Navigation – Plan du site
Dossier

De la mesure aux hypothèses explicatives : regard sur 15 ans d’oubli

Christian Marcon
p. 13-26

Résumés

L’étude d’un large corpus de textes de recherche consacrés à l’intelligence économique montre un rapport de un à dix entre l’usage du mot communication et celui du mot information, donnant une idée plus précise de la place de l’un et l’autre concepts dans les travaux publiés. Trois hypothèses sont formulées pour expliquer cette disproportion : la domination quantitative des textes de professionnels, la place importante des recherches menées hors des SIC et les origines disciplinaires des chercheurs dominants en SIC sur ce sujet.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’intelligence économique est un concept « impossible à définir » selon Nicolas Moinet (2009) qui considère qu’en cela réside une partie de sa richesse en tant que terrain de recherche, nombreux sont pourtant les auteurs et les organismes qui ont succombé à la tentation de donner leur définition de l’intelligence économique. Une tentation légitime d’ailleurs, car écrire une définition est un acte créatif témoignant de la conception que se fait l’auteur du sujet à définir, à un moment donné de son cheminement intellectuel, à l’aide de l’appareillage conceptuel qu’il s’est construit, en usant de son registre de langage personnel (scientifique, technique, poétique, philosophique…).

  • 1 Pierre Fayard est l’un des fondateurs du premier DESS en intelligence économique en France.

2Le Rapport Carayon, publié en 2003, recense dans sa première annexe vingt-deux définitions de l’intelligence économique. Il n’est pas exhaustif sur ce point, mais sans doute pouvons-nous considérer que son choix n’est pas aléatoire et que ces définitions ont été repérées comme significatives, ou se situant parmi les plus citées. Or, que découvre-t-on en lisant ces définitions ? Que toutes placent l’information au centre de la problématique alors qu’une seule, celle du professeur en sciences de l’information et la communication Pierre Fayard1, inclut la communication au côté de l’information comme l’un des nœuds de l’intelligence économique : « L’intelligence économique recouvre toute stratégie de traitement et d’usage d’information au service de la permanence et du développement de l’entreprise. Elle met en œuvre des méthodes et des dispositifs collectifs de communication pour enrichir la connaissance stratégique de l’entreprise et la transformer ensuite en capacité ».

3Une exploration menée sur un éventail plus large de définitions a confirmé cette première observation, ce qui nous a conduit à nous interroger : dans quelle mesure la communication est-elle, ou serait-elle, oubliée par l’intelligence économique ? C’est à cette question, considérée sous un angle quantitatif, que nous allons apporter une réponse dans une première partie.

4Reconnaissons dès maintenant que l’étude quantitative dont l’exposé va suivre a confirmé l’impression initiale. Dès lors, une seconde question s’est imposée à nous : pourquoi la communication est-elle si peu traitée en matière d’intelligence économique ? Nous consacrerons la seconde partie de cet article à la présentation de trois hypothèses explicatives de ce phénomène.

La question communicationnelle, parent pauvre de la recherche en intelligence économique

  • 2 Ch. Marcon, Perspectives pour un développement des recherches sur intelligence économique en scienc (...)

5La production scientifique consacrée à l’intelligence économique est conséquente, mais pas innombrable. L’étude approfondie que nous avons menée sur celle-ci2 montre par exemple que le nombre de thèses est encore raisonnable : de 1996 à 2008, 67 thèses consacrées à l’intelligence économique ont été soutenues, toutes disciplines universitaires confondues, dont 37 en SIC et 16 en sciences de gestion. À ce premier corpus, si nous choisissons une approche extensive de la recherche, il convient d’ajouter 47 thèses consacrées à la veille. Le nombre d’articles même est encore suffisamment peu développé pour qu’il soit possible de se donner une vue d’ensemble des productions. La base Cairn, qui n’est certes pas exhaustive, référence ainsi 73 articles dont le titre ou le résumé comportent l’expression « intelligence économique ».

6Partant de ce constat, nous avons cherché à savoir quelle place est faite à la communication dans les analyses consacrées à l’intelligence économique. Nous avons adopté pour cela une méthode classique empirico-inductive.

La méthode suivie

7Nous avons procédé, en trois étapes de « raffinage informationnel », à une étude de la fréquence d’utilisation conjuguée de l’expression intelligence économique et de termes qui pouvaient lui être associés, au premier rang desquels information et communication.

