Navigation – Plan du site
À paraître en juin 2015

N° 47 : Recherches émergentes en communication des organisations

Dossier coordonné par Valérie Carayol et Gino Gramaccia

Dans ce dossier consacré aux travaux émergents en communication des organisations, nous donnons la parole à un collectif international de chercheurs (France, Belgique, Canada). Responsables d’équipes de recherche, chercheurs réputés, invités en raison de leur engagement à nos côtés depuis deux décennies, leurs contributions poursuivent les débats engagés à l’occasion du Symposium organisé à Bordeaux le 19 mars 2013 à l’occasion des 20 ans de Communication & Organisation. Les propositions résumées ci-dessous présentent l’avancement de leurs travaux tels qu’ils seront développés dans le dossier n° 47 de la revue.

Bernard Dagenais1, L’ambiguïté du discours public de l’entreprise : entre générosité et mensonge

  • 1 Université Laval, Québec - Président du conseil d’administration de l’agence étudiante de Relations (...)

Le monde économique, depuis Rockefeller et Ivy Lee en 1914, affirme qu’il est du devoir de l’entreprise, à côté de la nécessité de faire fructifier le capital de ses actionnaires, de participer au développement de la société par une conduite de bon citoyen et de responsabilité sociale. Depuis, la grande entreprise n’hésite pas à avoir recours à l’écoblanchiment (greenwashing), à la désinformation (astrosurfing), à l’utilisation des groupes de façade (front group), au poursuite bâillon pour faire taire ses opposants (Strategic Lawsuit against public participation) et au lobby pour bloquer toute tentative de construire une société responsable, tout en poursuivant une politique d’image de responsabilité.

Depuis 2010, à la suite des faillites frauduleuses de quelque 50 milliards de dollars d’entreprises comme Enron, Worldcom ou de Madoff, depuis toujours 2010, à la suite de la condamnation de toutes les grandes banques américaines et européennes à verser des dizaines de milliards de dollars pour malversation, le monde des affaires, pour se donner une image de gestionnaire responsable se dote de codes d’éthique, de gouvernance et de bonne conduite. Le monde politique agit à l’opposé des principes qu’il émet ; le monde religieux n’arrive pas à concilier ses messages de paix avec ses propres meurtriers fanatiques ; le monde sportif ne cesse de tricher ; le monde juridique prétend rechercher la vérité en semant le doute et la confusion.

Le mensonge a toujours existé, mais aujourd’hui son utilisation abusive et son acceptation relative participent à la culture du cynisme et de l’ambiguïté qui caractérise notre époque. Nos recherches portent actuellement sur le recours aux groupes de façade (front group) par la grande entreprise, qui illustre parfaitement cette ambiguïté. Notre texte fera le point sur cette question du double visage et du double langage de l’entreprise.

Béatrice Galinon-Melenec2, L’Homme-trace face à la question de la mémoire et de l’oubli - Traces numériques et traces mnésiques mises en miroir

  • 2 Université du Havre - Fondatrice et directrice du CDHET (Réseau international de chercheurs travail (...)

Pour de nombreux chercheurs, la trace est une inscription du passé interprétée à la lumière du présent. Une relation de causalité implicite est alors associée à une linéarité temporelle liée à la « flèche du temps » (selon l’expression d’Ilya Prigogine, 1977). Au sein de l’analyse des pratiques communicationnelles, une forme de trace – l’écriture – tient une place privilégiée. L’idée que le passage de la langue parlée à l’écriture ne se réduit pas à un transfert de l’oralité en traces écrites s’est progressivement imposée. Cette transformation opère une construction spécifique et la relation trace-mémoire produit une forme de mémoire extérieure qui semble évacuer le rôle du corps. La société du xxie siècle, en convoquant à nouveau la question de ce passage et en l’appliquant au langage digital et à la mémoire inscrite dans les machines informatiques, renouvelle le questionnement. Pour y répondre, certains auteurs réintroduisent le rôle de l’Homme dans l’interprétation des mémoires externes ainsi constituées, par exemple en rappelant que écriture et lecture sont étroitement liées dès le moyen âge, ce que symbolise le terme lettrure (Souchier).

