Navigation – Plan du site
Dossier

La communication culturelle décentralisée ?

Violaine Appel et Hélène Boulanger
p. 70-80

Résumés

Dans un contexte de concurrence accrue entre les territoires, de grands projets culturels labellisés essaiment actuellement dans de nombreuses villes européennes. A ce titre « Luxembourg et Grande Région, capitale européenne de la culture 2007 » est un exemple pertinent. Cet article cherche à mettre en évidence la complexité des interactions entre les acteurs dans le processus de médiation et à mieux comprendre, à travers l’analyse des pratiques communicationnelles des institutions publiques, quels sont les enjeux inhérents à leur positionnement sociétal.

Haut de page

Texte intégral

1Les organisations publiques initient des projets d’aménagement et de développement de leur territoire dans lesquels les actions culturelles jouent un rôle de plus en plus prééminent. Ces actions sont souvent pensées comme des vecteurs de transformation du territoire et des représentations qui y sont attachées. Engageant des modes de mobilisation des acteurs, instituant des rapports spécifiques de coopération et d’organisation, ces formes culturelles de type événementiel peuvent nous permettre de mieux appréhender un phénomène à la fois politique, culturel et communicationnel.

2Dans un contexte de concurrence accrue entre les territoires (Alline et Carrier, 2006), la nécessité de se bâtir une image forte et distinctive est d’autant plus légitime que l’État se désengage (Cardy, 1997). Les enjeux de communication sont tels que des procédures communicationnelles, impliquant une co-construction du sens (Ollivier, 2000 ; Mucchielli et Noy, 2005), se développent et se traduisent par l’émergence de discours identitaires qui ne sont plus seulement projetés mais partagés ainsi que par la naissance de relations entre les acteurs.

3La politique d’image du territoire devient donc aussi un enjeu de développement de l’attractivité de celui-ci. Ce phénomène est parfaitement illustré par les grands projets culturels qui essaiment actuellement dans de nombreuses villes européennes. Conçus comme de véritables événements-récits, ils contribuent à l’élaboration du discours identitaire du territoire, dans une logique circulaire ; l’élaboration des événements se fait en réponse à l’existant ou ayant-existé et s’appuie sur la stimulation de l’ensemble du tissu social. La collectivité n’y intervient plus qu’en tant qu’initiateur, garant de cohérence et financeur privilégié. Elle s’efforce de stimuler la prise en mains de l’essentiel du projet par des différents acteurs sociaux.

4À ce titre, « Luxembourg et Grande Région, capitale européenne de la culture 2007 » est un exemple pertinent. Nous avons choisi de travailler plus spécifiquement sur une des manifestations labellisées.

5Notre objet de recherche (Davallon, 2004) porte sur l’analyse des représentations véhiculées par l’exposition Jardin de cristal à partir des documents émis par les organisateurs, d’une part, et à partir du corpus de presse publié, d’autre part. Les premiers documents doivent nous permettre d’identifier les éléments voulus comme porteurs du (des) message(s) des co-organisateurs ; les seconds doivent nous permettre de comprendre quelle médiation est opérée par le système médiatique impliqué.

6Nous chercherons à mettre en exergue les associations et dissociations, les rapprochements et distanciations opérés concernant les représentations véhiculées. Il ne s’agit pas simplement d’effectuer une analyse des outils de communication mis en place pour faire parler d’un événement, mais bien de dégager un exemple de représentations convergentes vers un même objectif et de mettre en avant la complexité d’un système où interagissent les acteurs. Une stratégie de communication complexe où les enjeux économiques, sociaux et communicationnels des industries et des collectivités sont des composantes du dispositif, d’un système qu’il faut intégrer pour réussir une collaboration efficace.

7La réflexion proposée ici vise à mieux comprendre, à travers l’analyse des pratiques communicationnelles des institutions publiques, quels sont aujourd’hui les enjeux inhérents à leur positionnement sociétal. Nous verrons dans un premier temps comment l’événement étudié a fait l’objet d’une territorialisation particulière, dans un contexte complexe. À partir de ces éléments, nous mettrons en évidence les éléments fondateurs de la stratégie de communication et les représentations contrôlées qu’elle cherche à véhiculer. Enfin, nous chercherons à analyser la réinterprétation de ces communications contrôlées par les médias, afin de dégager les clefs de mise en visibilité de l’exposition et de ses acteurs principaux.