8L’impression grand public. À ce stade, nous avons cherché à confronter notre impression personnelle avec celle que peut se faire le grand public s’il s’intéresse à l’intelligence économique. Les évolutions dans les pratiques d’information font qu’aujourd’hui le premier réflexe est de procéder à une recherche sur Internet. Nous avons donc utilisé Google qui est, à ce jour, le principal moteur de recherche employé en France, avec près de 9 requêtes sur 10.

9L’énonciation explicite. À ce deuxième stade de notre recherche, nous avons interrogé les titres donnés par les chercheurs à leurs communications et articles. Le titre donné à une communication ou un article n’est jamais anodin. Il reflète en principe ce que l’auteur considère être le cœur de son propos ; il devrait en être la synthèse. Nous ne négligeons pas la dimension très personnelle de la formulation d’un titre : l’auteur peut choisir un registre d’expression descriptif ou user de divers procédés stylistiques pour indiquer son intention ou interpeler le lecteur davantage que définir le contenu de son propos. Si les scientifiques s’autorisent moins de fantaisie que les journalistes, ils ne manquent ni de vocabulaire, ni d’humour, ni de références. Cependant, notre étude a fait apparaître que le choix de titres descriptifs est très dominant en intelligence économique, ce qui autorise ce type de mesure avec une marge d’erreur réduite.

  • 3 B. Berelson, Content analysis in communication research, Glencoe, The Free Press, 1952, p. 30.

10L’analyse de contenu simple. Le troisième stade de l’étude a consisté à mesurer la fréquence d’apparition des termes information et communication dans un corpus de textes se référant explicitement à l’intelligence économique. Cette démarche s’apparente à une technique d’analyse de contenu telle que la définit Bernard Berelson : « C’est une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste des communications, ayant pour but de les interpréter3. » Mais elle n’en est qu’une pratique réduite. Nous ne saurions interpréter de manière systématique et objective le contenu des communications, articles et thèses soumis à cette mesure.

11Techniquement, nous avons procédé de la manière suivante :

  • Phase 1. Collecte de textes de thèses, articles ou communications explicitement inscrits par leurs auteurs dans le champ de l’intelligence économique. Ce sont essentiellement des textes en sciences de l’information et la communication. Quelques-uns relèvent, à titre comparatif, d’autres disciplines. Tous ces textes sont produits par des enseignants-chercheurs ou, à tout le moins, des titulaires d’un doctorat.

  • Phase 2. Recherche des termes information et communication ainsi que des termes dérivés (informationnel, communicationnel). À titre de comparaison, la même mesure a été réalisée sur les termes savoir(s), connaissance(s), veille, donnée(s), intelligence économique.

  • Phase 3. Comptage des termes en combinant un dispositif automatique de repérage des mots recherchés et une vérification personnelle systématique de leur mode d’utilisation. Pour ce faire, nous avons travaillé sur des documents au format pdf et utilisé la fonction qui permet de pointer sur toutes les apparitions des termes recherchés. Ensuite, mot après mot, nous avons vérifié l’usage fait du terme afin de retirer du comptage les occurrences liées simplement à la citation de textes en notes de bas de page ou en bibliographie (qui ne témoignent pas de l’usage du terme par l’auteur lui-même) et les cas dans lesquels le terme n’est pas utilisé dans le sens recherché. Exemples : « à savoir », « à notre connaissance », « reconnaissance », « la veille du jour dit », « dans cette communication, l’auteur précise… ». Cette vérification, fastidieuse, était indispensable pour obtenir des résultats significatifs.

  • Phase 4. Mise en œuvre d’un traitement statistique à l’aide d’un tableau Excel, consistant à calculer le nombre moyen de fois que chacun des termes recherchés apparaît sur une page afin, simplement, d’apprécier la place accordée à chaque questionnement.

12La structure d’ensemble du tableau est la suivante :

Les résultats de l’étude

13L’impression grand public. La recherche simple, à partir de l’expression intelligence économique propose plus de 700 000 résultats. Cela ne nous permet pas d’esquisser une réponse à notre hypothèse.

14Une requête opérée en associant intelligence économique et communication donne 1740 réponses quand la requête intelligence économique et information en propose 2480. Cette impression « grand public » reste floue en raison de la variété extrême des documents proposés. Néanmoins, la première impression est que l’on trouve davantage le terme information associé à l’intelligence économique que celui de communication. Pour le grand public, l’intelligence économique est donc probablement une affaire d’information.

