » n’est pas aussi évidente. Le funéraire est loin d’avoir fait sa place dans la vaste mise en scène du marché de la publicité. La « marque » n’a pas de véritable assise dans l’univers des entreprises du funéraire. Si la marbrerie et l’art funéraire font une entrée dans les rayons de nos supermarchés surtout pour la Toussaint, l’offre de services obsèques ne fait pas encore partie de la gamme des services proposés par les grands distributeurs.

23Plus globalement, l’absence de publicité qui a pesé sur cette profession n’a pas du tout été un frein à la fidélisation de la « clientèle ». Les « noms » du marbrier et de l’entreprise de pompes funèbres passent d’une génération à l’autre sans qu’il y ait une volonté de « faire jouer » la concurrence. Aussi même si ces entreprises passent moins de père en fils, le nom de l’entreprise qui se rattache à un nom de famille est conservé bien que l’assistant funéraire n’appartienne pas à cette famille. Et de nombreuses demandes s’inscrivent dans le sens d’un « filum » : avoir le même cercueil pour son père et sa mère par exemple, même si plus de dix ans séparent les deux décès. Reste qu’à côté de cette demande, l’éventail des accessoires d’ornement s’est élargi ces vingt dernières années tant au niveau des motifs – auparavant soit religieux, soit floraux – que des matériaux et des couleurs…, encourageant la personnalisation. La « mode » funéraire passe d’ailleurs –contrairement à d’autres modes de diffusion – du monde rural au monde urbain : c’est dans le monde rural que l’attachement au culte des cimetières… est le plus fort ; cet attachement rime avec personnalisation des accessoires et des matériaux. S’il n’y a plus de distinction par la classe d’honneur, elle passe par le « mobilier » funéraire. La mode passe ensuite à la ville.

Communiquer « autour » de la mort

24Des entreprises de pompes funèbres vont valoriser alors des formes moins ostensibles d’affichage de leur offre en tant qu’organisatrices de débats, de conférences sur l’évolution des attitudes autour de la mort avec des tables rondes où sont invités des représentants des religions, des médecins, des infirmiers, des associations d’accompagnement des mourants… C’est un moyen, pour les opérateurs des pompes funèbres, de construire une autre représentation sociale de leur profession alors qu’ils figurent au bas de l’échelle du prestige social. Le couple mort-marchand fonctionne mal.

  • 18  Le croque-mort devait mordre l’orteil du mort pour s’assurer qu’il l’était réellement.

25Les entreprises de pompes funèbres, avec l’obligation législative de formation du personnel d’une part et l’ouverture – quelque peu illusoire – à la concurrence avec l’abolition du monopole municipal d’autre part, vont tenter, par le biais de la publicité, de conférences et de sites Internet, de « rafraîchir » leur image de « croque-mort »18. Elles vont également répondre à une demande très importante des familles qui souhaitent assurer une organisation de funérailles personnalisée révélant ce que le défunt aimait et ce que ce décès représente en termes de perte pour les proches. La mort est prise dans un processus d’intimisation.

26Le rapport entreprise-client tend à s’élargir : d’un « avant » avec les contrats obsèques, un « pendant » avec la personnalisation des funérailles, il y a une proposition « d’après » avec un suivi des démarches à accomplir, l’entretien de la tombe ou du colombarium, à la remise d’informations sur des associations d’accompagnement au deuil –autre forme de cooptation puisque ce sont des bénévoles formées qui vont accompagner des personnes endeuillées pendant environ un an-. C’est dans ce sens que les entreprises de pompes funèbres ne veulent pas être perçues comme des « commerçants » mais comme des « accompagnants » des familles endeuillées.

27Le « commerce de la mort » n’a toujours pas bonne réputation dans notre société et ce, peut-être d’autant plus que la mort, qui a toujours été tabou, reste tout aussi sinon plus inacceptable dans notre société où les progrès de la médecine ont pu faire croire qu’on allait la « vaincre ». Les « professionnels » de la mort insistent sur le fait que la mort certes est un commerce, mais que ce n’est pas un commerce comme les autres. Pourtant, les sommes d’argent mobilisées sont énormes et les moyens de communication mis en œuvre pour développer services et prestations se rapprochent de plus en plus de tout autre commerce avec un processus de personnalisation de la mort qui s’accélère depuis les années 1990 et qui répond à de nouveaux modes de funérailles. Il a pour principale conséquence une perte de sens collectif au sens de rituel mortuaire pour aller vers des cérémonies individualisées et intimisées. Nous assistons également à une démultiplication du consommateur : à la prise en charge du mort s’ajoute l’offre d’assistance à la famille endeuillée. La mort n’est plus le seul élément qui intéresse les pompes funèbres : l’innovation des contrats obsèques s’élargit à l’ « assistance après décès ». Le retrait de la communauté locale met en avant les professionnels de la mort qui se doivent maintenant d’être formés. Les institutions religieuses continuent de jouer un rôle important tout en ayant accordé une place importante aux laïcs. De nouvelles formes de cooptations apparaissent par le biais des groupes d’accompagnement des malades et des mourants, des endeuillés ; par des groupes de pression que les professionnels et politiques écoutent de plus en plus.