Dans ce chapitre est d’abord précisé que, à notre sens, chaque humain est existentiellement un « homme-trace » porteur des traces de son histoire génétique et de son histoire individuelle et sociale lors de sa vie sur terre. Dans ce contexte, le principe de « l’échoisation des signes-traces » est expliqué en vue de mettre en évidence le rôle de l’activation des traces inscrites dans le corps pour produire la signification de toute forme de trace vue par l’homme. Ainsi émerge un type de relation produisant la signification, relation que nous nommons « processus d’échoïsation de traces ». Cette échoïsation intègre les pratiques culturelles et sociales mises en œuvre dans la situation interprétative. Elle se médiatise par l’intermédiaire de signes, nommés dans ce contexte « signes-traces » pour rappeler le processus qui construit le signe.

La fugacité de l’échoïsation de traces trouve son illustration la plus convaincante dans l’intuition. Cet instantané de la signification ne relève pas de la raison qui s’avère trop limitée pour déconstruire logiquement la complexité de l’entremêlement des traces et il va bien au-delà des apparences visuelles pouvant faire l’objet d’une signification partagée. Ici, la sémiotique incarnée joue sa partition et le sens résonne différemment pour chaque individu en fonction de son histoire (individuelle et sociale) incorporée. Or dans cette histoire, se joue aujourd’hui le rapport de plus en plus grand au numérique. La relation qui unit l’homme aux technologies de l’information et de la communication est multi dimensionnel et, à ce titre fait l’objet de l’analyse de nombreux chercheurs de toutes origines scientifiques sur ce qui constitue une véritable explosion du numérique.

  • 3 Cf. Bibliographie de GalinonMélénec Béatrice sur L’Homme-trace.

Pour notre part, dans ce chapitre, et complément de travaux que nous avons déjà présentés par ailleurs3, nous analyserons l’inquiétude née de la mémoire numérique en la plaçant en miroir avec les interrogations sur la mémoire-cerveau qui préoccupe une société confrontée au vieillissement massif de sa population. Nous tenterons d’en faire émerger des correspondances et de penser la demande contemporaine du « droit à l’oubli » - revendiqué comme contre point à la « mémoire numérique » - au regard du rapport « Conscience, mémoire et identité » que pose la mémoire-cerveau et la mémoire-corps.

Benoit Cordelier4, Une approche discursive de la performativité du silence dans des processus organisationnels

  • 4 UQAM, Québec – Chercheur à la Chaire de relations publiques et communication marketing ainsi qu’à C (...)

La conceptualisation du silence dans certains courants de l’étude des organisations se fait par opposition à l’expression par les acteurs d’une alerte, de plaintes ou de dénonciations d’iniquités et d’injustices. Le silence est alors problématique pour l’organisation et doit être étudié pour en améliorer le fonctionnement de celle-ci (cf. Milliken & Wolf, 2003). Les acteurs de l’organisation se taisent alors parce qu’ils ne pensent pas pouvoir trouver écho à leurs inquiétudes, par crainte de représailles. Avant même la question de l’optimisation managériale, il apparaît intéressant de retenir que le silence peut être une option empruntée par les acteurs en raison d’une dissymétrie dans les relations de pouvoir. L’autre posture que nous souhaitons éviter ici serait alors de ne vouloir étudier le silence qu’en raison de sa capacité (réelle) à rendre invisibles des groupes minoritaires, marginaux (cf. Simpson et Lewis, 2005). Toutefois, il n’est pas possible d’ignorer que le silence s’intègre dans des processus communicationnels où les problématiques de pouvoir sont fortes et que, par conséquent, les acteurs y ont des choix stratégiques importants à faire. Se taire pour ne pas faire de vagues mais également se taire pour attendre un contexte plus favorable, se taire pour retenir de l’information. Le silence n’est pas une absence sans effet, il a des conséquences sur l’organisation.