15L’énonciation explicite. À partir de bases de données d’articles issus de revues scientifiques (INIST, CAIRN, Persée), de ressources scientifiques auto-publiées (archives ouvertes SIC, archives ouvertes SHS) et même finalement de l’outil relativement populaire Google Scholar, nous avons renouvelé l’interrogation conjuguée intelligence économique+communication et l’avons confrontée aux résultats de l’interrogation intelligence économique + information. Les résultats sont les suivants :

Tableau 1 – Associations de termes dans les titres d’articles consacrés à l’intelligence économique ou la veille

Tableau 1 – Associations de termes dans les titres d’articles consacrés à l’intelligence économique ou la veille

*Auquel il faut rajouter un texte non extrait d'une revue scientifique.
** Le résultat complet comporte 32 références (hors citations). Seules 22 correspondent réellement à des communications ou articles produits par des chercheurs.
*** Répondant à nos critères, sur un toal de 88

16Ces résultats comportent un enseignement principal : communication est quasiment absent des titres comportant intelligence économique ou veille. Information est très peu usité également dans les titres d’articles consacrés à l’intelligence économique ou à la veille référencés dans les bases d’articles scientifiques, ainsi que dans les bases d’articles auto-diffusés. Peut-être le rapport de l’intelligence économique ou de la veille à l’information est-il considéré comme évident ? Peut-être aussi le sujet de l’article ne justifie-t-il pas que l’un de ces termes soit explicitement mentionné à ce stade.

17Comme l’on pouvait s’y attendre, www.scholar.google.fr fournit davantage de résultats, entre lesquels un tri sévère doit être réalisé. L’association de l’information à intelligence économique ou la veille y apparaît néanmoins bien plus forte que celle du terme communication avec ces deux référents.

18L’analyse de contenu simple. Notre travail d’analyse principal a porté sur 53 textes représentant 3353 pages. Il s’agit de 7 thèses ou mémoires de HDR et de 46 articles et communications produits entre 1999 et 2010. Les auteurs sont tous clairement identifiés comme chercheurs en intelligence économique. Ils appartiennent pour le plus grand nombre aux trois principales équipes de recherche actives en SIC sur la thématique de l’intelligence économique : LORIA (Nancy), I3M (Toulon Var – Nice Sophia Antipolis) et OGDO ‑ CEREGE (Poitiers). Quelques auteurs relèvent d’autres équipes.

19L’enseignement principal de cette analyse est qu’information est massivement plus présent dans les textes consacrés à l’intelligence économique que communication. Information est employé en moyenne 3,28 fois par page, alors que communication n’apparaît que 0,31 fois par page. Le rapport est de 1 à 10.

Tableau 2 – Occurrences de termes dans les textes consacrés à l’intelligence économique

Tableau 2 – Occurrences de termes dans les textes consacrés à l’intelligence économique

20Connaissance est près de trois fois plus présent que communication, avec sensiblement la même fréquence que donnée. Il y a là une chaîne de traitement habituelle : les données traitées fournissent de l’information, laquelle permet d’enrichir les connaissances. Cela traduit la prééminence d’une logique informationnelle car ni donnée ni connaissance ne sont spontanément associées à une problématique communicationnelle en général.

21Intelligence économique ou son sigle (IE) apparaissent davantage que veille, ce qui est cohérent avec la logique de l’intelligence économique qui se présente comme un dépassement de la veille, celle-ci n’étant que l’une de ses composantes. Or les textes sont orientés intelligence économique et non pas veille.

22Il est remarquable que le mot information apparaît quasiment autant à lui seul (11 010 occurrences) que tous les autres réunis (11 515 occurrences).

23Enfin, l’observation du poids moyen que représentent information, communication et le couple savoir-connaissance donne 71 % pour information, 7 % pour communication et 21 % pour savoir-connaissance.

24En somme, indiscutablement, la communication est la grande oubliée des travaux de recherche sur l’intelligence économique. La question de la recherche de l’information utile (à tout le moins) ou stratégique (autant que possible) paraît ainsi exercer un pouvoir quasi hypnotique sur les professionnels et les chercheurs en intelligence économique : quel que soit le cheminement de la pensée, il semble presque toujours revenir à la question informationnelle. Si cet angle d’étude n’est pas à rejeter – il a suscité la production de nombreuses recherches pertinentes, souvent traitées de manière fine – il est aujourd’hui quelque peu la voie de la facilité pour la recherche en intelligence économique : la littérature de référence est abondante et les professionnels sont toujours friands de réponses cybernétiques (selon eux aisément transposables sur le terrain) à leurs questionnements d’intelligence économique.