Haut de page

Notes

1  Il ne s’agit plus d’un rite donnant sens à la mort mais d’une cérémonie centrée sur le défunt.

2  Le terme de « pompe » est emprunté au latin pompa qui signifie « procession, cortège », « apparat ».

3  Elle comprend ici les décorations intérieures des maisons mortuaires (chandeliers…), les accessoires décoratifs des cercueils…

4  Le pape Jean XXIII ouvre le concile Vatican II le 11 octobre 1962 ; il s’achève en décembre 1965, sous le pontificat de Paul VI. Il se veut un grand concile œcuménique en vue d’adapter l’Eglise au monde moderne. Les langues vernaculaires se substituent peu à peu au latin dans les offices religieux, une participation plus grande est reconnue aux laïcs, les prêtres doivent se consacrer uniquement aux fidèles… C’est aussi l’amoindrissement du « décorum » et du macabre.

5  Une des résistances dans le pays de Vitré est marquée par la persistance, jusqu’en 1985 du « cierge d’honneur » utilisé pendant la messe de funérailles. Ce cierge est tenu par le – s’il s’agit d’un défunt ou la – pour une défunte camarade de première communion. A défaut de camarade de première communion, c’est un ou une amie. Cette personne se place, pendant la cérémonie, dans l’allée centrale, devant le cercueil ; elle tourne donc le dos au prêtre. Ce cierge non allumé qu’elle tient sera brûlé, après la messe, à l’un des autels.

6  Ils comprennent des chandeliers, un bénitier… installés à l’endroit où repose le corps du défunt.

7  La loi de 1978 ouvrait la possibilité de ramener le corps de l’institution au domicile, sans cercueil et sans soins de conservation. Les changements de mentalité et de sensibilité font que les proches souhaitent de moins en moins ce retour au domicile afin que le défunt soit exposé sur son lit d’apparat.

8  La loi Sueur de 1993 rend obligatoire les chambres mortuaires pour les établissements hospitaliers connaissant plus de 200 décès par an. La mise en place doit être achevée pour le 31 décembre 1998.

9  Annick BARRAU, « Les services funéraires, permanences et évolutions », Economie et Statistiques (198), 1987, pp. 51-56.

10  Jean-Hughes DECHAUX, « Comment les familles entourent leurs morts », in Esprit, nov. 1998, p. 94.

11  La personnalisation passe non seulement par le cercueil et les accessoires mais aussi par des « articles funéraires » nouveaux : plaque avec cycliste pour les passionnés de vélo, arbres… Tout est bon pour rappeler les « goûts » du défunt.

12  Jusque dans les années 1980-1985, le choix d’obsèques civiles, longtemps perçues comme une « punition » de l’Eglise était vide de sens et ne durait que le temps de la descente du cercueil en terre.

13  Les Pompes Funèbres Générales.

14  Terme utilisé par l’association Colombe désignant la personne qui, à la suite de cet achat, peut écrire et ainsi retransmettre ses mémoires.

15  Selon un sondage commandité par les P.F.G. en 1996, 80 % des personnes favorables au financement a priori de leurs obsèques le feraient dans le but d’éviter tout tracas financier aux proches.www.senioplanet.fr, 4/03/2004

16  Face à la multiplication des produits, Jean-Pierre Sueur proposait une loi examinée le 4 février 2003 qui prévoit des amendes de 100 000 euros pour les entreprises qui proposent à la vente des formules de financement d’obsèques à l’avance en utilisant dans ses contrats des mentions de « testament », « funérailles », « funéraires »… sans que ledit contrat ait défini le contenu détaillé des prestations funéraires.

17  Les premières publicités télévisées sont diffusées en 1985. Mais la Régie française de publicité en interdit la diffusion sous prétexte qu’elles peuvent heurter le public. Il faudra attendre 1993 pour que l’essai se renouvelle.

18  Le croque-mort devait mordre l’orteil du mort pour s’assurer qu’il l’était réellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Hardy, « La mort, un commerce comme les autres ? », Communication et organisation, 27 | 2005, 175-187.

Référence électronique

Laurence Hardy, « La mort, un commerce comme les autres ? », Communication et organisation [En ligne], 27 | 2005, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3256 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.3256

Haut de page

Auteur

Laurence Hardy

Laurence Hardy est Formatrice à l’Institut Régional du Travail Social. Titulaire d’un DEA en Sociologie, elle prépare actuellement une thèse sur l’évolution des attitudes autour de la mort en Sociologie et Anthropologie à l’Université de Brest. Mail : laurence.hardy@irts-bretagne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org