La territorialisation de l’événement ou la mobilisation d’un contexte complexe

8Le contexte est un environnement par rapport auquel un phénomène prend sens. En effet, le sens d’une communication découle de sa mise en relation avec des phénomènes concomitants (Mucchielli, 2004). En l’occurrence, il s’agira ici de présenter le contexte général et le réseau d’acteurs qui englobent la situation de communication.

  • 1  Extrait du communiqué de presse, 2007.

9L’exposition Jardin de cristal propose à ses visiteurs de découvrir les productions et univers de cinq grandes cristalleries. Chacune d’elle dispose de son espace, son jardin clos. L’exposition « propose de retrouver les liens qui unissent le cristal à la nature à travers une scénographie du designer, Vincent Dupont-Rougier, qui regroupe 5 marques prestigieuses : Baccarat, Daum, Lalique, Saint Louis et Val Saint Lambert »1.

  • 2  La Grande Région est un ensemble de 11 millions d’habitants. Elle rassemble le Grand Duché de Luxe (...)
  • 3  Statut accordé par le Parlement européen pour une durée d’un an. La ville choisie a pour mission d (...)

10Jardin de Cristal s’inscrit en premier lieu dans « Luxembourg 2007 et Grande Région2, capitale européenne de la culture 20073 ». Il s’agit d’une initiative portée par les institutions publiques des régions concernées qui s’est traduite par la mise en œuvre de plus de 350 projets artistiques. Ces projets ont été rassemblés sur la base d’un processus de labellisation à double entrée : le projet sélectionné tire une légitimité de son appartenance au label et le label s’inscrit lui-même dans la réalité dès lors qu’il est affiché par le projet sélectionné. De fait, Jardin de Cristal, par son inscription dans Luxembourg 2007, contribue à forger une identité au territoire de la Grande Région, jusqu’alors peu connu de ses habitants.

11En second lieu, l’exposition s’intègre dans le contexte de l’arrivée du TGV-Est en Lorraine. Les organisateurs ont choisi délibérément d’ouvrir l’exposition le jour même de l’arrivée du train à grande vitesse dans les gares lorraines, cherchant ainsi à renouer avec la flamboyance de l’art nouveau dans la région au début du XXe siècle, par l’alliance de l’art et de l’industrie. En ce sens, Jardin de Cristal devient une véritable métaphore des enjeux économiques liés à l’activité culturelle d’un territoire.

  • 4  Il s’agit d’une association hébergée par une école d’ingénieur du domaine à Nancy, réunissant les (...)

12C’est dans cet ensemble qu’il convient d’appréhender l’association du Pôle Verrier4 et du Conseil Régional de Lorraine pour l’organisation de Jardin de Cristal. Le Pôle Verrier est un pôle de compétitivité fortement soutenu par les collectivités territoriales, par le biais de financements et d’une participation aux instances décisionnaires. L’exposition étudiée présente donc la particularité de rassembler directement ou non tous les niveaux administratifs (ville de Nancy, département de Meurthe-et-Moselle et Région Lorraine).

13Jardin de Cristal fédère en outre les interventions croisées de plusieurs acteurs du monde économique local : GDF, Gantois, la SNCF et Réseau Ferré de France, etc. Ils sont présents d’une façon différenciée sur les supports de communication de l’exposition, ainsi que l’on procède habituellement, c’est-à-dire en fonction de leur investissement dans l’évènement. Cet investissement peut prendre la forme d’une contribution financière (c’est le cas pour Gaz de France) ou d’une contribution technique/matérielle (les cinq cristalleries impliquées, Gantois pour la fourniture de supports métalliques, etc.).

14Chaque acteur se saisit également de Jardin de Cristal pour développer des supports de communication qui lui sont propres, en fonction des cibles retenues et de ses intentions. En effet, l’analyse des retombées médias indique que ce qui peut s’apparenter à du mécénat n’est que très peu mis en valeur dans les articles produits par les grands médias locaux et nationaux. Les croisements d’image (label / organisateurs / partenaires) trouvent leur expression dans des supports hors-médias à destination de cibles plus particulières (invitations, catalogues, etc.).