Étudier le silence organisationnel en tant qu’acte performatif vise à mettre en évidence les aspects non exprimés d’une stratégie d’acteur. Mais cela n’est pas sans poser quelques difficultés conceptuelles et méthodologiques. Comment en effet observer et qualifier quelque chose qui est par essence masqué, opaque ? Nous postulons que la réponse se trouve dans une observation de temps long. L’acte de langage est immédiatement performatif. Dans une perspective organisationnelle, l’acte de silence, à l’inverse, tendrait à prendre effet dans la durée : il ne peut par essence être directement verbalisé ; il émerge plutôt à travers un faisceau d’attitudes et d’actes de langage. Il participerait ainsi, plutôt que d’une stratégie d’action, d’une stratégie d’évitement. Ce dernier n’est pas pour autant une non-action et produit des effets performatifs grâce à la superposition des différents cadres interprétatifs spécifiques aux divers processus organisationnels dans lesquels les acteurs sont impliqués. La difficulté est alors d’étudier les manifestations et conséquences du silence, en partant d’interactions micro vers des phénomènes macro, autrement dit de l’acteur individuel au collectif, de l’influence d’une situation ponctuelle à un contexte plus large.

Nous nous proposons ici d’approcher le silence à travers l’étude de processus discursifs qui peuvent émerger dans des interactions locales et se poursuivre dans des systèmes de représentation plus larges. En suivant des propositions de Gee (1999, 2014) nous souhaitons alors combiner à la fois un discours micro (avec un « d » minuscule) et un Discours de type idéologique d’influence foucaldienne (avec un « D » majuscule). La performativité du silence organisationnel peut alors être approchée comme étant la capacité d’un Discours à être influent en jouant sur l’interaction entre une communication localisée relevant du discours et un contexte discursif autorisant la production de messages relevant du Discours.

Jacques Bonnet5, L’intelligence du social dans les organisations

  • 5 Université de Bourgogne - Directeur du Laboratoire COSMOS (Communication, Savoirs, Médiations, Orga (...)

Le savoir se trouve aujourd’hui questionné, interpellé, car il est objet de doute, voire de suspicion au sein de sociétés confrontées à des incertitudes socioéconomiques de toutes natures et à la complexification des organisations, des activités et des relations sociales. Cette complexification se caractérise notamment par le développement exponentiel des interactions entre des acteurs individuels ou collectifs de plus en plus en mesure de connecter leurs expériences, leurs pratiques, leurs cultures, leurs logiques et de réagir en direct aux évènements du monde tout en mettant en scène leurs connaissances et même leur propre vie et ainsi, leur rapport au monde et aux autres.

Parmi les questions que nous posons ici figurent celles-ci : peut-on ainsi vraiment parler de nouveaux modèles de transmission et de partage du savoir et en quoi ? Si l’on retient cette hypothèse, par quels processus ces derniers prennent-ils forme et sens, comment s’ancrent-ils ou traversent-ils les usages, les pratiques, les cultures ? Ces savoirs préfigurent-ils ou engagent-ils des maillages jusqu’alors restreints et contraints par la logique structurante des disciplines d’enseignement ou des supports de diffusion ?

Dans ce contexte, de quoi tentons-nous de parler et qu’étudions-nous lorsque nous abordons la question de l’intelligence du social dans les organisations ?