Hypothèses sur une absence remarquée

25Les résultats de la première partie de notre étude nous ont conduit à rechercher de possibles facteurs explicatifs de l’absence remarquable de la communication dans les travaux portant sur l’intelligence économique. Pour traiter cette nouvelle question, il convenait évidemment de quitter l’analyse des textes et d’entreprendre une approche de leurs auteurs. Nous avons alors procédé à l’étude de leurs métiers, de leurs rattachements disciplinaires et de leurs parcours, autant d’éléments relativement simples à trouver : les deux premières variables sont quasi systématiquement associées à chaque texte produit, la troisième est aisément accessible via Internet dans le plus grand nombre de cas.

  • 4 Par exemple en interrogeant directement les personnes concernées. J.-P. Pourtois, H. Desmet, Episté (...)

26L’étude des auteurs d’ouvrages, de thèses, d’articles et de communications au prisme de ces trois variables (métier, discipline, parcours) conduit à formuler trois hypothèses explicatives. Une prudence scientifique toute poppérienne nous amène à considérer que, n’ayant pas pu opérer à ce jour de triangulation méthodologique4, il s’agit seulement d’hypothèses.

La présence dominante d’auteurs professionnels pour qui la communication n’est pas le problème

27Pour ne pas complexifier outre mesure notre étude, nous avons choisi de distinguer seulement deux catégories d’auteurs : les chercheurs universitaires (enseignants-chercheurs en poste à l’université, professeurs et maîtres de conférences, titulaires d’un doctorat) et les auteurs non universitaires (consultants, professionnels de l’intelligence économique en entreprise, journalistes, avocats, élus, agents de la fonction territoriale, etc.).

28L’observation des parutions d’ouvrages sur la période 1992-2009 a donné les résultats suivants (cf. tableau 3).

  • 5 En cas de présence d'au moins un co-auteur universitaire.

Tableau 3 – Parution d’ouvrages consacrés à l’intelligence économique. Répartition par catégorie d’auteurs5

Tableau 3 – Parution d’ouvrages consacrés à l’intelligence économique. Répartition par catégorie d’auteurs5

29En matière de parution d’ouvrages, la domination des auteurs professionnels est écrasante et, parmi ceux-ci, les consultants et professionnels de l’intelligence économique en entreprise sont nettement les plus nombreux. Or ces professionnels, souvent chevronnés et façonnés par leur expérience de la concurrence sur leurs marchés, nous semblent caractérisés par des schémas cognitifs partagés qui sont ceux de la doxa actuelle de la performance entrepreneuriale : nous sommes dans un monde de l’information massive ; de la maîtrise de l’information naît la solution ou tout du moins la prise de décision optimisée ; la maîtrise de l’information procède d’une maîtrise de l’outil de recherche, de traitement et de diffusion solidement mis en œuvre à partir d’une formulation correcte d’une question ; la veille permet de détecter tôt les informations précocement annonciatrices d’opportunités et de menaces ; le tout est affaire de management d’une d’intelligence proclamée collective et présumée plus efficace quand elle s’appuie sur des artefacts techniques. Dans ce corpus de convictions, aucune place pour l’acte de communication. La communication est neutre : elle se fait ou doit se faire. Elle est une ardente obligation, que des managers naturellement communicants prennent en charge. Elle est circulation de l’information. Son étude est quasiment négligeable ; au mieux, une approche de type Shannon et Weaver suffit.

30Au risque d’apparaître caricatural, c’est à peu près tout.

31Ajoutons que les organisateurs de colloques ont fait le choix — très respectable — d’inviter des professionnels de l’intelligence économique à présenter des communications, et que ces mêmes professionnels proposent aussi des articles à certaines revues. Leur présence se fait donc sentir (et encore une fois nous ne donnons aucune connotation négative à notre propos) également dans ces formes de production intellectuelle.