15Au final, c’est un véritable système gravitationnel qui peut représenter le réseau d’acteurs mobilisés par et autour de Jardin de Cristal. En son centre, on trouve le Pôle Verrier, lui-même partenaire historique des plus grandes collectivités territoriales de Lorraine. Les partenaires économiques qui viennent se greffer sur cet ensemble, en fonction de leurs objectifs de communication à court, moyen ou long termes, complètent ce dispositif. Le système de labellisation s’étend, au-delà du Pôle Verrier, à l’ensemble des acteurs impliqués. Selon les cas, le label Luxembourg 2007 apporte soutien financier, visibilité internationale ou reconnaissance supposée d’une valeur événementielle et culturelle. De son côté, le label récolte la mise en visibilité d’un territoire en se déchargeant d’une bonne partie de son coût réel sur d’autres acteurs.

16Ces mécanismes ont déjà été observés à l’occasion d’années culturelles thématiques étudiées précédemment (Appel, Bando, Boulanger et al, 2008). L’originalité tient ici dans la multiplication des acteurs institutionnels autour d’un même événement. Il est dès lors légitime de s’interroger sur la pertinence d’une telle imbrication pour la communication d’une organisation publique. De ce point de vue, l’étude des outils et stratégie de communication se révèle importante pour la compréhension de la combinaison d’enjeux qui en résulte.

Une stratégie, des outils de communication comme vecteurs d’une représentation contrôlée

17L’analyse des supports de communication émis par les organisateurs révèle en premier lieu le jeu de construction de la différenciation dans l’offre pléthorique des manifestations culturelles proposées aux publics au cours de l’année 2007.

18Le caractère unique de la manifestation se développe suivant trois thèmes :

  • L’inespérée présence de cinq grandes marques internationales (Baccarat, Daum, Lalique, St Louis et Val St Lambert) et concurrentes sur le marché du cristal. L’état de concurrence devient ici une « complémentarité dans l’univers du luxe », face à une concurrence internationale exacerbée.

  • La scénographie, réalisée par Vincent Dupont-Rougier devient elle aussi un argument d’exception, au travers de la large médiatisation des réalisations passées de ce designer de renom. Il est garant d’une alliance parfaite entre l’art et l’industrie.

  • Le site d’accueil de l’exposition, l’Abbaye des Prémontrés (Pont-à-Mousson), qualifié de « lieu incontournable de culture de la région Lorraine ». L’Abbaye témoigne de l’ancrage du thème de Jardin de Cristal dans le passé régional.

19Quel que soit le support étudié ou son émetteur (l’organisateur ou un partenaire), cette stratégie triaxiale de différenciation est appliquée. Elle trouve son expression dans les axes de communication qui reprennent ces thèmes de différenciation. Par exemple, on observe que l’affiche de l’exposition comprend une énumération des cristalleries (en dessous du titre Jardin de cristal et dans une police de même taille), par ordre alphabétique, sans ajouter d’explication complémentaire sur le contenu de l’exposition. Le créatif a choisi de jouer la carte de la filière cristal plutôt que celle de l’identité propre à chaque marque. Pour montrer leurs différences de styles, des qualificatifs différents ont été accolés aux noms. Baccarat est ainsi « surréaliste », Daum est « inimitable » avec l’art, la nature et la couleur, Lalique possède un « charme bucolique », Saint Louis est « royale » et Val Saint Lambert a la « pureté ».

20De ce point de vue, les supports de communication révèlent une grande cohérence pour ce qui se rapporte à l’objet exposition, en lui-même déjà multiple. Il en va autrement pour la gestion des acteurs organisateurs / partenaires / labellisants.

21Une première tentative de mise en cohérence a consisté en la création d’un logo propre à l’exposition. Cette création a pour vocation d’unifier les différents partenaires sous un seul chapeau. Si cette place lui est bien conservée dans les supports de relations presse, il en va autrement sur l’affiche (où le logo de l’exposition apparaît parmi les logos des partenaires) ou sur d’autres documents émis par les partenaires.

22Sur les supports de communication où la pression contractuelle du partenariat est forte (par exemple l’affiche), le logo de Luxembourg 2007 figure en très bonne position… Alors qu’il disparaît presque totalement des supports de relations presse. Le Conseil Régional de Lorraine, très présent et en bonne position dans le dossier de presse, est extrêmement discret dans la plaquette de présentation de l’exposition destinée au grand public.

