Navigation – Plan du site
Dossier

La fiction peut-elle être transgénérationnelle ? Le cas d’une série française au long cours

Laurence Corroy
p. 113-124

Résumés

Peu de programmes à la télévision française proposent une offre transgénérationnelle, où toutes les générations seraient représentées et se rencontreraient. Néanmoins, le groupe France télévisions propose depuis 2004 une série au long cours, Plus belle la vie, qui met en scène un feuilleton choral dont les héros appartiennent à une pyramide des âges élargie. Les études d’audience faisant apparaître un net succès auprès des juniors et des seniors, interrogent sur le régime de valeurs proposé par le feuilleton. Les interactions entre les moins de vingt-cinq ans et les plus de cinquante-cinq ans se nouent autour de sphères d’intervention partagées, dont la transmission se pose comme valeur centrale. Celle-ci se décline selon trois modalités principales – mutuelle, verticale, et ascendante – qui valorisent les rapports entre juniors et seniors, basés sur complicité et la complémentarité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Modalités de transmission, effets transgénérationnels
Transmission mutuelle : les relations affectives
Transmission verticale : capital culturel et savoir faire
Transmission verticale ascendante : NTIC et nouveaux usages
Les limites du transgénérationnel sériel ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

De nombreux programmes de télévision affichent résolument une lecture générationnelle de leurs contenus quand ils s’adressent aux plus jeunes. Les émissions enfantines du matin coïncident peu ou prou à l’heure du lever (vers 7 heures) et s’achèvent avec celle d’aller à l’école pour les enfants de premier cycle, vers 8h30. Elles sont essentiellement composées de dessins animés et pour les plus grands – collégiens et lycéens – d’émissions qui débutent après le temps scolaire, où les séries « teenagers » occupent une large place (à tel point qu’elles sont devenues un genre en soi). Ces choix générationnels peuvent être explicites avec une mention « pour les jeunes » ou implicites, pour ne pas se couper d’autres téléspectateurs potentiels, tout en les diffusant à un moment où le public jeune est majoritaire.

À la programmation des grandes chaînes hertziennes, il faut bien sûr ajouter l’offre de plus en plus diversifiée des chaînes thématiques qui présentent là encore une lecture « génér...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Corroy, « La fiction peut-elle être transgénérationnelle ? Le cas d’une série française au long cours », Communication et organisation, 40 | 2011, 113-124.

Référence électronique

Laurence Corroy, « La fiction peut-elle être transgénérationnelle ? Le cas d’une série française au long cours », Communication et organisation [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3573

Haut de page

Auteur

Laurence Corroy

Laurence Corroy est Maître de Conférences à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, attachée au laboratoire CIM (Communication, Information, Médias), EA 1484. Elle codirige la revue Jeunes et Médias, les Cahiers francophones de l’éducation aux médias.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org