Pour nous, parler d’intelligence du social, consiste à s’intéresser à ces postures, ces habiletés, ces modes et ces logiques d’intervention individuelles et collectives qui nourrissent, facilitent et rendent fécondes les interactions sociales dans les contextes que nous étudions : que ce soit en milieu de santé, de production de bien ou de service, de formation ou autre. Interaction, médiation, négociation, coopération, coordination, altérité, intercompréhension, voici des questions neuves ou renouvelées dans des contextes sociétaux et organisationnels qui ont du mal à s’en saisir, notamment du fait de leur ancrage fonctionnaliste et de leur difficulté à entrer dans l’ère de la complexité et de l’incertitude. C’est sur ces questions que peuvent se refonder les principes d’appartenance, d’identité, de groupe, de communauté, de réseau, et pour tout dire de Cité, bref toutes ces questions qui tendent à construire une dialogique de la relation et à rendre lisibles et peut-être possibles des capabilités individuelles et collectives (Sen).

Laurent Morillon6 et Arlette Bouzon7, Chercheurs et praticiens, entre médiateur à porosité « augmentée » et intelligence collective

Dans une économie mondialisée, l’innovation est présentée dans les discours étatiques, notamment français, comme une clef majeure de compétitivité. Elle serait créatrice de valeur et d’emplois en permettant d’une part de se différencier des pays à bas coût de main-d’œuvre et d’autre part de demeurer en posture de donneur d’ordres. Différents acteurs institutionnels incitent les organisations à mettre en œuvre des politiques de Recherche et Développement (R&D) et invitent la recherche publique à aller vers l’industrie, l’industrie à contribuer à son financement. Ainsi, le rapport Berger issu des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche de 20128 préconise-t-il de développer ces coopérations entre recherches publique et privée. En Sciences de l’Information et de la Communication (Sic) et plus particulièrement dans la spécialité de la communication des organisations/organisationnelle (Co/o), praticiens et chercheurs interagissent lors de rencontres, collaborations et parfois confrontations. La frontière de leurs univers respectifs s’avère, dans les faits, particulièrement poreuse. Le champ et les objets de la Co/o induisent en effet ces interactions : au-delà du lien qui invite le chercheur à fréquenter l’organisation pour produire du savoir, les deux catégories d’acteurs trouvent des intérêts à échanger. Cependant, en SHS, ce type de relations entre chercheurs et praticiens – auquel il s’agit d’associer les recherches actions, les expertises, les témoignages… – suscite des questionnements éthiques, épistémologiques, méthodologiques… Nous proposons dans le cadre du présent article une lecture scientifique et distanciée, indépendante des discours parfois passionnés, d’un médiateur particulier et de certaines de ses interactions constitutives.

Nous appuyons nos réflexions sur l’étude d’un laboratoire commun qui associe, selon le projet de l’ANR, une PME et un laboratoire public9. Le Labcom RiMeC, financé depuis 2013 pour trois ans à hauteur de 400 000 €, associe une Équipe d’Accueil de l’Université Toulouse Jean Jaurès, LLA-Creatis, et une entreprise leader national dans l’organisation de congrès médicaux, Europa Organisation. Le projet scientifique est de penser les formes de communication dans les congrès, à la fois espaces de formation et de socialisation. Les chercheurs innovent d’une part en appréhendant le congrès comme un média, d’autre part en déconstruisant son dispositif afin d’en réagencer les éléments dans une perspective intermédiatique. L’étude de ce Labcom nous permet de caractériser un médiateur entre chercheurs et praticiens à « porosité augmentée » mais aussi les formes d’intelligence collective susceptibles d’y exister.

    Dans une première partie les contextes qui incitent chercheurs et praticiens à interagir seront évoqués. Dans une deuxième partie, parmi les différents médiateurs introduits, le laboratoire commun RiMeC sera plus particulièrement présenté. Enfin, dans une dernière partie, une discussion sera engagée sur les natures de porosité augmentée et d’intelligence collective à l’œuvre pour ce médiateur.

Françoise Bernard10, La communication des organisations entre questions d’influence et questions d’autonomie. L’actualité des notions d’engagement, d’émergence et d’institution

  • 10 Université d’Aix-Marseille - Directrice de l’IRSIC (Institut de Recherche en Sciences de l’Informat (...)

