Navigation – Plan du site
Bibliographies
17

La rencontre des mondes  Diversité culturelle et communication

Paul Rasse. Paris : Armand Colin, 2006, 330 p.
Hélène Montagnac-Marie
p. 156-157

Texte intégral

1L’auteur, s’interrogant sur la dynamique de la mondialisation, nous invite ici à parcourir l’histoire de l’humanité en usant d’une focale inhabituelle : la communication. Croiser le regard anthropologique et les sciences de l’information et de la communication afin de comprendre la dynamique des civilisations, le développement des rapports sociaux, familiaux et professionnels ou encore de la culture, en regard de l’évolution des modes de communication ; telle est l’ambition de cet ouvrage : « Nous nous proposons de tracer les grandes lignes d’une anthropologie de la communication, qui aurait alors pour objectif, de dégager des travaux socio-historiques, les recherches concernant le fait des communication et ensuite, de poser un regard ethnologique sur les implications sociales des NTIC, de façon à mieux cerner les mutations culturelles que ces dernières imposent progressivement à toute l’humanité. » (p. 16).  Cette analyse anthropologique, sociologique et économique autant que communicationnelle est aussi politiquement engagée. Rejoignant le constat posé par Armand Mattelart, Paul Rasse s’alarme de l’imbrication de dynamiques culturelles globales et locales  en lien avec le développement des technologies de la communication qui mènerait à une certaine réduction de la diversité culturelle (cf. le cas du lave-linge comme illustration de l’uniformisation des technologies), en même temps qu’à une radicalisation des cultures locales. Fondé sur une démarche inductive, extrêmement référencé et alimenté par de nombreuses études de cas permettant un aller-retour permanent entre le macro et le micro-social, le propos se compose de deux parties principales, questionnant tout d’abord les « dynamiques de la communication » pour ensuite s’intéresser à « la diversité des cultures ».

2En se penchant sur les origines ethnographiques du groupe social, Paul Rasse nous rappelle que l’invention de la communication passe tout d’abord par la valorisation de la différence : « En créant de la différence artificiellement, par des faits de culture, et non pas de nature, les sociétés premières ont inventé un moyen de générer du lien social solide, indéfectible, pour tisser la communauté familiale » (p. 37). Une différence qui amène chacun à compléter ses moyens de subsistance au sein d’une communauté qui s’élargit et s’enracine dans le terroir avec la sédentarisation de populations jusqu’alors nomades, concomitant avec le développement des moyens de transport et de communication : « Partout, le train et la route exaltent l’identité des terroirs. Plus ils se différencient, plus ils communiquent et plus ils ont besoin des autres ; entre pays miniers et régions à blés ou à vignes [...] entre producteurs de viandes ou de lait, entre villes et campagnes, l’échange se développe, ce qui permet à chacun de se révéler » (p. 121). Cette révélation des terroirs verra pourtant son déclin arriver par ces mêmes moyens de transports, au profit d’une industrialisation de masse qui forgera une nouvelle identité du peuple en prolétaire, sur fond de luttes sociales et conduira à la mondialisation de la circulation des marchandises. L’auteur insiste ici sur les implications individuelles, sociales et politiques de ces transformations, qui sont par ailleurs entérinées par la révolution connectique et l’atomisation de la société qu’elle entraîne. La seconde partie est dévolue à la période contemporaine ; la compétition mondiale qu’entraîne le développement des transports, technologies et réseaux de communication, si elle permet le brassage de la diversité, aboutit en réalité à une standardisation des produits et des modes de vie par la rationalisation et l’élimination des alternatives jugées moins performantes. Paul Rasse étaye ici son propos avec des études de cas, depuis l’automobile jusqu’aux pratiques alimentaires en passant par l’analyse de la recomposition de la cellule familiale. L’ouvrage se clôt sur un constat alarmant, tout en restant profondément humaniste, concernant la rencontre et l'acceptation de l'autre dans sa différence et sa diversité : une diversité aujourd'hui mise en danger comme se sera efforcé de le montrer l'auteur tout au long de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Montagnac-Marie, « La rencontre des mondes  Diversité culturelle et communication », Communication et organisation, 33 | 2008, 156-157.

Référence électronique

Hélène Montagnac-Marie, « La rencontre des mondes  Diversité culturelle et communication », Communication et organisation [En ligne], 33 | 2008, document 17, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/541

Haut de page

Auteur

Hélène Montagnac-Marie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org