Navigation – Plan du site
Bibliographie

Michel Pastoureau, Noir : histoire d’une couleur

Paris : Editions du Seuil, 210 p., 2008, 39 €
Isabelle Cousserand
p. 266-268

Texte intégral

  • 1  p.17
  • 2  p.20
  • 3  L’auteur a d’ailleurs consacré tout un livre à cet animal. L’ours : Histoire d’un roi déchu, Seuil (...)
  • 4  p. 46
  • 5  p. 114
  • 6  Rouge, orangé, jaune, vert, bleu, violet, indigo.
  • 7  p.17-19

1Si, comme l’écrit et le montre savamment Michel Pastoureau, « une couleur ne vient jamais seule », cet ouvrage n’est pas arrivé seul non plus. Il suit celui sur l’histoire de la couleur bleue paru en 2000 chez le même éditeur, désormais disponible en livre de poche, l’iconographie en moins. Il n’est pas seulement le deuxième d’une collection mais constitue un diptyque avec le précédent, car le noir et le bleu ne peuvent s’étudier isolément. La perception de la couleur et son usage est toujours « culturelle et idéologique ». Elle relève « d’enjeux économiques, politiques, sociaux, symboliques s’inscrivant dans un contexte précis ». « Toute histoire des couleurs doit d’abord être une histoire sociale. »1.En ce sens, la couleur est un fait de société que l’auteur aborde de manière diachronique. Comme pour chaque couleur, la nature du noir est double. Dans la Bible, il précède toutes les autres. Il est donc primordial, mais il revêt d’emblée une connotation négative, car il est ténèbres, mort, néant. Ténèbres d’où jaillit aussi la lumière, « monde matriciel d’un côté, terrifiant de l’autre »2. Une ambivalence que traduit le lexique lorsque le latin ou le vieil anglais différencient noir brillant et noir mat, noblesse et beauté au premier, inquiétude et malheur au second. Au fil des siècles, il exprime l’humilité et la modestie, l’élégance et la modernité, la rébellion ou l’autorité. Historien des couleurs dans les sociétés européennes de l’Antiquité romaine jusqu’au XVIIIe siècle, Michel Pastoureau commence son ouvrage à la Préhistoire et le termine à l’époque contemporaine : de la grotte de Lascaux, l’Egypte pharaonique, à Pierre Soulages, Sonia Rykiel, aux blousons noirs et aux arbitres sportifs… Le premier chapitre, « Au commencement était le noir – Des origines à l’an mil » montre à travers le lexique combien les sociétés anciennes ont une sensibilité plus développée et nuancée à son égard. Il est associé à la mort et au monde animal maléfique (Cerbère, ours3, corbeau dont le plumage est signe de pêché et d’expiation…). Il s’organise dans un système ternaire fondateur avec le blanc et le rouge. La deuxième partie, « Dans la palette du diable – Xe–XIIIe siècle », rappelle que le noir se fait plus discret. Jusqu’au Moyen Âge, le bon et le mauvais noir ont cohabité. À partir de l’époque féodale, il devient « sinistre et mortifère »4, couleur infernale, couleur du diable. La représentation graphique de ce dernier s’appuie d’ailleurs sur un bestiaire étendu (ours, chat, chauve-souris, sanglier…), couleur ébène. Le noir fait alors l’objet de querelles religieuses entre les moines cisterciens et les moines bénédictins. Pour les premiers, la couleur est matière avant d’être lumière, elle constitue une vanité, elle ne peut donc être portée. Quant aux seconds, ils en feront celle de leur habit. Du XIVe au XVIe siècle, le noir devient « une couleur à la mode ». S’il demeure associé à la sorcellerie ou aux pratiques du deuil, sa position évolue. Désormais respectable et luxueux, il devient une couleur royale jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Son essor favorise celui de deux autres couleurs : le gris et le violet. C’est aussi à cette période que l’on trouve en Occident des représentations d’hommes ou de femmes à la peau noire ou métisse (le Prêtre Jean, Balthazar, Saint Maurice, la Reine de Saba…). Dans un quatrième moment, « Naissance d’un monde en noir et blanc – XVIe-XVIIIe siècle », Michel Pastoureau éclaire la révolution culturelle subie par ces deux couleurs, qui aboutit à leur disparition de la palette chromatique. « Et plus encore que le livre lui-même, c’est sans doute l’image gravée et imprimée – à l’encre noire sur papier blanc – qui sur ce terrain a joué le premier rôle. »5 Leur absence dans la composition du spectre de l’arc-en-ciel par Isaac Newton6, la photographie qui oppose noir et blanc à couleur, en sont aussi les raisons. Le cinquième et dernier chapitre, « Toutes les couleurs du noir – XVIIIe-XXIe siècle », aborde ses univers symboliques, à travers l’art, la peinture, le dessin, et le lexique. Le noir fait écho à différentes époques : le temps du charbon et des usines, celui de l’automobile… Il réunit les tendances les plus extrémistes : le fascisme et l’anarchie. Le noir devient tragique, poétique, moderne, et transgressif. Son sens est désormais plurivoque. Faut-il en déduire pour autant qu’il finit par devenir banal ? Comme les précédents ouvrages de Michel Pastoureau, l’approche fait appel à différents savoirs disciplinaires. Si l’auteur rappelle les difficultés documentaires, méthodologiques et épistémologiques, qui traduisent selon lui « le relativisme culturel de toutes les questions qui touchent à la couleur »7, il nous convie à une exploration inédite de la société.

Haut de page

Notes

1  p.17

2  p.20

3  L’auteur a d’ailleurs consacré tout un livre à cet animal. L’ours : Histoire d’un roi déchu, Seuil, 2007, 419 p.

4  p. 46

5  p. 114

6  Rouge, orangé, jaune, vert, bleu, violet, indigo.

7  p.17-19

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Cousserand, « Michel Pastoureau, Noir : histoire d’une couleur », Communication et organisation, 34 | 2008, 266-268.

Référence électronique

Isabelle Cousserand, « Michel Pastoureau, Noir : histoire d’une couleur », Communication et organisation [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/682

Haut de page

Auteur

Isabelle Cousserand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org