32Nous formulerons ainsi une première hypothèse explicatrice de la faible part de la communication dans les travaux d’intelligence économique : les auteurs les plus prolifiques sur ce sujet ont été les professionnels que leurs schémas cognitifs, leurs expériences, leurs savoir-faire aussi, sans doute, portaient à travailler l’information. Ils l’exploitaient comme matière première lorsque la veille ou la documentation était leur activité ; lorsqu’ils en sont venus à l’intelligence économique, elle est restée largement leur cœur de métier. Ils ont écrit sur cela.

La question communicationnelle absente de certaines disciplines

33Plus brièvement, il faut évoquer maintenant la question de la place des auteurs-chercheurs dont les disciplines n’abordent pas ou quasiment jamais la question de la communication.

  • 6 Les éditions multiples, augmentées ou non, ne sont pas prises en compte dans ce calcul.

34Si nous consultons les sections universitaires d’origine des auteurs universitaires (au sens large en incluant les docteurs), il apparaît que les contributeurs les plus nombreux en matière d’ouvrages sont issus des sciences de gestion. Sur la période 1997-2009, on recense dix auteurs ayant écrit, co‑écrit ou dirigé un total de onze ouvrages originaux6. À cela, il faut ajouter un ouvrage produit par une docteur(e) de la spécialité.

35Pour ce qui concerne les thèses de doctorat, sur la période 1996-2008, on dénombre 27 thèses en sciences de l’information et la communication, 11 en sciences de gestion, 4 en sciences économiques, 3 en droit, 1 en informatique et 1 en sciences politiques dont le titre réfère explicitement à l’intelligence économique. À celles-ci, il convient d’ajouter 20 thèses dont le résumé affiche la volonté de s’inscrire dans la même thématique. Le total représente donc 67 thèses, dont 37 en SIC, 16 en sciences de gestion et 14 dans les autres disciplines. 42 % des thèses écrites le sont donc dans des disciplines universitaires qui n’étudient pas ou quasiment pas la dimension communicationnelle alors que l’information y est prise en considération. Nous songeons ici principalement aux sciences de gestion et aux sciences économiques. Leurs auteurs ont évidemment contribué aux communications en colloques et à la production d’articles.

36Cela conduit à formuler une deuxième hypothèse : dans les productions écrites consacrées à l’intelligence économique, la présence minoritaire mais relativement forte d’auteurs-chercheurs issus de disciplines pour lesquelles la communication n’est pas un sujet d’étude — à peine une variable considérée — renforce la disproportion entre l’étude des problématiques d’information et le questionnement sur la communication.

Des chercheurs en SIC peu versés dans les approches communicationnelles

  • 7 Afin de favoriser le débat scientifique, à la demande des évaluateurs du présent article, ces auteu (...)

37Le recensement des auteurs-chercheurs en intelligence économique présenté dans le point précédent doit être complété de quelques éléments relatifs aux auteurs en sciences de l’information et la communication7.

38Sur la problématique de l’intelligence économique, les SIC sont représentées principalement par quatre auteurs ayant écrit, co-écrit ou dirigé, de 1997 à 2009, onze ouvrages ou assimilés consacrés à l’intelligence économique.

Tableau 4 – Principaux chercheurs auteurs d’ouvrages en intelligence économique (1997-2009)

Tableau 4 – Principaux chercheurs auteurs d’ouvrages en intelligence économique (1997-2009)

39Nous ajouterons, pour être complet, que trois auteurs-docteurs en SIC, ont écrit, ou co-écrit, deux autres ouvrages.

40Sur la même période, 37 thèses de doctorat ont été produites, principalement sous la direction de six enseignants-chercheurs :

Tableau 5 – Principaux directeurs de thèses en intelligence économique dans le champ des SIC et nombre de thèses dirigées (période 1996-2008)

Tableau 5 – Principaux directeurs de thèses en intelligence économique dans le champ des SIC et nombre de thèses dirigées (période 1996-2008)

41De cet ensemble se détachent cinq chercheurs qui ont véritablement animé le mouvement de recherche et de publication en intelligence économique sur la période considérée : l’auteur C (9 thèses en intelligence économique, 19 thèses en veille et 2 ouvrages), l’auteur A (8 ouvrages en incluant les années 2010 et 2011), l’auteur B (5 thèses et 2 ouvrages), l’auteur E (5 thèses en intelligence économique + 1 thèse en veille) et l’auteur F (1 thèse en intelligence économique et 4 thèses en veille).