  • 5  Conseil Régional de Lorraine, Commission permanente du 12 février 2007.
  • 6  Schéma Régional de l'Economie Touristique et des Loisirs, 2009-2011,
    http://www.cr-lorraine.fr/jah (...)

23Un certain flou est entretenu sur l’identité du ou des organisateurs. Les documents émis par la communication de l’exposition présentent deux organisateurs : en premier lieu le Pôle Verrier, en second lieu le Conseil Régional de Lorraine. On comprend, à la lecture des comptes rendus de la commission permanente du Conseil Régional, que cette institution a « accordé 136 000 euros au Pôle Verrier »5 pour Jardin de Cristal. « Partenaire financier » sans doute, « facilitateur politique » certainement, mais « organisateur » ou « initiateur »…. Visiblement ici, le Conseil Régional s’abrite derrière les compétences du Pôle Verrier et lui délègue la responsabilité d’un événement qu’il souhaite inscrire dans une politique au long terme6 lui permettant :

  • De se positionner au sein de la Grande Région (labellisation Luxembourg 2007).

  • D’écrire une page de l’identité lorraine si problématique autour d’un objet rassembleur dans la région (le cristal), dépassant le stéréotype d’une région industrielle essentiellement sidérurgique et sinistrée.

  • De favoriser implicitement les échanges entre professionnels, de soutenir les artistes, de « brasser » les populations de et hors la région.

  • 7  Extrait du spot radio diffusé sur France Bleu, 2007.

24L’étude des supports de communication émis par le Conseil Régional de Lorraine est à cet égard riche d’enseignements. Le carton d’invitation pour le vernissage place par exemple le Conseil Régional en première position, juste devant Luxembourg 2007. Même phénomène lorsque le Conseil Régional finance des achats d’espace pour la promotion de l’exposition : « la région Lorraine présente « Jardin de Cristal », une exposition féerique… Jardin de Cristal, un événement Luxembourg 2007 »7. Financeur, facilitateur, on observe ici comment le Conseil Régional de Lorraine instrumentalise un acteur local pour générer une action culturelle qui s’intègre à sa politique d’ensemble (Caune, 1999) et ainsi produire de la communication sans être directement acteur de la vie culturelle. Cette prise de distance de la Région permet ici de dépasser la dimension régionale pour promouvoir la Lorraine aux niveaux national et international. En effet, si la Lorraine et le cristal sont très liés, le cristal a acquis depuis longtemps une dimension internationale.

Des discours réinterprétés : la mise en visibilité médiatique

  • 8  L’Est Républicain du 16 juin 2007. L’exposition était présentée d’août à novembre 2008 dans le par (...)

25L’étude des articles de presse, des billets de blogs et des sites Internet nous conduit à envisager les différentes représentations d’une même exposition, en tant qu’événement co-construit, à la fois par les acteurs du projet et par les journalistes. Le corpus est constitué d’articles de la presse papier locale (L’Est Républicain et Le Républicain Lorrain), de capture de blogs ou sites web locaux et nationaux, d’extraits de la presse étrangère (Vers l’Avenir, journal belge, et La Voix du Luxembourg). Dans les médias locaux, on observe une forme de légitimation sociétale, économique et culturelle. C’est tout d’abord l’exportation future de l’exposition en dehors des frontières lorraines qui est utilisée pour la valorisation de l’exposition : « une vitrine destinée à essaimer en Suisse et ailleurs »8. En d’autres termes, cet événement culturel est réutilisé pour développer une image positive du territoire pour ses habitants. Plusieurs autres éléments rédactionnels confirment cette tendance (mise en valeur du savoir-faire, des marques régionales, etc.) qui confirme la vocation de contribution au récit identitaire du territoire de ce type de manifestation. Dans l’édition du 7 juin 2007 de L’Est Républicain, on peut ainsi lire : « des centaines de journalistes seront là pour admirer la dextérité de nos ouvriers ». De ce point de vue, les supports de relations presse ont bien atteint leurs objectifs, jusqu’à être repris parfois in extenso (c’est par exemple le cas du site local d’information www.toutnancy.com).