Les incertitudes socio-économiques et environnementales, la circulation et l’obsolescence accélérée des modèles managériaux, les nouvelles pratiques médio-culturelles et info-communicationnelles sont accompagnées dans le domaine de la recherche (sciences de l’information et de la communication, sciences de gestion, sociologie des organisations) de l’actualité, pour la communication des organisations, de notions travaillées en SIC mais aussi dans d’autres champs de savoirs.

Nous nous intéressons plus spécifiquement aux notions d’engagement, d’émergence et d’institution. Ces notions sont inscrites dans le cadre de théories situées : théorie de l’auto-éco-organisation pour la notion d’émergence (Morin, 2003), théorie de l’engagement et de la communication engageante (Bernard, 2007), théorie de l’institution imaginaire (Castoriadis, 1975). Ces notions et les cadres théoriques dans lesquels elles s’inscrivent, lorsqu’ils sont mis en regard, permettent d’ouvrir et de poser un questionnement sur les relations entre deux grandes perspectives théoriques, celle de l’influence sociale et communicationnelle et celle de l’autonomie du social impliquant des pratiques de communication émancipatrices. Ce questionnement concerne directement la compréhension des dynamiques et des reconfigurations organisationnelles contemporaines.

Andrea Catellani11, Figures et paroles de la responsabilité dans la communication corporate : la dimension visuelle des rapports d’entreprise

  • 11 Université Catholique de Louvain - Vice-Président du Laboratoire LASCO (Laboratoire d’Analyse des S (...)

Notre contribution portera sur l’observation de l’utilisation des images et du langage visuel dans les supports de communication institutionnelle (corporate) de quelques grandes entreprises belges et françaises qui opèrent dans le domaine de la pétrochimie. Cette analyse se limite à un « genre » particulier, celui des rapports annuels d’entreprise et en particulier de leurs parties dédiées au développement durable et à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Cette recherche, qui garde une nature strictement qualitative, adopte aussi résolument une inspiration et une posture sémiotique : elle se propose d’utiliser les outils conceptuels et méthodologiques de cette discipline. Une des conséquences de cette posture est la possibilité-nécessité de considérer le visuel, l’image, comme une contribution essentielle au dispositif textuel. Nous avons donc observé les images présentes dans les rapports, pour en faire une typologie et aussi pour observer si, et de quelle façon, elles supportent la présentation d’une entreprise ouverte, communicante, responsable. L’analyse est complétée par l’observation de la mise en page et de la structuration des textes des rapports annuels. Ces aspects « formels » en effet font partie intégrante du plan de l’expression (le « signifiant »), cette dimension qui inclut, selon la sémiotique, tout ce qui est capable d’influencer la production de sens des acteurs sociaux (le contenu ou « signifié »). L’analyse de l’image et de la construction du texte multimodal (verbal et visuel) est probablement une des contributions principales que l’approche sémiotique peut apporter à l’analyse du discours des entreprises.

Le texte de cet article est divisé en différentes parties. Les deux premières présentent les entreprises choisies, le corpus, la méthodologie et ses fondations théoriques. La troisième partie propose les résultats de l’observation des images et de la structuration et mise en page des rapports analysés. Enfin, des conclusions seront tirées des différentes parties. Ces conclusions seront une contribution à l’étude d’un aspect spécifique de la rhétorique contemporaine des entreprises, déjà définie comme « épidictique » (Catellani 2011a), en faisant référence à la répartition classique entre les genres rhétoriques : une rhétorique de la louange et de la valorisation.

Catherine Loneux12, La responsabilité sociale des entreprises

  • 12 Université Rennes 2 - Directrice du Laboratoire PREFICS (Plurilinguismes, Représentations, Expressi (...)

