Navigation – Plan du site
Analyse

Les répertoires interprétatifs des journalistes discutant de leurs liens avec les relations publiques : les paradoxes et contradictions réconciliées

Chantal Francoeur
p. 225-248

Résumés

Les journalistes exploitent différents répertoires interprétratifs pour décrire leurs liens avec les relations publiques. Ils utilisent tour à tour le discours institutionnel du journalisme et le discours institutionnel des relationnistes. Ils puisent aussi dans la déontologie journalistique. Enfin, ils se servent du répertoire appelé ici le « discours réaliste » pour détailler leurs échanges avec les porte-parole ou les chargés de communication. Ces différents répertoires interprétatifs peuvent être mobilisés dans une seule et même phrase, montrant la complexité des liens. Nous avons interviewé treize journalistes œuvrant au sein de quotidiens montréalais pour dresser ce portrait. Ils font partie du premier échantillon d’une recherche d’envergure sur les liens entre journalistes et relationnistes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les « relations publiques généralisées »
Des liens tissés serrés entre les relations publiques et le journalisme
Le discours des journalistes sur leurs liens avec les relations publiques
Méthodologie
Les journalistes qui font la une
Une analyse des articles et un entretien court préalables aux entretiens longs
L’entretien long
L’analyse des discours des journalistes
Résultats
Discussion : Des répertoires interprétatifs utiles
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les « relations publiques généralisées »

Les relations publiques développées au début du xxe siècle ont pris une place croissante dans les années 1970 et elles sont devenues une composante clé de la régulation des rapports sociaux dans nos sociétés. De plus, les agents qui déploient les relations publiques au sein des organisations ont bénéficié des technologies d’information et de communication (TIC) surtout mises en place à partir des années 1980. Nous sommes ainsi rentrés dans la période que Bernard Miège qualifie de « relations publiques généralisées » (Miège, 2007). L’ensemble des acteurs sociaux, qu’il s’agisse des constituantes gouvernementales, des entreprises de toutes tailles ou bien des mouvements sociaux, se sont mis à communiquer de plus en plus, en se passant de médiation journalistique, par le biais de la mobilisation des TIC. Cette tendance contribue à favoriser le développement de ce que certains auteurs (Demers, 2008 ; Bernier et al., 2005) appellent la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Francoeur, « Les répertoires interprétatifs des journalistes discutant de leurs liens avec les relations publiques : les paradoxes et contradictions réconciliées », Communication et organisation, 46 | 2014, 225-248.

Référence électronique

Chantal Francoeur, « Les répertoires interprétatifs des journalistes discutant de leurs liens avec les relations publiques : les paradoxes et contradictions réconciliées », Communication et organisation [En ligne], 46 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/4801 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4801

Haut de page

Auteur

Chantal Francoeur

Chantal Francoeur, PhD, enseigne le journalisme à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal depuis 2011. Avant de joindre le monde académique, elle a œuvré comme journaliste pendant près de 20 ans à Radio-Canada, le radiodiffuseur public canadien ; francoeur.chantal@uqam.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org