26Les interviews données par le directeur du pôle verrier, Denis Simermann confirment cette analyse. Ainsi, dans Vers l’Avenir (Belgique) du 16 mai 2007 : « nous voulions pour l’occasion illustrer la Région non par des mines fermées, mais par une activité vieille de plus de 200 ans, typique de l’est de la France, qui a surmonté une crise longue d’une quarantaine d’années. […] L’événement organisé dans le cadre de l’initiative Luxembourg, capitale européenne de la Culture » vise surtout à illustrer « la Lorraine par le verre, et le verre par la Lorraine ». Dans ce cas, le label « capitale européenne de la culture » « n’est qu’un instrument de communication permettant la valorisation d’une région par le biais de l’expression artistique et culturelle ». La « Terre des morts » de Barrès devient ainsi « terre de verre »…

27Sur le plan national ou international, les articles recueillis sont d’une moindre fréquence et souvent d’un volume plus réduit. On y retrouve facilement les axes de communication de Jardin de Cristal : la nature, l’art et le merveilleux. Dans la plupart des cas, les textes sont constitués avec une reprise intégrale du communiqué de presse, assortie de quelques éléments tirés du dossier de presse. Les principales informations qui ressortent sont le caractère inédit de l’exposition du fait de la présence conjointe de cinq grands noms du cristal, la mise en avant du travail du scénographe, la richesse du contenu ou encore le cadre idyllique offert par l’Abbaye des Prémontrés. Les partenaires ne sont pas identifiables, de même que les organisateurs. Le territoire mis en visibilité est effectivement la Lorraine, mais entretenue dans une proximité floue avec le Luxembourg. Les efforts à l’extérieur de la région ne se sont pas concentrés sur l’institution « Conseil Régional de Lorraine » mais bien sur son territoire et ses représentations. En effet, l’ancrage de la plupart des articles dans l’univers du luxe, de la mode et du design tranche singulièrement avec l’image de la région9.

28Par ailleurs, il est important de signaler qu’une partie des articles générés par l’exposition se trouve dans la presse économique ou dans des rubriques économiques de journaux généralistes. On y utilise des termes tels que « marque », « secteur », « savoir-faire » ou « entrepreneurs ». De fait, la stratégie d’adaptation des supports de communication en fonction des cibles et des zones de diffusion visées a porté ses fruits. Le Conseil Régional de Lorraine a conforté son rôle de soutien à l’activité économique de la région et s’est positionné sur son territoire comme le porteur d’une identité lorraine renouvelée. Pour se faire, il est parfois invisible, parfois visible, mais alors en étant identifié par des rôles différents : partenaire ou organisateur. De même, en développant l’inscription dans les médias belges et luxembourgeois de Jardin de Cristal au sein de Luxembourg 2007, il permet de renforcer l’ancrage de la Lorraine dans la Grande Région.

29La communication culturelle est devenue un outil privilégié pour les collectivités locales et territoriales (Pagès et Pélissier, 2001), surtout dans sa forme événementielle. Le cas étudié nous a permis de montrer le dépassement des figures anciennes du « partenariat » (mise en scène d’une contribution matérielle ou financière au déroulement de l’événement) par la mise en place de stratégies de communication complexes, impliquant de multiples acteurs, au risque d’une perte de cohérence. Nous avons pu en effet constater la dualité du Conseil Régional de Lorraine en tant qu’acteur de l’exposition Jardin de Cristal. Les rôles qu’il joue, au gré des interactions, sont choisis en fonction d’enjeux communicationnels particuliers, là aussi au risque de perdre en cohérence : tantôt on installe la Région au sein d’un ensemble plus vaste (Grande Région), tantôt on met en scène une page de l’identité lorraine que l’on souhaite plus positive, tantôt on traite l’exposition sous l’angle de l’activité économique, tantôt on veut faire de la Lorraine une région touristique plus attractive…

30Le cas étudié permet ainsi de dépasser l’axiome « culture comme créateur de lien social » développé par les institutions publiques à l’origine de grands projets culturels impliquant de nombreux acteurs de toutes natures (Gellereau, 2008). La culture est pensée comme faisant partie intégrante d’un réseau traversé et stabilisé par un ensemble de relations et de médiations (Latour, 2005) traduisant des liens et une volonté collective des entités qui y participent et qui fait sens. Cette reconstitution du réseau nous a permis de voir comment la culture et ses acteurs affichent leurs positions et entrent dans le processus qui permet à la manifestation de se construire et de se stabiliser : les enjeux économiques sous-tendent l’essentiel des opérations de communication, instrumentalisant les acteurs du réseau pour produire une communication publique désincorporée qui peut dès lors utiliser les médias comme caisse de résonance à moindre coût, avec l’illusion d’une communication culturelle décentralisée.