42Regardons succinctement les parcours de ces animateurs du mouvement. L’auteur C a rejoint les SIC à partir d’une formation disciplinaire en sciences fondamentales. Ses travaux ont largement porté sur des questions de bibliométrie. L’auteur B est titulaire d’un doctorat en sciences informatiques. Le rapport information-informatique est très largement présent dans ses travaux. L’auteur F est titulaire d’un doctorat en SIC, après un parcours de formation en sciences naturelles. Il publie dans des revues traitant d’information, de computer science…. Seul l’auteur A a introduit dans quelques publications, depuis 2009, la nécessité d’interroger la communication dans l’intelligence économique, mais sur la période étudiée il n’a pas dirigé de doctorat.

43En somme, globalement, les chercheurs en SIC qui se sont ouverts à l’intelligence économique sont ceux qui, par leurs formations, par leurs parcours, par leurs propres centres d’intérêt étaient davantage versés dans les questions informationnelles que dans les questions communicationnelles. Ils sont entrés en résonance avec des professionnels que les mêmes questions taraudaient autour d’une thématique qui présentait l’attrait de la nouveauté et d’un défrichage à entreprendre. À partir de là, leur sillon était assez clairement tracé et ce sillon ne traversait pas la question de la communication. Moins qu’un oubli, il s’agit, nous semble-t-il, d’une dynamique qui s’est naturellement enclenchée, entraînant dans son mouvement un cortège de doctorants qui suivaient la même orientation.

44En conséquence de ces observations, il convient de formuler une troisième hypothèse : l’intérêt principal des professionnels de l’intelligence économique pour la question informationnelle a suscité l’attention et déclenché l’investissement de chercheurs déjà concentrés sur la même problématique en raison de leur histoire personnelle. En impulsant l’essentiel de la dynamique scientifique sur l’intelligence économique, ces chercheurs ont, de fait, marginalisé le questionnement sur la communication dans l’intelligence économique.

Conclusion

45L’intelligence économique n’est pas une discipline scientifique et ne le deviendra sans doute pas. Elle est un champ d’investigation que des chercheurs de plusieurs disciplines se sont employés à explorer depuis 1994. En raison de son image parfois sulfureuse, de ses contours conceptuels flous, de son rapport direct à la performance de l’entreprise et à la guerre économique (Harbulot), d’un certain discours nationaliste aussi, l’intelligence économique est, pour reprendre la trilogie de Jean Davallon (2004) un objet concret non consensuel, un objet scientifique encore incertain et un objet de recherche encore mal compris ou mal reçu.

  • 8 P. Bourdieu, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, (...)

46Il n’est pas impossible que cela ait conduit les chercheurs en SIC impliqués à resserrer les liens entre eux et à s’encourager dans un certain type d’approche qui plaçait l’information au centre des réflexions. Information que l’on gère selon un modèle cyclique qu’il convient d’optimiser. Information de masse traitée par la sémantique, la bibliométrie, les graphes, les outils cartographiques, les moteurs de recherche… pour en extraire des pépites informationnelles. Information que l’on protège, que l’on diffuse, que l’on transforme en connaissance afin de mieux la manager, une fois encore grâce à de puissants logiciels. Tout cet ensemble a sa cohérence et l’on sait que la cohérence a un puissant effet de normalisation groupal, y compris sur la recherche. En outre, comme le précisait Pierre Bourdieu, « dans le domaine de la recherche scientifique, les chercheurs ou les recherches dominantes définissent ce qu’est, à un moment donné du temps, l’ensemble des objets importants, c’est-à-dire l’ensemble des questions qui importent pour les chercheurs, sur lesquelles il vont concentrer leurs efforts […] déterminer une concentration des efforts de recherche »8 (Bourdieu, 1997).

47En somme, il était tellement normal et important de traiter d’information que la question de la communication ne s’est pas posée. Pas de complot. Pas de choix volontaire, croyons-nous. Transposons ici la réflexion de Raymond Barre à propos de la mondialisation : « Ce n’est pas quelque chose qui a été voulu. C’est quelque chose qui s’est produit ».

48L’engagement de recherches sur les dimensions communicationnelles de l’intelligence économique ne pourra, par conséquent, avoir un réel impact et infléchir la tendance passée que si un groupe suffisant de chercheurs ayant une légitimité indiscutable dans leur discipline et une visibilité suffisante au sein de celle-ci et parmi les professionnels entreprend de s’investir dans le sujet. En l’état actuel de la situation, c’est un pari osé et, encore une fois, cela risque d’être une prise de risque scientifique et personnelle.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berelson B., Content analysis in communication research, Glencoe, The Free Press, 1952, 220 p.