Notre proposition s’inscrit dans la thématique de la Responsabilité Sociale des Entreprises. Des pratiques d’information-justification professionnelle passent par l’argument de la « morale d’entreprise », et selon nous cette « action communicationnelle » ne saurait se réduire à cette prétendue action. Transmettre des informations n’est que la face apparente. L’objectif principal ici est d’essayer de mettre l’accent sur le lien possible à établir entre recherche et préoccupations sociétales, notamment en matière d’enjeux régulation portés par la communication de la RSE. Les parties prenantes, la société, les salariés, figurent des environnements qui tendent à être de plus en plus hybrides. Nous tâcherons de démontrer que tous les questionnements relatifs aux pratiques de diffusion de l’information éthique en organisation ont à voir avec des questionnements allant bien au-delà de la sphère de la grande entreprise, et comportent des enjeux sociétaux.

Pour atteindre cet objectif, nous apporterons des éléments d’observation sur les acteurs au travail dans les organisations, vus par le biais des relations qu’ils entretiennent avec ces modes de régulation de la RSE proposés aujourd’hui. Comment comprendre ces espaces professionnels en évolution, aux prises avec des discours déontologiques ? Quel est le rapport entre « valeurs » éthiques et modes de coordination d’acteurs dans leur contexte de travail ? Quelles sont les traces laissées par les productions de normes professionnelles ? Quelle est la nature même de leur élaboration ? Quelles sont les modalités de mise en forme mobilisées autour de la préparation et de la rédaction des supports des chartes, propagées par les dirigeants des firmes ? Ces recompositions proposées en matière de régulation donnent lieu à des interactions et usages divers dans des contextes organisationnels donnés, où se co-construisent des significations et actions individuelles et sociales, autour de principes communs (écologiques, financiers). Elles sont reliées aussi à des processus de rationalisation sociocognitive.

Paul Rasse13, Succès, persistance et spécificité du concept de management par projet dans la culture

  • 13 Université Toulon-Var - Université de Nice - Sophia Antipolis - Directeur du Laboratoire de recherc (...)

Dans un contexte d’explosion des collectifs de travail, de filialisation des entreprises, d’essaimage, de dispersion des individus, d’atomisation des existences désynchronisées les unes des autres, on comprend le succès du principe de projet et sa vitalité, sa persistance au sein des technologies managériales des dirigeants, pourtant toujours avides de nouveautés. En effet, le projet parvient à conférer du sens au travail en miettes des personnes absorbées par des activités qui les mettent tour à tour en relation avec d’autres univers, d’autres travailleurs, et des données virtuelles dispersées aux quatre coins du monde, dans des espaces immatériels et désynchronisés. Combien de travailleurs sont-ils à devoir passer l’essentiel de leur temps à communiquer par e-mail, serveurs et banques de données interposées, avec des acteurs anonymes sans autre visage que le design ergonomique des pages d’écran, et dont la personnalité s’exprime au mieux sous la forme d’émoticônes standardisées et de quelques phrases laconiques d’e-mails, tombant par centaines chaque jour dans les boîtes aux lettres virtuelles, où s’accumulent les sujets, les objets, les auteurs, etc., que chacun explore en son temps… Au bout, face à cette fragmentation des collectifs de travail, des existences singulières et des tâches personnelles, seul encore le projet est en mesure de rassembler la micro-contribution ultra spécialisée des uns et des autres et de les regrouper, de les réarticuler entre elles pour leur conférer du sens, de la signification et de la réalité.

Le projet devient le moyen de recomposer, dans le même espace symbolique, des actions entreprises sur des lieux et en des temps de plus en plus dispersés. Il permet de coordonner le travail des différents acteurs disséminés un peu partout, quand ils ne sont pas devenus nomades, de rendre visible à tous leur progression et de l’évaluer ; il rappelle en permanence comment les tâches éparpillées et désynchronisées des uns et des autres, que chacun fait en son temps, doivent s’imbriquer dans un temps collectif, dans le planning de suivi du projet. De façon que chacun, s’il pousse ses pions sur un échiquier virtuel, ait toujours en mémoire qu’il inscrit ses coups dans un jeu collectif global. Sans doute doit-on à cela le succès de la méthode de projet, son essor, sa persistance, alors que bien d’autres techniques managériales très à la mode dans les années 90 et 2000 ont été abandonnées.

