Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Franck Bulinge, Intelligence Économique : L’information au cœur de l’entreprise

Paris, NUVIS, 2013, 320 p.
Claire d’Hennezel
p. 256-257
Référence(s) :

Franck Bulinge, Intelligence Économique : L’information au cœur de l’entreprise, Paris, NUVIS, 2013, 320 p.

Texte intégral

1Parmi les nombreuses publications sur le thème de l’intelligence économique, l’ouvrage de Franck Bulinge présente une approche originale à double titre. Tout d’abord, il s’intéresse à la mise en œuvre de cette stratégie dans les entreprises et plus particulièrement dans les PME-PMI, dont on peut être surpris qu’elles aient été si peu étudiées jusque-là. Ensuite, tout en se situant dans la posture constructiviste largement partagée par les spécialistes de la discipline, il place l’information au cœur de ce thème et propose une conception systémique de l’information en tant que produit stratégique. Cette démarche lui permet de soumettre à la réflexion et à l’expérimentation des outils conceptuels et pratiques pour une perception actualisée de l’intelligence économique en tant qu’objet complexe et multidimensionnel.

2Tout au long des douze chapitres du livre, l’auteur va retracer les composantes théoriques originelles du concept en consacrant une large part de ses écrits à l’information. Il développera notamment, de manière saillante, la notion de risque informationnel, particulièrement pertinente au regard de l’orientation actuelle de la politique publique d’intelligence économique nationale, centrée sur le volet de la sécurité économique, et dans le contexte plus global de société de l’information.

3Poursuivant son analyse détaillée de la thématique, qui est à la fois une politique publique et une stratégie d’entreprise, et avant d’en présenter les principes théoriques, il retrace l’évolution et la transformation des diverses données à sa source. Ainsi, la notion fondamentale de renseignement, particulièrement prégnante dans la culture française de l’intelligence économique, et celle de veille, sont décortiquées et examinées de manière didactique. L’auteur prend soin d’en préciser les caractéristiques sémantiques et théoriques. Ce passage est éminemment judicieux car la discipline souffre de confusions entre ces notions proches, parfois dénaturées, ce qui lui confère, ou lui a conféré, une apparence nébuleuse. Ainsi les chapitres sur le renseignement et la veille permettent d’aborder sans équivoque, la compréhension de la théorie de l’intelligence économique.

4Cette théorie est présentée de manière assez exhaustive et sans ambages. Le chapitre qui y est consacré n’échappe pas à l’exercice, nécessaire et hautement risqué, de la définition de cet objet, considéré comme « impossible » par d’autres spécialistes (Masson, Moinet). Cette étape incontournable apporte cependant un éclairage actuel et novateur à ce concept, arrivé aujourd’hui à maturité, en le présentant, non pas sous la forme d’une définition, mais en énonçant une série de principes visant à proposer une représentation du sujet sous forme de modèle. Cette méthode rend accessible l’appréhension de l’intelligence économique tout en respectant sa dimension complexe.

5L’autre apport clarificateur de ce chapitre est d’énoncer le concept de l’intelligence économique sous plusieurs dimensions : culturelle, socio-économique, téléologique… Ce séquençage permet de prendre en compte de manière perspicace l’épanouissement effectif de ce thème dont il est admis qu’il recouvre aujourd’hui plusieurs perspectives. L’auteur s’oriente donc vers la présentation multidimensionnelle du sujet, ce qui est appréciable et approprié au regard de la réalité hybride de l’objet et de son caractère pluridisciplinaire.

6Le chapitre sur les pratiques de l’intelligence économique représente certainement un des apports majeurs de Franck Bulinge à la construction de l’intelligence économique en tant que discipline. En effet, les grandes entreprises se sont emparées de cette stratégie depuis plusieurs années. Mais des obstacles à son rayonnement perdurent dans les PME-PMI. L’auteur recense l’ensemble des travaux de recherches effectués jusqu’à ce jour auprès de ce terrain particulier et dresse un bilan de la situation. Cette contribution inédite participe à l’élargissement et à la consolidation de ce champ d’étude. Elle servira de support aux chapitres suivants, consacrés à l’analyse des voies de diffusion de la notion et plus particulièrement aux difficultés d’appropriation persistantes malgré les multiples programmes publics consacrés à ce thème.

7Ne négligeant aucun aspect du sujet, les éléments problématiques qui le caratérisent sont abordés dans un effort d’exhaustivité et d’objectivisation. Ainsi les freins à la propagation du concept en France sont examinés. Sur cette base, l’auteur propose un raisonnement fertile fondé sur la dimension culturelle qui apparait de plus en plus comme un facteur déterminant dans les démarches stratégiques réussies. Ce développement consacré à la dimension culturelle permet de repositionner cette notion dans les entreprises, sous l’angle d’un modèle incrémental prenant en compte différentes strates de mise en œuvre de l’intelligence dans le fonctionnement des organisations. À ce titre, il contribue au renouvellement des paradigmes de ce champ dans une perspective composite et multidimensionnelle.

8Enfin, un des attraits principaux de cet ouvrage est sans aucun doute, son côté empirique. Ayant une longue expérience d’enquêtes et d’études sur l’intelligence économique d’entreprise et plus particulièrement dans les PME-PMI , l’auteur partage les fruits de son expérience et propose des éléments substantiels de réflexion et des pistes stratégiques aux dirigeants d’entreprises, fondés sur son modèle incrémental. Le cas d’une implémentation réussie de ce modèle dans une PME vient illustrer de manière concrète le modèle théorique proposé.

9Etant donné que ce livre est une version issue de ses travaux de doctorat sur le sujet, l’auteur conclut en portant un regard rétrospectif, parfois mordant, mais très réaliste sur la situation actuelle de l’intelligence économique et propose plusieurs pistes de réflexion sur l’avenir de cette stratégie dans les entreprises, dans le domaine de la recherche, de la politique publique nationale, sous un angle essentiellement informationnel. Le caractère distinctif de cet ouvrage est de proposer une synthèse des avancées théoriques, scientifiques et pratiques de l’intelligence économique, sans s’écarter du souci constant de se rendre accessible aux professionnels et praticiens concernés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire d’Hennezel, « Franck Bulinge, Intelligence Économique : L’information au cœur de l’entreprise », Communication et organisation, 49 | 2016, 256-257.

Référence électronique

Claire d’Hennezel, « Franck Bulinge, Intelligence Économique : L’information au cœur de l’entreprise », Communication et organisation [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/5300

Haut de page

Auteur

Claire d’Hennezel

Claire d’Hennezel est Doctorante en SIC. MICA – Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org