Bougnoux D., Introduction aux sciences de la communication, Paris, Éditions La Découverte, Collection Repères, 2009, 126 p.

Bourdieu P., Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA Éditions, Coll. « Sciences en questions », 1997, 80 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Davallon J., « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, 2004, n° 38, 8 p.
DOI : 10.4267/2042/9421

Dumas Ph., Boutin E., Duvernay D., Gallezot G., Is Communication separable from Information ?, First European Communication Conference, Amsterdam, Nov. 24-26, 2005, 18 p.

Fondin H., « La science de l’information : posture épistémologique et spécificité disciplinaire », Documentaliste – sciences de l’information, 2001, vol. 38, n° 2, 11 p.

Harbulot Ch., La machine de guerre économique, Paris, Éditions Economica, 1992, 178 p.

Marcon Ch., Perspectives pour un développement des recherches sur intelligence économique en sciences de l’information et la communication, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, 2010, 310 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Moinet N., « L’épistémologie de l’intelligence économique face au défi de la communication », Revue Internationale d’Intelligence Économique, 2009, vol. 1-2, 25 p.
DOI : 10.3166/r2ie.1.159-173

Pourtois J.-P., DESMET H., Épistémologie et instrumentation en sciences humaines, Liège, Éditions Mardaga, 1998, 235 p.

Haut de page

Notes

1 Pierre Fayard est l’un des fondateurs du premier DESS en intelligence économique en France.

2 Ch. Marcon, Perspectives pour un développement des recherches sur intelligence économique en sciences de l’information et la communication, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, 2010, 310 p.

3 B. Berelson, Content analysis in communication research, Glencoe, The Free Press, 1952, p. 30.

4 Par exemple en interrogeant directement les personnes concernées. J.-P. Pourtois, H. Desmet, Epistémologie et instrumentation en sciences humaines, Liège, Éditions Mardaga, 1998, p. 54.

5 En cas de présence d'au moins un co-auteur universitaire.

6 Les éditions multiples, augmentées ou non, ne sont pas prises en compte dans ce calcul.

7 Afin de favoriser le débat scientifique, à la demande des évaluateurs du présent article, ces auteurs ont été anonymés. Chacun est désigné par une lettre.

8 P. Bourdieu, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA Éditions, coll. « Sciences en questions », 1997, p. 18.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3830/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 1 – Associations de termes dans les titres d’articles consacrés à l’intelligence économique ou la veille
Légende *Auquel il faut rajouter un texte non extrait d'une revue scientifique.** Le résultat complet comporte 32 références (hors citations). Seules 22 correspondent réellement à des communications ou articles produits par des chercheurs.*** Répondant à nos critères, sur un toal de 88
URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3830/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Titre Tableau 2 – Occurrences de termes dans les textes consacrés à l’intelligence économique
URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3830/img-3.png
Fichier image/png, 41k
Titre Tableau 3 – Parution d’ouvrages consacrés à l’intelligence économique. Répartition par catégorie d’auteurs5
URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3830/img-4.png
Fichier image/png, 65k
Titre Tableau 4 – Principaux chercheurs auteurs d’ouvrages en intelligence économique (1997-2009)
URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3830/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Titre Tableau 5 – Principaux directeurs de thèses en intelligence économique dans le champ des SIC et nombre de thèses dirigées (période 1996-2008)
URL http://communicationorganisation.revues.org/docannexe/image/3830/img-6.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marcon, « De la mesure aux hypothèses explicatives : regard sur 15 ans d’oubli », Communication et organisation, 42 | 2012, 13-26.

Référence électronique

Christian Marcon, « De la mesure aux hypothèses explicatives : regard sur 15 ans d’oubli », Communication et organisation [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 10 février 2016. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3830

Haut de page

Auteur

Christian Marcon

Christian Marcon est Maître de conférences habilité à diriger des recherches en sciences de l’information et la communication au sein de l’équipe OGDO (Outils de Gestion et Dynamiques Organisationnelles) du laboratoire CEREGE, EA 1722 – Université de Poitiers ; cmarcon@iae.univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org