Christian Le Moënne14, Pour une approche « propensionniste » des communications organisationnelles

  • 14 Université Rennes 2 - Membre du laboratoire PREFICS, Président honoraire de la Société Française de (...)

De nombreuses, sinon toutes, les approches récentes sur les phénomènes de communication prétendent rompre avec le dualisme, mais n’y arrivent pas vraiment. Les phénomènes d’information-communication sont abordés sous l’angle des relations intersubjectives, ou sous l’angle des interactions langagières, ou de processus dans lesquels la subjectivité des acteurs se trouve confrontée à l’obligation de faire avec des « non humains », ou des dispositifs techniques posés comme des entités extérieures aux acteurs et s’opposant, ou freinant à quelques égards, leurs projets. Plusieurs tentatives de résoudre cette aporie radicalisent le dualisme en prétendant le dépasser, comme les affirmations de certains « constructivismes » ou « constructionnismes » qui tentent d’éliminer le monde réel en prétendant qu’il serait le résultat d’une création subjective par la mise en œuvre de projets ou par les processus d’énonciation au motif, issu de la philosophie idéaliste classique, que ce qui ne peut être nommé ou perçu n’existerait pas. Ces perspectives, qui prétendent se démarquer du positivisme alors qu’elles sont fondamentalement positivistes, manifestent à l’évidence une faiblesse épistémologique des recherches qu’elles prétendent fonder solidement. Elle s’exprime également dans la reprise non critique de catégories anglo-saxonnes comme l’« agency » traduite par « agentivité » et visant à exprimer les capacités des acteurs (le plus souvent individuels ou de petits groupes) à mobiliser des ressources de leurs environnements pour, dans le cours de leurs actions, faire surgir des opportunités et des agencements qui seraient radicalement nouveaux, s’arrachant aux normes sociales et aux institutions.

La question des normes sociales est fondatrice de la plupart, sinon de toutes, les sciences humaines et sociales. L’une des questions clé de toutes ces disciplines est en effet d’essayer de comprendre comment l’institution des normes sociales et culturelles permet à la fois la reproduction et l’innovation sociale, sans verser dans le déterminisme et/ou dans le subjectivisme. Les analyses des phénomènes de communications organisationnelles sont en tension entre ces deux pôles, entre la mise en avant des processus de régulation des formes organisationnelles et les processus de subjectivation, notamment dans les dynamiques de productions de formes sémiotiques. Cette tension dualiste, à la fois objectiviste dans l’examen des normes et règles de coordination de l’action et d’organisation des ressources, et mentaliste dans l’analyse des modalités de construction de règles comme dans celle des écarts par rapport à ces conventions, enferme l’approche des communications organisationnelles dans des logiques qui tendent à évacuer de l’analyse de l’information et de la communication, à la fois les pratiques sociales dans leurs rapports aux formes organisationnelles et sémiotiques, mais également et sans doute surtout, dans leur rapport aux règles et conventions cristallisées dans les objets, les « formes objectales », qui permettent d’agir avec efficacité dans des univers et contextes dont nous ne connaissons pas grand-chose.

