Navigation – Plan du site
À paraître

Appel à contributions n° 50 de la revue à paraître 2nd semestre 2016 Communication & Organisation : « L’engagement entrepreneurial : mise en forme et en sens des territoires »

Coordinateurs : Claudine Batazzi et Patrizia Laudati

Si des problèmes sociaux récurrents dans certaines zones (isolement et stigmatisation des individus, dégradation des locaux, violences verbales et physiques…) ont mis en évidence la nécessité de repenser le territoire dans son ensemble, les formes de ces aménagements n’en sont pas moins multiples, complexes et souvent difficiles à mettre en œuvre. Plus largement, l’enjeu, aussi bien pour les pouvoirs publics que pour les citoyens, consiste à effacer les connotations foncièrement négatives (ghettos, bidonvilles…) associées à certains territoires qualifiés de « zones sensibles » ou de « cités », et à leur substituer des représentations plus valorisantes.

Dans leur volonté d’amélioration de l’espace urbain, l’État et les collectivités territoriales se heurtent pourtant à de nombreuses difficultés, comme le manque de moyens financiers ou les attitudes dubitatives voire délibérément opposées de la part de certains citoyens, dont les stigmates de l’urbanisation « folle » de l’après-guerre, persistent.

Cependant les pouvoirs publics locaux ne sont pas les seuls acteurs à prendre conscience de la nécessité de concilier le social et l’économique dans leurs projets de (ré)aménagement des territoires. Les entreprises également, et pour des raisons aussi diversifiées qu’interdépendantes (amélioration de leur image, condition de survie, investissement à long terme…), accordent un grand intérêt aux conséquences de l’urbanisation : sociales à travers les logements d’habitation, fonctionnelles par les voies d’accès, esthétiques par le « cachet » des lieux, symboliques par l’imaginaire associé à certaines zones… L’intérêt porté à la valorisation d’un territoire peut se révéler prépondérant dans la survie de certaines entreprises

Si certains dirigeants semblent avoir réalisé l’enjeu des dimensions physiques et symboliques liées à la localisation géographique de leur organisation, la problématique de l’articulation entre l’économique, le social et la spécificité territoriale demeure. Ainsi, les entrepreneurs qui choisissent de s’implanter dans certains quartiers considérés comme difficiles, sont souvent obligés de créer les conditions propices à une dynamique qui englobe l’ensemble de la zone géographique concernée, comme, par exemple, en s’engageant à recruter de la main-d’œuvre de proximité.

Par ailleurs, depuis les années 1990, une autre contrainte s’impose aux entreprises : celle d’un engagement « citoyen », ramené sous le vaste concept de Responsabilité Sociétale des Entreprises. Les formes de cet engagement sont multiples, souvent imprécises, et peuvent même parfois apparaître contradictoires (respect de l’environnement, performance économique, pérennité financière, préoccupations sociales, éthique dans les relations professionnelles…). C’est donc au cœur d’une réflexion liée à la prise en considération par les entreprises de la spécificité de leurs territoires que nous posons une (ré)conciliation de ces antagonismes. Plus largement, cette valorisation des territoires s’inscrit dans une mise en forme et en sens des espaces professionnels et des lieux de vie, que dirigeants d’organisations, élus et citoyens appellent de leurs vœux.

L’enjeu de ce numéro thématique consiste donc en une lecture communicationnelle des pratiques d’aménagement des territoires impulsées par les différents acteurs en présence et à l’aune d’une volonté, plus ou moins affichée, des entreprises à s’engager « sociétalement ».

Les propositions s’articuleront autour de trois axes :

Une « mise en sens » des territoires : Les contributions tenteront de répondre au questionnement suivant : Quelles formes symboliques, inédites ou réactualisées, se profilent derrière les notions « d’engagement citoyen », de « citoyenneté », « de développement durable » ? Comment atténuer les représentations négatives de certains espaces urbains qui ne permettent plus d’engendrer de la solidarité, du respect ou tout simplement de la fierté de vivre en de tels lieux ? À quelles nouvelles idéologies est-il possible de se rattacher ? Quelle légitimée est accordée aux entreprises dans une « mise en sens » des territoires ?

Une « mise en forme » territoriale : Les auteurs éclaireront, à travers des analyses et/ou des retours d’expériences, les initiatives prises par certaines entreprises pour une (re)valorisation des espaces professionnels, une amélioration de la qualité de vie, un renforcement du lien social (aménagement des voies d’accès, redynamisation de certaines zones, prise en considération de l’esthétique, implication dans l’aménagement de l’espace urbain…). Les auteurs s’interrogeront également sur la place réelle accordée à la préservation de l’environnement, en confrontant discours institutionnels et projets d’urbanisme.

Une « mise en lien » : Quelles sont les médiations symboliques, communicationnelles et technologiques qui donnent « forme » et « sens » aux projets d’aménagement du territoire par des acteurs privés qui ne demeurent pas moins en étroite concertation avec des acteurs publics ? Comment attirer des investisseurs dans des secteurs géographiques dits « sensibles » ? Comment penser des partenariats d’aménagement territorial qui se révéleraient « sociétalement » satisfaisants aussi bien pour les instances publiques que pour les investisseurs « privés », et d’ailleurs la distinction entre ces deux types d’acteurs est-elle si catégorique ? Enfin, entre un inconscient collectif et des stratégies communicationnelles, quelles médiations suscitent le passage de l’imaginaire à la matérialisation ?

L’originalité de ce dossier, pluriel par ses approches scientifiques, ses postures méthodologiques et ses terrains d’investigations, provient de la volonté des coordonnateurs d’analyser le rôle et les enjeux d’acteurs privés (tout particulièrement les entreprises) confrontés à des réflexions et à des actions qui a priori relèvent davantage d’instances publiques et, de surcroît, plutôt inscrites dans des logiques politiciennes. Aussi bien qu’intimement communicationnels, les questionnements soulevés ici concernent-ils tout autant les sémiologues, les urbanistes, les anthropologues, les gestionnaires, les économistes, les sociologues…

Pour y répondre, les propositions de communication de 8 000 signes (espaces compris) au format Word doivent être transmises dans le même mail à :

Calendrier

Date limite de remise des propositions selon les consignes de rédaction : 30 juillet 2015

Sélection des propositions et notification aux auteurs : 15 octobre 2015

Remise de l’article intégral de 25 000 signes maximum (espaces compris) : 30 janvier 2016

Évaluation par le comité de lecture et notification aux auteurs : 15 mars 2016

Retour des articles définitifs par les auteurs : 30 juin 2016

  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org