Navigation – Plan du site
À paraître

Appel à contributions n° 49 de la revue Communication & Organisation : « Organisations et savoirs : quelles médiations ? »

Coordinateurs : Olivier Galibert et Jacques Bonnet

La médiation des savoirs est un processus qui n’est pas naturellement associé aux objets de recherche inhérents au champ de la communication des organisations. Davantage situé en proximité, voire en interdisciplinarité avec les Sciences de l’Éducation, elle est pourtant au cœur des enjeux info-communicationnels de l’action collective entrepreneuriale, associative ou administrative. Si l’on entend la médiation des savoirs comme l’ensemble des processus médiatiques et interactionnels qui concourent à la construction, au partage, à la diffusion voire à la confrontation de connaissances socialement institutionnalisées, on ne peut que constater l’importance de ces processus pour la pérennisation et le développement d’un agir organisé. En ce sens, il peut tout autant s’agir de savoirs professionnels, de savoirs disciplinaires ou de vulgarisation, de savoirs issus de nouveaux usages, de nouveaux dispositifs, etc., que ces derniers interviennent dans un contexte de prise de décision, d’innovation ou de changements, de partage de connaissances, d’appropriation de compétences, de mise en réseau d’expériences... Au-delà d’une vision fonctionnaliste du management de l’information (Bouvier, 2004), de la gestion des connaissances (Nonaka & Takeuchi, 1997, Cohendet et alii, 2006) ou de l’apprentissage organisationnel (Koenig, 1994), largement traitée par les Sciences de Gestion et discutée, à la suite de Crozier, par la Sociologie des organisations, des recherches critiques en Sciences de l’Information et de la Communication s’intéressent à ces processus (Carmes, 2008 ; Cotte 2008, Bonnet et Raichvarg, 2008 ; Bonnet et alii, 2010 ; Zacklad, 2010 ; Guyot, 2012 ; Knauf et Goria, 2012, Galibert, 2014 ; etc.). Ce dossier devra permettre un recensement et une articulation des différentes problématiques info-communicationnelles de ces médiations des savoirs organisés et organisants, dans un contexte prégnant de numérisation généralisée.

Nous souhaitons en effet mieux comprendre comment des savoirs organisés par les managers, mais également d’autres savoirs, plus spontanés et émergeant dans et hors les frontières de l’organisation, se construisent, se propagent et se diffusent, trouvent des relais ou non, se pérennisent ou disparaissent dans le concert des activités humaines. Il s’agit d’examiner ici des savoirs organisés sous forme d’écritures spécifiques, qui participent de discours pouvant potentiellement normaliser les pratiques socioprofessionnelles à l’interne et influer sur les pratiques et les usages à l’externe de l’organisation, que ce soit dans le champ de l’éducation, de la santé, de l’action sociale, de la culture ou de la production de biens et de services. À travers la médiation des savoirs organisants, c’est-à-dire de savoirs qui proposent de manière plus ou moins explicite et formalisée des significations en tant que rapport au réel dans le cadre des activités humaines, nous souhaitons interroger la dimension proprement performative de ceux qui sont diffusés dans l’organisation par le management, par exemple dans le cadre de démarches participatives avec les salariés, à la fois sur un plan opérationnel et pratique, mais également sur un plan symbolique en termes de représentations et de fondement idéologique concourant à la culture de l’organisation. Les processus de médiations qui permettent à ces savoirs d’émerger, de circuler, de se partager, de se confronter, et in fine de participer de l’évolution de l’organisation, devront être interrogés.

Les propositions retenues pour ce dossier offriront un état des lieux de l’ensemble des problématiques communicationnelles et organisationnelles de la médiation des savoirs par des entrées multiples. Sur le plan épistémologique, il s’agira par exemple de comprendre quelle lecture les Sciences de l’Information et de la Communication apportent à l’étude de cette médiation des savoirs organisationnels, notamment au contact des approches et des méthodologies issues du champ des Sciences de l’éducation et des Sciences de Gestion. De manière plus précise, comment la médiation des savoirs normalise-t-elle les rapports sociaux dans l’organisation ? Comment, en retour, l’organisation, par ses méthodes managériales et marketing, dessine-t-elle des formes de co-construction des savoirs et des modalités d’apprentissage à fort potentiel rationalisant ?

Dans le cadre d’une approche critique, nous pourrons nous demander si la médiation des savoirs organisés et organisants s’inscrit dans un processus de rationalisation propre à la diffusion des approches managériales de la connaissance ou de l’information. Les savoirs produits, relayés, traduits dans et par l’organisation ne pourraient-ils pas prétendre au statut émancipateur de la connaissance, fût-elle instituée ? Cette approche critique pourrait être judicieusement prolongée par la question toujours d’actualité de l’accès à ces savoirs par les acteurs de l’organisation, qu’ils soient managers ou simples opérateurs, et de la limitation de cet accès sous l’action d’une « fracture numérique 2.0 », dont les manifestations et les effets commencent à peine à être observés. Nous pourrions également interroger ici la construction de savoirs organisationnels alternatifs au point de vue managérial, terreau d’une critique pratique basée promettant de nouvelles formes de résistance et d’émancipation.

En ce qui concerne les objets de recherche sur lesquels s’appuiera cet état des lieux des enjeux info-communicationnels de la médiation des savoirs organisés et organisants, citons de manière non exhaustive :

  • l’analyse des processus de professionnalisation à travers l’apparition de nouveaux métiers, construisant des professionnalités visant à rendre plus efficaces les formes actuelles de gestions des savoirs,

  • l’identification des acteurs organisationnels de cette médiation des savoirs et de leurs stratégies,

  • la prise en compte de la pluralité des médiations des savoirs organisationnels dans des secteurs d’activités très divers, sur un plan local, national et international,

  • les approches empiriques diverses, questionnant des phénomènes communicationnels tels que les apprentissages organisationnels, les nouvelles formes de co-construction de connaissances et de compétences, basées sur les évolutions 2.0 du Knowledge Management, les nouvelles formes de management de la connaissance à l’ère des Réseaux Sociaux d’Entreprises ou la construction collaborative de savoirs innovants (Crowdsourcing).

Calendrier :

  • Date limite de remise des propositions d’article (25 000 signes) selon les consignes de rédaction : le 31 octobre 2015

  • Sélection des propositions et notification aux auteurs : le 31 décembre 2015

  • Remise de l’article intégral définitif de 25 000 signes maximum (espaces compris) : le 31 mars 2016

  • Parution : juin 2016

  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org