La question des formes objectales, qui se distingue d’une pensée des objets qui n’en considérerait pas le caractère dynamique, et n’appréhenderait pas à quel point ils sont des leviers pour l’action, dépasse donc la façon habituelle de considérer la place des objets dans l’action. Elle interroge en effet centralement les processus de cristallisation d’informations dans les objets et artefacts matériels qui constituent notre cadre de vie, et elle interroge aussi la façon dont nous mobilisons pratiquement ces formes, le plus souvent sans y réfléchir ni en avoir conscience, pour notre activité d’organisation du monde, à la fois et irréductiblement théorique et pratique. Cette « écologie cognitive » repose, selon Herbert Simon, sur notre capacité à identifier, dans les situations que nous rencontrons, des formes déjà rencontrées et à en déduire des logiques d’actions susceptibles de convenir à ces situations. Ces conjectures reposent sur l’hypothèse que d’une part les formes sociales sont des dispositifs de mémoire, mais également que ces formes ne sont pas porteuses de déterminations à agir, mais de propensions, c’est-à-dire qu’elles sont dynamiques, processuelles et non statiques. Ces propensions sont en effet perpétuellement ouvertes par la singularité des situations et par les configurations originales qu’elles permettent, dans l’articulation des formes sociales. C’est dire que si l’in-formation est un processus de mise en forme et de mise en sens, ce processus est dynamique et engage à la fois les formes organisationnelles, les formes objectales et les formes sémiotiques, et ne saurait se réduire à l’une de ces dimensions.

  • 15 Popper Karl, Un univers de propensions - deux essais sur la causalité et l’évolution, Arles, L’écla (...)

Je voudrais tenter d’expliciter cette question et d’ouvrir un débat sur le dépassement des points de vue dualistes et mentalistes à partir d’une mobilisation et d’une recomposition du concept de « propension », emprunté à Karl Popper et François Jullien15, et plaider pour une approche globale des logiques d’information-communications organisationnelles, pensées comme processus d’institution imaginaire des formes sociales.

Notes

1 Université Laval, Québec - Président du conseil d’administration de l’agence étudiante de Relations Publiques.

2 Université du Havre - Fondatrice et directrice du CDHET (Réseau international de chercheurs travaillant sur la Communication et le Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires).

3 Cf. Bibliographie de GalinonMélénec Béatrice sur L’Homme-trace.

4 UQAM, Québec – Chercheur à la Chaire de relations publiques et communication marketing ainsi qu’à ComSanté (UQAM) et chercheur associé au MICA (EA 4426, Université Bordeaux Montaigne) axe Communication, Organisations et Société, Directeur de la Revue internationale de communication sociale et publique.

5 Université de Bourgogne - Directeur du Laboratoire COSMOS (Communication, Savoirs, Médiations, Organisations).

6 Université de Toulouse, Paul Sabatier, LERASS (EA 827) – Laurent MORILLON est Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication. Il codirige le Laboratoire commun RiMec, financé par l’ANR.

7 Arlette BOUZON est Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication. Responsable de l’équipe Organicom du LERASS, elle est créatrice et vice-présidente de la section « Organizational and Strategic Communication » de l’ECREA (European Communication Research and Education Association).

8  http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Assises_esr/24/0/Assises-ESR-Rapport-Vincent-Berger-_237240.pdf - dernière consultation le 18 octobre 2014

9  http://www.agence-nationale-recherche.fr/financer-votre-projet/documents/appel-detail0/laboratoires-communs-organismes-de-recherche-publics-pme-eti-labcom-2014/- dernière consultation le 18 octobre 2014

10 Université d’Aix-Marseille - Directrice de l’IRSIC (Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication), Présidente du CNU, 71e Section.

11 Université Catholique de Louvain - Vice-Président du Laboratoire LASCO (Laboratoire d’Analyse des Systèmes de Communication d’Organisation).

12 Université Rennes 2 - Directrice du Laboratoire PREFICS (Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones - information, communication, sociolinguistique, vice-présidente de l’Université Rennes 2

13 Université Toulon-Var - Université de Nice - Sophia Antipolis - Directeur du Laboratoire de recherche I3M (information, milieux, médias, médiation), vice-Président de la Commission Recherche à la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication.

14 Université Rennes 2 - Membre du laboratoire PREFICS, Président honoraire de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication.

15 Popper Karl, Un univers de propensions - deux essais sur la causalité et l’évolution, Arles, L’éclat, 1992 et Jullien François, La propension des choses - Pour une histoire de l’efficacité en Chine, Paris, Seuil, 1992.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org