Haut de page

Bibliographie

ALLINE, Jean-Pierre, CARRIER, Renaud. Gérer la culture en région. Les pratiques des collectivités territoriales en France. Paris : L’Harmattan, 2006, 220 pages.

APPEL, Violaine, BANDO, Cécile, BOULANGER, Hélène, et al. La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de communication événementielle et initiatives des collectivités locales. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 2008, 275 pages.

CARDY, Hélène. « La communication des collectivités territoriales. Evolutions et perspectives » In : Pouvoirs locaux. Les cahiers de la décentralisation, n° 35, décembre 1997, pp. 47-51.

CAUNE, Jean. Pour une éthique de la médiation. Le sens des pratiques culturelles. Saint-Martin d’Hères : Presses Universitaires de Grenoble, 1999, 294 pages.

DAVALLON, Jean. « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche ». In : Les SIC, savoirs et pouvoirs. Paris : Hermès CNRS Editions, n° 38, 2004, pp. 30-37.

GELLEREAU, Michèle. « Mutations et stratégies de valorisation patrimoniale : les identités multiples » des territoires. In : APPEL, Violaine, BANDO, Cécile, BOULANGER, Hélène, et al. La mise en culture des territoires. Nouvelles formes de communication événementielle et initiatives des collectivités locales. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 2008, pp. 25-37.

LATOUR, Bruno. Changer la société, refaire de la sociologie. Paris, La Découverte, 2007, 406 pages. 

MUCCHIELLI, Alex, NOY, Claire. Approches constructivistes : Etudes des communications. Paris : Armand Colin, 2005, 238 pages.

MUCCHIELLI, Alex. Approche par la modélisation des relations : Etudes des communications. Paris : Armand Colin, 2004, 191 pages.

OLLIVIER, Bruno. Observer la communication. Naissance d’une interdiscipline. Paris : CNRS Editions, 2000, 184 pages.

PAGES, Dominique, PELISSIER, Nicolas. Territoires sous influences, vol 1, Paris : L’Harmattan, 2000, 192 pages.

Haut de page

Notes

1  Extrait du communiqué de presse, 2007.

2  La Grande Région est un ensemble de 11 millions d’habitants. Elle rassemble le Grand Duché de Luxembourg, la partie germanophone de la Belgique, la région Lorraine et deux régions allemande (Sarre et Rhénanie-Palatinat).

3  Statut accordé par le Parlement européen pour une durée d’un an. La ville choisie a pour mission de « mettre en valeur la richesse, la diversité et les caractéristiques communes des cultures européennes et contribuer à une meilleure connaissance mutuelle entre citoyens de l’Union européenne ».

4  Il s’agit d’une association hébergée par une école d’ingénieur du domaine à Nancy, réunissant les acteurs du verre en Lorraine. Elle a pour mission principale de promouvoir le cristal en Lorraine et à l’international, tant au niveau de l’industrie, de la culture que de la recherche et de la formation.

5  Conseil Régional de Lorraine, Commission permanente du 12 février 2007.

6  Schéma Régional de l'Economie Touristique et des Loisirs, 2009-2011,
http://www.cr-lorraine.fr/jahia/Jahia/pid/204.

7  Extrait du spot radio diffusé sur France Bleu, 2007.

8  L’Est Républicain du 16 juin 2007. L’exposition était présentée d’août à novembre 2008 dans le parc de Bagatelle, à Paris. Elle ne réunissait plus alors que les 4 cristalleries lorraines.

9  Notamment : www.1001fleurs.com, www.decoeco.fr, www.linternaute.com, www.elleadore.com, www.marieclairemaison.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Violaine Appel et Hélène Boulanger, « La communication culturelle décentralisée ? », Communication et organisation, 35 | 2009, 70-80.

Référence électronique

Violaine Appel et Hélène Boulanger, « La communication culturelle décentralisée ? », Communication et organisation [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://communicationorganisation.revues.org/730 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.730

Haut de page

Auteurs

Violaine Appel

violaine.appel@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Hélène Boulanger

helene.boulanger@univ-nancy2.fr
Violaine Appel et Hélène Boulanger sont Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Nancy 2, et membres du Centre de Recherche sur les Médiations (CREM, EA 3476).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • Revues.org